Billets classés sous « Éducation »

Le tabou de l’argent

Jeudi 25 juin 2015 à 13 h 25 | | Pour me joindre

Pour me joindre

S’il semble vrai que depuis la crise de 2008, les gens parlent plus d’économie, s’y intéressent davantage, il n’est pas clair en retour que l’argent n’est plus un tabou. C’est difficile de parler d’argent, de ses revenus, de la valeur des biens et des services, de se comparer et de se comprendre sur les questions financières. L’argent peut donner des ailes, mais aussi de la misère!

Il est tellement difficile de parler d’argent qu’on en vient même à constater qu’un très grand nombre de personnes n’ont aucune idée précise du revenu de leur conjoint. Le savez-vous, vous? Je vous pose la question : combien gagne votre époux-épouse-copain-copine?

Croyez-le ou non, selon un sondage réalisé par Fidelity aux États-Unis, 43 % des gens n’arrivent pas à dire combien leur partenaire gagne dans la vie! Et 10 % se sont trompés d’au moins 25 000 $ dans leur évaluation! En plus, le tiers des couples ne s’entendent pas sur l’argent disponible pour investir. La moitié n’a aucune idée du montant nécessaire à la retraite pour vivre convenablement.

090225argent-canadien_8

Quand madame gagne plus que monsieur

Le tabou s’explique peut-être, en partie, par le fait que bien des hommes ne veulent pas vraiment voir que leur concubine gagne plus qu’eux. L’économiste François Delorme m’a fait découvrir, dans le cadre de notre projet de rédaction de livre sur l’économie en 2013-2014, une étude de l’Université de Chicago. Cette dernière montre que « 50 % des répondants nés avant 1945 croient qu’il est problématique qu’une femme gagne un revenu plus élevé que son mari. Cette proportion baisse à 30 % pour les répondants nés entre 1946 et 1964 et remonte à près de 40 % pour ceux nés après 1965 [...] Quand une femme gagne un revenu supérieur à celui de son conjoint, la probabilité de se marier diminue significativement. Et si, au cours d’une relation, une femme en vient à gagner davantage que son mari, il y a beaucoup plus de risques que leur union dure moins longtemps que si le mari avait continué d’avoir un revenu plus élevé ».

Ça peut ressembler à de vieux a priori, je vous entends réagir. C’est pourtant très sérieux et très réel. La situation des femmes ne cesse de progresser, mais les convictions, conscientes et inconscientes, avancent un peu plus lentement.

Parler d’argent

L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient de lancer une campagne pour qu’on parle d’argent au Québec et pour faire en sorte que les gens s’intéressent davantage à ces questions. Dans son document exposant sa stratégie en matière d’éducation financière, l’AMF écrit que « plusieurs personnes prétendent que la société québécoise et sa majorité francophone subissent encore l’influence de certaines valeurs réfractaires à l’argent, notamment les valeurs judéo-chrétiennes ayant marqué plusieurs générations. […] À bien des égards, notre relation avec l’argent nous distingue des Canadiens des autres provinces ».

Dans son évaluation des comportements financiers des Québécois, réalisée à partir d’un sondage effectué auprès de « 1500 personnes responsables de la gestion des finances dans leur ménage », l’AMF nous apprend que « moins d’un Québécois sur deux (46 %) a fait l’exercice de vérifier si les sommes épargnées sont suffisantes pour la retraite ». Pourtant, trop de gens vivent pauvrement à la retraite.

Pour tenter d’améliorer la situation, l’AMF amorce cet automne une tournée des cégeps pour parler de surendettement, de fraude, de finances et d’économie. L’Autorité veut également relancer la promotion d’une trousse pour les professeurs du primaire, « Mes sous, j’y vois », afin de les aider à parler d’argent en classe. Des projets sont en développement aussi pour 2016 avec la Fondation PGL. Et des pressions sont toujours exercées pour faire accepter par le ministère de l’Éducation la réintroduction d’un cours d’éducation financière.

Le tabou de l’argent est tenace, nourri par des préjugés, peut-être aussi notre héritage judéo-chrétien et une forme répandue de désintérêt pour les questions financières. Pourtant, parler d’argent pourrait sans doute permettre à bien des gens de mieux comprendre leur situation, de participer davantage à la société et d’améliorer leur bien-être personnel.

Sources :

Fidelity : https://www.fidelity.com/bin-public/060_www_fidelity_com/documents/couples-retirement-fact-sheet.pdf

FILLION, Gérald et DELORME, François – Vos questions sur l’économie 75 questions – 75 réponses, Éditions La Presse, 231 p.

Marianne Bertrand, Emir Kamenica et Jessica Pan (octobre 2013). « Gender Identity and Relative Income Within Households », Working paper, University of Chicaco.

AMF, Stratégie québécoise en éducation financière http://www.lautorite.qc.ca/files/pdf/education-financiere/SQEF01062015.pdf

enfants

Difficile, à vue de nez, d’affirmer sans broncher que les centres de la petite enfance (CPE) sont mal gérés et que le bon modèle à suivre, c’est celui des garderies privées subventionnées. À part quelques anecdotes glanées ici et là, personne ne possède assez d’informations pour dire que d’un côté, le réseau des CPE est inefficace, et que de l’autre, les garderies privées subventionnées sont des maîtres de la productivité!

C’est bien ce qui manque à l’étude de Pierre-Yves McSween, dont Radio-Canada a obtenu copie en fin de semaine et dont le contenu a été révélé dimanche soir au Téléjournal. Si ses calculs ont le mérite de susciter un débat sur l’efficacité du réseau, il nous faudrait aussi être capable de mesurer la qualité des services offerts aux enfants (et aux parents!) dans les garderies du réseau des CPE par une étude indépendante, des mesures scientifiques du travail effectué, de la gestion des garderies et des services rendus par les éducatrices et éducateurs. Le bilan des plaintes n’est pas assez complet pour se faire une idée juste de la situation.

Selon Pierre-Yves McSween, un CPE de 80 enfants coûte 370 000 $ de plus en moyenne par année qu’une garderie privée subventionnée avec le même nombre d’enfants. L’association des CPE dit que l’écart est moindre, soit d’environ 80 000 $ en moyenne. Il y a toute une différence entre les deux estimations. L’Association des CPE affirme que la méthodologie de Pierre-Yves McSween n’est pas la bonne. Le comptable se base sur des données moyennes pour extrapoler les coûts sur l’ensemble du réseau. L’Association dit utiliser les vrais chiffres, CPE par CPE.

Pierre-Yves McSween affirme que l’administration des CPE coûte cher et que le fait que les employés soient souvent syndiqués entraîne une augmentation des coûts. On peut tomber dans le débat idéologique, ici, c’est facile : j’en entends plusieurs dire que les syndicats coûtent cher et que les CPE sont empêtrés dans la bureaucratie. Mais évitons ce piège.

Je vous pose deux questions : un employé, bien formé, relativement bien payé et mieux protégé, qui se consacre à ses vraies tâches comme éducateur, offre-t-il un meilleur service qu’un employé, moins bien payé, qui doit ajouter des tâches administratives à ses fonctions d’éducateur? Si oui, est-il approprié de payer plus cher pour ce service?

L’éducation permet d’espérer une vie meilleure, plus riche, plus épanouie, plus réjouissante. Des milliers d’études ont été réalisées sur le sujet, la démonstration n’est plus à faire. Les pays les plus éduqués sont les plus riches, les plus prospères, les plus heureux. Selon l’OCDE, ce sont ces pays qui sont les plus compétitifs ou qui sont en voie de le devenir. Et ce sont les pays qui misent sur l’éducation qui ont les niveaux d’espérance de vie les plus élevés, qui sont les plus hauts aussi dans les classements sur la qualité de vie.

« Le niveau de formation, affirme l’OCDE, est l’indicateur selon lequel les individus se répartissent entre la pauvreté et la richesse relative; et la répartition des compétences au sein d’une société – son degré d’inclusion – s’observe dans les inégalités de revenus au sein de la société. Les pays où les adultes peu compétents sont proportionnellement nombreux sont aussi ceux où les inégalités de revenus sont fortes – comme le montre le coefficient de Gini. »

C’est donc fondamental : l’éducation est porteuse de richesse, de succès, de bien-être.

Dans le contexte du Québec, c’est important de rappeler l’importance de l’éducation dans l’enrichissement d’une société. Le gouvernement ne prévoit augmenter que de 0,2 % les sommes dévolues à l’éducation en 2015-2016, ce qui devrait se traduire par une réduction des dépenses réelles dans ce secteur étant donné l’inflation prévue de 1,4 % cette année.

Comment évaluer l’impact d’une telle décision dans une société qui a beaucoup misé, il faut le dire, sur le développement de son système d’éducation depuis 40 ans, dans une société où les taux de diplomation sont dans la moyenne canadienne?

couillardEn point de presse mardi matin pour souligner le premier anniversaire de sa prise du pouvoir, Philippe Couillard a dit que de ne pas restructurer les finances publiques au Québec serait plus dommageable que ce que peuvent provoquer les compressions actuelles.

C’est en regardant la situation à long terme que le premier ministre justifie les mesures d’austérité, qu’il appelle de la rigueur budgétaire, des mesures qui touchent de plein fouet le secteur de l’éducation.

À l’émission La soirée est encore jeune diffusée samedi soir sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première, l’entrepreneur Alexandre Taillefer déclarait qu’il « n’y avait pas de place pour l’austérité en éducation. L’éducation est un investissement. C’est une façon pour une société d’évoluer. C’est une façon pour l’ensemble des classes de générer de meilleurs revenus. Mais, par contre, l’éducation, ce n’est pas  une façon de remplir les besoins des entreprises. Ce n’est pas une adéquation entre les besoins d’une entreprise et ce qu’on va réussir à former. Selon moi, l’éducation, l’enjeu numéro un de l’éducation, c’est de s’assurer d’être capable de transmettre aux étudiants une passion, ce qui va leur permettre d’être heureux dans la vie. »

Alexandre Taillefer exprime en d’autres mots la critique qu’on retrouve dans un collectif publié sous la direction de l’économiste Ianik Marcil. La professeure Joëlle Tremblay écrit que « l’éducation est devenue l’une des composantes d’un système mercantile dont le seul but véritable est d’être rentable ». Elle ajoute que « le débat qui a court sur la remise en question de la culture générale par rapport au savoir technique est probant. De tout temps, nous avons eu un rapport difficile avec le savoir et les connaissances en général ».

Le gouvernement tient un discours résolument différent. Dans le budget 2015-2016, déposé le 26 mars, Québec prévoit « des mesures pour accroître la performance [sic] du marché du travail. Ces actions permettront d’améliorer l’adéquation entre la formation et les besoins du marché du travail afin d’augmenter la population active en mesure de répondre aux besoins sectoriels et régionaux de main-d’œuvre. »

Allons-nous dans la bonne direction? Qu’en pensez-vous?

Sources :

Derrière l’écran de fumée…

Vendredi 21 février 2014 à 12 h 59 | | Pour me joindre

Pour me joindre

À lire les journaux et à écouter la radio, le budget Marceau se résume essentiellement à une hausse du tarif de garderie de 7 à 9 $. Cette mesure va permettre au gouvernement de toucher plus ou moins 100 millions de plus par année. Ce n’est pas grand-chose sur un budget de 75 milliards, et ce n’est rien à côté de ce qui est vraiment important, ambitieux et irréaliste selon certains dans ce budget. En fait, les 2 chiffres les plus importants de cet exercice, c’est 2 et 3.

D’abord, 2 % 

Le ministre des Finances Nicolas Marceau prévoit une croissance des dépenses de programmes de 2 %. En 2012-2013, année où le PLQ et le PQ ont été au pouvoir, la croissance des dépenses de l’État s’est limitée à 1,2 %. Pour l’exercice qui se termine le 31 mars prochain, soit 2013-2014, le gouvernement cible une croissance de 2,5 %.

Revenir à 2 % pour le prochain exercice exigera des compressions budgétaires qui demanderont un courage politique et une conviction sans faille. Le gouvernement Marois s’expose à la critique et à la contestation. Un bras de fer s’engagera avec les fonctionnaires, à qui l’État demandera des concessions, avec les médecins aussi, à qui le gouvernement voudra faire avaler la pilule de revoir l’entente de rémunération conclue avec eux. Un débat va s’engager aussi dans le réseau des commissions scolaires, où le gouvernement veut déterminer au moins 125 millions d’économies.

L’autre chiffre, c’est 3. Seulement 3 % de hausse de dépenses en santé

Depuis l’introduction de la contribution santé, la hausse des dépenses en santé est d’environ 4,6 % par année. Réduire à 3 % la croissance des dépenses dans ce secteur, c’est exiger purement et simplement des compressions importantes dans le système. L’Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux évalue à 400 millions de dollars les compressions nécessaires pour l’exercice 2014-2015 dans un tel contexte.

Le ministre Marceau demande aux médecins de rouvrir l’entente salariale négociée avec eux. Cet accord prévoit une hausse de rémunération de 540 millions cette année. Si les médecins acceptent de réduire cette augmentation ou de l’étaler sur trois ans, on pourrait atténuer ou éviter d’autres compressions dans le monde de la santé. Mais il est loin d’être acquis que le gouvernement du Québec et les médecins vont s’entende sur une révision de ce qui a été négocié et signé par les deux partis. Et il n’est donc pas impossible de voir les listes d’attente dans les hôpitaux s’allonger.

Un autre chiffre : 613 millions

Si l’État a un travail magistral à faire pour contrôler ses dépenses, il ne doit pas oublier que ses nouvelles entrées de revenus ne viennent pas d’une croissance économique plus forte, mais d’une taxation plus élevée : garderies, hydroélectricité, réduction de l’avantage fiscal de l’investissement dans le Capital régional et coopératif Desjardins.

Surtout, le ministre des Finances Nicolas Marceau peut compter sur de l’argent inespéré : les transferts fédéraux sont 1,2 milliard plus élevés qu’attendu lors de la mise à jour économique de novembre dernier. Pourquoi? Parce que la croissance économique de la plus grande province au Canada, l’Ontario, a été plus forte que prévu. Cette croissance est venue relever la moyenne attendue du niveau de services à rendre par province. Du coup, toutes les provinces qui reçoivent de la péréquation ont vu les montants qui leur étaient destinés augmenter.

Donc, 50 millions de plus pour le Québec en 2013-2014, 613 millions de plus en 2014-2015 et 532 millions de plus l’an prochain, 2015-2016.

Alors, derrière l’écran de fumée de la hausse des tarifs de garderie, le gouvernement appuie son équilibre sur deux piliers fragiles : des compressions en santé et des transferts fédéraux plus généreux.

Information, éducation et éthique

Vendredi 7 juin 2013 à 13 h 54 | | Pour me joindre

Pour me joindre

J’ai eu le privilège de recevoir jeudi le prix de journalisme en littératie financière de l’Institut québécois (IQPF) de la planification financière. Je n’écris pas ça pour m’attirer des félicitations, loin de là. Je veux faire part des réflexions que j’ai transmises aux membres de l’IQPF qui étaient rassemblés pour leur congrès au Château Frontenac à Québec.

Permettez-moi tout de même de remercier l’IQPF pour cette reconnaissance, qui me touche beaucoup. En remettant un tel prix à un journaliste, l’IQPF reconnaît qu’il est important de s’informer pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit et pour prendre de meilleures décisions personnelles, dont celles qui touchent les finances. On parle ici d’une information large et variée sur les questions économiques, qui ont un impact quotidien sur les marchés.

Information

Les journalistes de la presse écrite, de la télévision, du web et de la radio, des médias reconnus comme Radio-Canada, TVA, La Presse ou Les Affaires, et j’en passe bien sûr, sont guidés par des normes sévères de déontologie qui vous assurent une information vérifiée, juste et équilibrée. Aujourd’hui, quantité de sources fournissent une multitude d’informations notamment par le canal des médias sociaux. Plus que jamais, il faut rappeler l’importance de bien choisir ses sources d’informations.

Éducation

Obtenir un ou plusieurs diplômes, c’est se donner une chance de vivre une meilleure vie, de demeurer maître de son destin et ça vient réduire les risques de subir les événements et décisions, mais plutôt d’y participer, de les comprendre et de saisir les occasions qui se présentent. Bien sûr, il y a beaucoup d’imprévus et de malchances qui peuvent nous toucher, mais l’éducation nous ouvre des portes et peut nous donner des ailes. Et dans le cas qui nous occupe dans ce blogue, elle peut nous permettre de comprendre et de connaître de façon tout à fait fonctionnelle les enjeux financiers qui nous touchent.

Éthique

Les planificateurs financiers et les journalistes ont ceci en partage : l’importance de l’éthique. Les planificateurs financiers, comme les journalistes économiques, sont en possession d’informations, dont ils comprennent bien la nature et qui peuvent avoir une influence sur votre vie, qui peuvent vous aider, mais qui peuvent aussi vous nuire si elles sont présentées et utilisées à mauvais escient. Les gens qui vont voir un planificateur financier ou qui suivent RDI économie tous les soirs placent leur confiance dans les gens qui leur parlent! C’est un beau privilège, qui vient bien sûr avec de grandes responsabilités.

Bref, tout ça pour dire que du mieux qu’on peut, on tente à RDI économie de proposer un contenu accessible, clair, précis et juste. Si on peut, ne serait-ce que modestement, participer à l’éducation économique et financière de nos téléspectateurs, alors, tant mieux!

RDI économie, édition spéciale – entrevue avec Pierre Fortin

sera rediffusée samedi 25 mai à 11 h 30 (HAE) et dimanche 26 mai à 19 h 30 (HAE).

L’entrevue intégrale est ici.

 

Pierre Fortin se dit homme de gauche. De gauche, mais pas toujours. Souvent, il a pris des positions qui s’approchaient de la droite, en s’associant d’ailleurs à des gens plus à droite que lui, comme Lucien Bouchard, lors de la publication du Manifeste pour un Québec lucide en 2005.

En fait, l’économiste de l’UQAM, qui arrive bientôt à 70 ans, est un pragmatique, dont l’approche s’arrime aux besoins réels de la société. Un vrai pragmatique. Pas idéologue, mais pas du tout. Quel est le constat? Quel est le défi? Quelles sont les solutions? C’est essentiellement les trois questions que Pierre Fortin semble se poser depuis des décennies dans son travail et son engagement pour le mieux-être du Québec et de ses citoyens.

En entrevue, 13 choses marquantes qu’il a dites :

  • Éducation : le Québécois moyen passe presque 15 années à l’école comparativement à 9 ans au début de la Révolution tranquille. Le Québec était alors en bas de l’échelle, les gens étant moins scolarisés que les Noirs américains, dit-il. Aujourd’hui, le Québec se démarque en ce qui a trait à la scolarité, sauf pour ce qui est de l’obtention du premier diplôme, celui du secondaire. Le taux de décrochage scolaire au Québec pour les jeunes adultes (25-44 ans) est de 10 %. Ces gens n’ont pas de diplôme secondaire. Dans le reste du Canada, c’est 7 %.
  • Niveau de vie : depuis 1990, le Québec a connu un essor plus rapide que l’Ontario sur le plan économique et que l’ensemble des provinces non pétrolières. Si bien que le revenu par habitant du Québec est passé de 80 à 97 % de celui de l’Ontario en 20 ans. Et pourtant, on travaille 6 % moins d’heures que l’Ontario! « On n’a pas besoin de travailler plus », nous dit Pierre Fortin, qui semble contredire le manifeste pour un Québec lucide et Lucien Bouchard, qui affirmaient qu’il fallait travailler davantage.
  • Le modèle québécois est un succès pour Pierre Fortin. Nous avons, dit-il, successivement eu l’assurance médicament, l’équité salariale, la prime au travail, le soutien aux enfants, les garderies à 7 $, les congés parentaux, le salaire minimum à 45-47 % du salaire moyen. En 1996, il y avait 100 000 familles à l’aide sociale. Aujourd’hui, nous sommes à 40 000. « Gros progrès » dit Pierre Fortin.
  • Nous avons « le plus gros État provincial et municipal en Amérique du Nord. Et de loin! » Si on dépensait au Québec autant que dans la moyenne canadienne, on dépenserait 30 milliards de moins par année. Vous avez bien lu…
  • « Je pense que ce sera pratiquement impossible de réduire la taille de l’État par rapport à ce qu’il est à l’heure actuelle, dit Pierre Fortin. Ce qui va être difficile, c’est de l’empêcher de continuer à grossir. »
  • Selon Pierre Fortin, à 55-56 % du PIB, la dette du Québec n’est pas trop élevée. Il fallait investir dans les infrastructures dans les dernières années. Et ces investissements ont permis au Québec de connaître une récession moins dure que ses voisins.
  • S’il le faut, il faudra reporter l’équilibre budgétaire d’un an ou deux, dit-il.
  • « Le vieillissement, on est dedans pour 30 ans! »
  • Niveau d’imposition au Québec : « la proportion des gens qui commencent à trouver ça trop » ne cesse d’augmenter, affirme l’économiste Fortin.
  • Il faut faire appel au secteur privé pour soulager le secteur de la santé « pour appuyer le secteur public ».
  • Il nous faut une « Commission McDonald » qui évaluerait les perspectives financières du Québec pour les 20 prochaines années. On n’a rien fait avec vision, selon Pierre Fortin, dans les dernières décennies pour voir venir les problèmes sociodémographiques et les investissements nécessaires dans les infrastructures.
  • On a dépensé 40 milliards depuis 5 ans pour nos infrastructures. « Y a-t-il une région moins néolibérale en Amérique du Nord que le Québec? » Nous ne sommes pas dans l’austérité, dit-il. On sait ici respecter le libre marché, mais on sait aussi mettre des balises. « Le Québec n’est pas du tout néolibéral. »
  • « On est la région d’Amérique du Nord où le 1 % est le moins riche, le moins nombreux et le plus taxé d’Amérique du Nord. Doit-on s’enorgueillir de ça? Oui. »

Et il y avait 3 questions pour terminer l’entrevue… Écoutez-les si ce n’est déjà fait! Et exprimez votre point de vue ici…

Est-ce bien 3 %?

Mardi 26 février 2013 à 11 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Petite vérification des faits pour rendre les choses plus claires. Au Sommet sur l’Enseignement supérieur, le ministre Pierre Duchesne et la première ministre Pauline Marois ont franchement campé leur position : tout converge vers une hausse des droits de scolarité indexée à environ 3 %. Sur le site du ministère, il est écrit que la proposition « prévoit notamment l’indexation des droits de scolarité selon le taux de croissance du revenu disponible des familles, soit environ 3 %, et l’inclusion des frais afférents dans le périmètre de cette indexation ».

En se basant sur les calculs assez complexes de l’Institut de la statistique du Québec, le revenu disponible des familles augmente, en effet, d’environ 3 % par année. De 3,3 % pour être exact si on prend la fourchette 2007-2011, les dernières données disponibles. Appréciez vous-mêmes les savants calculs de l’ISQ ici.

Ainsi, le revenu disponible des ménages totalisait :

en 2007 : 180,493 milliards
en 2008 : 188,701 milliards
en 2009 : 192,562 milliards
en 2010 : 197,531 milliards
en 2011 : 204,604 milliards

Il s’agit d’une hausse de :

en 2008 : +4,5 %
en 2009 : +2,0 %
en 2010 : +2,6 %
en 2011 : +3,6 %

Autrement dit, en temps de croissance économique, le taux de progression du revenu disponible augmente plus rapidement qu’en temps de récession. De 2007 à 2008, juste avant la récession, la croissance du revenu disponible a été marquée, soit 4,5 %. Puis, année de récession, la croissance n’a été que de 2,0 % en 2009. Et, avec la reprise, la croissance des revenus s’est accélérée en 2010 et en 2011.

Prenons donc les deux extrêmes pour évaluer la hausse possible des droits de scolarité :

  • À partir du niveau actuel moyen des droits à 2168 $ par année, une hausse de 2 %, donc indexée à la croissance du revenu disponible des ménages en 2009, signifierait une augmentation de 43 $ des droits;
  • Toujours en se basant sur le niveau actuel moyen de 2168 $, une hausse de 4,5 %, donc indexée à la croissance du revenu disponible des ménages en 2008, signifierait une augmentation de 98 $.

Je crois comprendre dans le vocabulaire du communiqué du ministère que le gouvernement projette d’indexer les droits de scolarité à la croissance du revenu disponible des ménages et non pas d’augmenter d’un niveau fixe, annuellement, de 3 %. Est-ce bien le cas? Si c’est ça, la hausse des droits sera donc variable. En se fiant aux données historiques, d’une année à l’autre, la hausse pourrait être coupée de moitié ou encore pourrait doubler.

Les propositions de la CAQ

Lundi 13 août 2012 à 14 h 30 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Semaine toute politique sur ce blogue en raison des élections au Québec.

D’abord, je fais cinq entrevues cette semaine avec les candidats « économiques » des partis. Ça commence avec la CAQ lundi soir. J’essaierai de faire le bilan des mesures fiscales, financières, économiques des partis à chaque jour sur ce blogue.

François Legault a dévoilé le programme électoralde la CAQ.
J’aimerais d’abord avoir vos commentaires sur les mesures proposées par la CAQ.

Voici les plus importantes :

  • intégrité : encadrement des contrats publics, commissaire à l’intégrité, limite au financement des partis;
  • hausse de salaire pour les enseignants, les directeurs d’école, les ingénieurs du ministère des Transports;
  • « effort de rationalisation majeur des dépenses d’opération » de la fonction publique;
  • plus de marge de manoeuvre pour les municipalités dans les relations de travail;
  • annulation de la contribution santé en deux ans pour les familles dont le revenu ne dépasse pas 100 000 $/année;
  • baisse les trois années suivantes de 100 $ par personne, dont le revenu familial ne dépasse pas 100 000 $/année;
  • hausse des droits de scolarité de 200 $/année pendant cinq ans dès janvier 2013;
  • revenus des redevances sur les ressources non renouvelables 100 % versés à la dette;
  • cinq heures d’école de plus par semaine au secondaire;
  • abolition des commissions scolaires, des élections scolaires et du siège social de l’Université du Québec;
  • cours d’économie obligatoire en 4e secondaire;
  • financement des établissements de santé en fonction du volume de soins dispensés aux patients;
  • réduction des honoraires payés aux pharmaciens;
  • annulation de la « règle de 15 ans » sur les médicaments d’origine;
  • implanter un « dossier patient informatisé pour chaque Québécois »;
  • projet-pilote permettant aux médecins d’offrir des services aux secteurs public et privé;
  • cinq jours de congé payé par année pour responsabilités parentales aux travailleurs du secteur privé;
  • régime volontaire d’épargne-retraite géré par le Régime des rentes du Québec;
  • restructurations des crédits d’impôt et un rôle de « guichet unique » pour Investissement Québec;
  • la Caisse de dépôt devra augmenter « d’une façon responsable » ses placements au Québec;
  • création d’un fonds de ressources naturelles du Québec de 5 milliards de dollars géré par la Caisse de dépôt;
  • réduction du nombre d’immigrants admis au Québec à 45 000 par année pendant deux ans;
  • rendre obligatoire le vote secret pour l’accréditation syndicale des travailleurs, le vote de grève, l’acceptation ou le refus d’une offre patronale;
  • conclure un pacte fiscal particulier à Montréal;
  • étiquetage obligatoire pour les produits contenant des OGM;
  • priorité nationale : hydroélectricité, remise en cause de l’éolien, moratoire sur le gaz de schiste;
  • hausse des budgets en culture et assurer un financement stable aux grands évènements.

Voilà. C’est là l’essentiel des mesures les plus marquantes de la CAQ. Je vous invite à écrire ce que vous appréciez et ce que vous appréciez moins. Je vous signale aussi que les entrevues réalisées avec les candidats « économiques » des partis seront disponibles sur notre site à radio-canada.ca/elections-economie.

 

Quantité d’entreprises manufacturières ont fermé leurs installations au Québec pour déménager dans des villes où les subventions publiques sont plus qu’alléchantes ou pour s’installer là où les coûts de main-d’oeuvre sont bas.

On pense à Electrolux, qui va quitter L’Assomption pour Memphis en retour d’un soutien de la ville et de l’État du Tennessee de plus de 130 millions de dollars. On pense aussi à Mabe, qui va mettre la clé sous la porte de son usine de Montréal au profit de ses installations américaine et mexicaine. Et puis, il y a quelques jours, BRP annonçait que ses motomarines ne seraient plus produites à Valcourt, mais au Mexique.

On peut tenir les discours qu’on voudra, oui, le secteur manufacturier est en déclin. Au cours de la première décennie des années 2000, la part du manufacturier dans le PIB du Québec est passée de 23 à 16 %.

Productivité + éducation

La présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins Monique LerouxCela dit, dans un discours prononcé il y a un peu plus d’un mois, la présidente du Mouvement Desjardins, Monique Leroux, expliquait que ce secteur est toujours bien en vie chez nous et qu’on a tout intérêt à miser sur l’industrie manufacturière, qui représente toujours 90 % de nos exportations. Pour stopper le déclin et assurer la vitalité d’un secteur névralgique à l’économie du Québec, Monique Leroux affirme qu’il faut miser sur la productivité. « Il faut investir pour se repositionner et aller chercher sa part de succès dans une économie mondiale dont les pays émergents sont aujourd’hui la locomotive. »

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a rendu publique une étude effectuée auprès de 103 dirigeants d’entreprises d’au moins 50 employés de la région métropolitaine de Montréal. Ces entreprises disent vouloir investir, mais elles disent avoir du mal à avoir accès à une main-d’oeuvre qualifiée. Il faut tout faire, maintenant, plus que jamais, selon les dirigeants, pour réduire le décrochage et augmenter le taux de diplômés universitaires. Ces gens-là ont confiance dans les capacités et les possibilités de leur ville. Mais il faut passer à l’action et stimuler davantage l’économie montréalaise.

L’OCDE a aussi publié un rapport la semaine dernière pour rappeler à tout le Canada que ses lacunes en matière de productivité pourraient nuire à son économie au cours des prochaines années. Et ça, les États-Unis de Barack Obama semblent l’avoir compris. D’abord, sa productivité est exemplaire. Et ses stratégies pour retenir et ramener des entreprises manufacturières sont agressives.

Délocalisation + soutien public

Le président américain, Barack Obama

Une étude publiée en mars par le Boston Consulting Group nous apprend qu’un virage est en train de s’amorcer chez nos voisins du sud. Un phénomène de « relocalisation vers les États-Unis » s’est amorcé écrivait Alternatives économiques dans son édition de mai 2012. « Depuis début 2010, le secteur manufacturier a créé 300 000 emplois nets, pour la première fois depuis 1990. »

 

Il y a cinq raisons principales qui expliquent ce phénomène :

  • la productivité des Américains demeure plus forte qu’en Chine, plus forte que partout ailleurs il faut le dire, beaucoup plus élevée qu’au Canada;
  • les salaires des ouvriers chinois augmentent de 15 à 20 % par année, sont passés de 50 ¢ l’heure en 2000 à 4,50 $ projetés en 2015;
  • les coûts de l’énergie – électricité et pétrole – augmentent en Chine et dépassent, en certains endroits, les coûts constatés aux États-Unis;
  • l’appréciation du yuan réduit la compétitivité des entreprises chinoises;
  • la qualité de la main-d’oeuvre est meilleure aux États-Unis qu’en Chine.

Une fois pris en compte tous ces facteurs, on constate que les coûts de production en Chine ne seront plus que 10 % inférieurs aux États-Unis en 2015. Le Boston Consulting Group affirme que dans trois ans, le Mexique sera moins cher que la Chine, mais le pays doit composer avec une main-d’oeuvre moins qualifiée, des infrastructures de faible qualité et un risque élevé lié à la sécurité.

Dans les circonstances, le secteur manufacturier américain demeure en vie et espère même un retour de croissance parce que le gouvernement fédéral, les États et les villes soutiennent leurs entreprises et ajoutent les sommes nécessaires pour faire pencher la balance en leur faveur.

Le Québec évolue dans le même marché et la même réalité. L’approche américaine peut certainement nous inspirer.

Sources : CCMM, Desjardins, BCG, Alternatives économiques, OCDE

 

À 100 $ d’une sortie de crise…

Vendredi 1 juin 2012 à 12 h 43 | | Pour me joindre

Pour me joindre

L’ampleur du fossé entre le gouvernement et les associations étudiantes tient beaucoup plus aux principes qu’aux chiffres. Entre le gel et la hausse, les deux parties ne trouvent pas de compromis. Mais, quand on s’intéresse aux chiffres, on constate que les associations étudiantes et le gouvernement n’ont jamais cessé de se rapprocher. Et l’arrêt des négociations, vu de cet angle, est reçu avec déception par à peu très tous les intervenants et observateurs, des syndicats au patronat.

Soyons clairs.

1- Le gouvernement a fait un gros bout de chemin en réduisant la hausse de 325 $ par année sur 5 ans prévue dans le budget 2011-2012 à un montant annuel de 254 $ sur 7 ans, puis à 100 $ dans les négociations des derniers jours, même si ce chiffre de 100 $ n’est que pour la première année de la hausse prévue.

2- Les associations étudiantes ont aussi fait un gros bout de chemin en proposant la réduction d’avantages fiscaux (REEE et crédits d’impôt) qui avaient pour but de combler la hausse prévue pour les deux premières années, à coût nul pour le gouvernement et les universités.

3- Nous savons tous maintenant que ce débat sera tranché lors d’une prochaine élection générale qui aura lieu, comme le disait le premier ministre jeudi soir, d’ici 18 mois.

Donc, la réalité, c’est que nous étions à 100 $ seulement d’une sortie de crise temporaire!

Entre 0 et 100 $, n’aurait-il pas été possible d’arriver à une entente temporaire sur, à tout le moins, la première année du plan de financement universitaire du gouvernement? N’aurait-il pas été possible de faire ça en sachant, de part et d’autre, que c’est lors d’une élection qu’on va vraiment pouvoir trancher ce débat?

Tout le monde y aurait trouvé son compte : le gouvernement aurait maintenu son plan de match, les étudiants auraient pu défendre avantageusement une telle entente devant leurs associations et les citoyens, inquiets de la crise actuelle, auraient été soulagés.

À la fin des négociations jeudi après-midi, voici l’état de la situation :

L’offre du gouvernement

2012-2013 : hausse des droits de scolarité de 100 $ plutôt que 254 $ tel que prévu. Le manque à gagner de 154 $ sera comblé par une réduction du crédit d’impôt pour frais de scolarité.

2013-2014 à 2018-2019 : hausse de 254 $ des droits de scolarité par année.

Cette proposition fait passer la hausse sur 7 ans de 1779 $ à 1624 $. Autrement dit, la hausse prévue de 82 % passe à 75 %.

Dans une autre proposition soumise un peu plus tôt cette semaine, le gouvernement proposait de réduire la hausse prévue de 254 $ à 219 $ par année. Encore une fois, c’est une réduction du crédit d’impôt pour frais de scolarité qui allait financer cette baisse. Cette proposition était un peu plus généreuse : elle ramenait la hausse à 1533 $ sur 7 ans, soit 71 %.

Sur les ondes de RDI jeudi soir, à l’émission 24 heures en 60 minutes, la ministre Courchesne a déclaré qu’elle aurait été prête à descendre jusqu’à 200 $ par année, ce qui aurait ramené la hausse à 1400 $, soit 65 %. Cette proposition du gouvernement n’a pas été mise sur la table lors des négociations.

Le premier ministre Charest a indiqué, en point de presse jeudi, que le gouvernement était prêt à tenir un forum sur l’éducation à l’automne avec la participation des acteurs socioéconomiques du Québec. Jean Charest s’est dit prêt à présider ce forum.

Il faut ajouter que le gouvernement, depuis le début de la grève, a modifié sa proposition à deux reprises.

Le 5 avril, le gouvernement a annoncé une bonification des prêts étudiants, une mesure qui ne coûte rien au gouvernement dans l’immédiat, mais qui pourrait entraîner des coûts supplémentaires dans le temps. Le gouvernement garantit les prêts des institutions financières aux étudiants, de là les taux d’intérêt préférentiels. Québec doit rembourser aux institutions les prêts en défaut de paiement.

Le 27 avril, le gouvernement a bonifié de 39 millions de dollars les bourses versées aux étudiants. C’est une opération à coût nul, puisque pour financer cette mesure, Québec a décidé de réduire de 20 % à 16,5 % le crédit d’impôt pour frais de scolarité.

D’ailleurs, à ce propos, comment fonctionne ce crédit d’impôt? Prenons par exemple une somme de 2000 $ de frais de scolarité. Au moment de remplir votre déclaration de revenus, vous inscrivez 2000 $ à la ligne prévue à cet effet. Vous calculez 16,5 % de ce 2000 $, ça vous donne 330 $. Vous pouvez donc réduire votre impôt de 330 $. Si vous n’avez pas d’impôts à payer, vous pouvez refiler ce crédit d’impôt à vos parents ou à un conjoint, ou encore en profiter plus tard lors d’une autre déclaration de revenus.

C’est aussi le 27 avril que le gouvernement du Québec a décidé d’étirer la hausse des droits sur 7 ans au lieu de 5. L’impact financier est moindre chaque année pour les étudiants, mais l’objectif du gouvernement est le même.

L’offre des étudiants

Les étudiants ont proposé au gouvernement de réduire davantage le crédit d’impôt pour frais de scolarité. La FEUQ m’explique, dans un courriel que, « vu que le gouvernement du Québec a estimé que couper 3,5 points de pourcentage dans le crédit d’impôt pour frais de scolarité coûte 39 millions de dollars, une diminution d’un point rapporterait au trésor public 11,1 millions de dollars ».

Les étudiants ont donc proposé ceci :

2012-2013 : réduction de 4 points du crédit d’impôt, qui passerait ainsi de 16,5 % à 12,5 %. Cette décision permettrait d’épargner 44,4 millions de dollars et compenserait la hausse prévue pour cette année-là.

2013-2014 : réduction de 5 points supplémentaires du crédit d’impôt, qui passerait ainsi de 12,5 % à 7,5 %. Cette décision permettrait d’épargner 55,5 millions de dollars de plus et compenserait la hausse prévue pour cette année-là, en ajoutant les 44,4 millions déjà épargnés par la première baisse du crédit d’impôt.

Ainsi, par la réduction du crédit d’impôt, de 16,5 à 12,5% la première année, puis à 7,5 % la deuxième année, les droits de scolarité ne seraient pas relevés en 2012-2013 et 2013-2014.

Je présume que les associations étudiantes laisseraient le gouvernement imaginer une hausse de 254 $ pour les 5 années suivantes, mais que la question serait, de toute façon, débattue de nouveau à l’occasion d’un forum sur l’éducation et d’une élection générale.

Les étudiants ont aussi proposé d’annuler l’Incitatif québécois à l’épargne-études. C’est un autre crédit d’impôt qui a coûté 56 millions de dollars aux contribuables en 2010-2011. 

Le gouvernement du Québec vous donne de 10 à 20 % de ce que vous épargnez dans un Régime enregistré d’épargne-études, un REEE. Il y a des maximums, de 250 à 500 $ dépendamment des cas, je ne veux pas m’étendre sur le sujet.

Pour bien des gens, le REEE est une manière d’épargner pour aider leurs enfants à étudier. Pour la FEUQ, « les subventions aux REEE sont fortement régressives. Selon [le professeur d'économie] Kevin Milligan, la subvention bénéficie surtout aux deux quintiles de revenu supérieur. En gros, on subventionne des familles qui n’en ont pas nécessairement besoin, vu que la capacité d’épargne est concentrée dans les familles plus riches ». La FEUQ propose d’annuler ou de réduire la subvention.

Voilà. Bonne fin de semaine…