Billets classés sous « dette »

Pas de résolution? Vraiment?

Mardi 7 janvier 2014 à 14 h 49 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Chers fidèles à ce blogue, je tiens d’abord à vous remercier sincèrement de lire, de partager, de commenter les billets publiés ici depuis 2006. Vos commentaires, vos questions et les échanges que nous avons me sont devenus essentiels. Pourquoi? Parce que je peux ainsi rester connecté sur les réflexions des gens pour qui on travaille ici à Radio-Canada et aussi parce que ce blogue m’aide à structurer ma pensée, ma recherche, ma préparation. Entre le blogue, RDI économie et mes interventions à la télé et à la radio, il doit y avoir un fil conducteur efficace. C’est souvent ici, dans ce blogue, que ça commence ou que ça se termine!

J’ai à peu près tout débranché durant le temps des fêtes. Pas de bulletin de nouvelles. Pas de journaux, pas d’Internet. De la glace partout, trois pannes de courant, une  grande panne d’Internet (toujours pas réglée d’ailleurs), j’ai à peine capté quelques infos à la radio en auto ou encore en jetant un petit coup d’œil furtif sur un journal tout près de la caisse au magasin général du village. J’ai lu quelques livres, j’ai chauffé le foyer en masse, j’ai joué au scrabble (j’ai gagné deux fois, mais j’ai perdu plusieurs fois), entre amis, en famille. J’ai regardé les branches de mes pins éclater sous la glace, un saule pleureur se briser en deux, trois bouleaux plier comme une perche. On s’est enfilé quelques épisodes de Dexter 8 et j’ai choppé un virus début janvier.

Je ne sais pas trop pourquoi je vous raconte tout ça, ce n’est pas trop mon habitude. Mais il me semble que ça nous change un peu des finances publiques, des taux d’intérêt, des questions de pétrole ou de crédit d’impôt, vous ne trouvez pas?

Pas de résolution non plus pour 2014. Parce que ça ne tient jamais très longtemps. Et parce qu’une résolution, à mon avis, ça peut se prendre à n’importe quel moment de l’année et ça doit s’installer dans notre mode de vie. Épargner (aux 2 semaines). Arrêter de fumer (je ne fume pas!). Faire de l’exercice (tous les jours… ou presque!). Devenir végétarien (pas pour moi!). Etc.

Mais, quand même, si j’avais cinq résolutions à vous et à me proposer, je vous dirais ceci :

  1. Débrancher le téléphone cellulaire intelligent durant vos congés hebdomadaires : ce sera difficile de ne pas, tout de même, jeter des coups d’œil de temps à autre, mais vous le ferez moins souvent, vous serez moins dérangés, interpellés, perturbés!
  2. Mettez de l’argent de côté chaque semaine ou à chaque paie dès maintenant. L’économiste Jean-Luc Landry nous disait en début d’année qu’on devrait épargner 10 $ par semaine dès l’âge de 20 ans, 20 $ à 30 ans, 30 $ à 40 ans, 40 $ à 50 ans, 50 $ entre 60 et 70 ans.
  3. Faites-vous un budget. Vos dépenses, vos revenus sur des périodes comparables. Vous allez voir si vous avez une marge de manœuvre ou pourquoi vous n’arrivez pas!
  4. Remboursez vos dettes aux taux d’intérêt les plus élevés d’abord. Si vous n’êtes pas capable ou si vous n’êtes pas discipliné pour payer le solde de votre carte de crédit tous les mois, ne l’utilisez pas!
  5. Lisez. Informez-vous. Choisissez vos sources d’informations pour apprendre des choses, pour comprendre les enjeux. Il faut le faire, il faut sortir du bruit et du tourbillon pour revenir à l’essentiel, au fondamental, au plus important (c’est songé n’est-ce pas?)

Allez, bonne année!

Nos suggestions de livres

Mercredi 1 janvier 2014 à 12 h 25 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Chers amis!

Voici les suggestions de lecture de nos journalistes, diffusées dans notre édition spéciale RDI économie – résolutions 2014.

 

Andrée-Anne Saint-Arnaud

  • Economix par Michael Goodwin, illustrations de Dan E. Burr, Éditions Les Arènes, 2013, 304 pages
  • Dette : 5000 ans d’histoire par David Graeber, Éditions Les liens qui libèrent, 2013, 623 pages

Vincent Maisonneuve

  • Arrêtons d’avoir peur! : Insecticides, OGM, alimentation, pollution, radioactivité, énergie nucléaire, antennes de téléphones portables… Ne croyez pas les nouvelles alarmistes par Maurice Tubiana, Éditions Michel Lafon, 2012, 253 pages
  • L’Apocalypse n’est pas pour demain : pour en finir avec le catastrophisme par Bruno Tertrais, Éditions Denoël, 2011, 285 pages

 

Maxime Bertrand

  • Rebâtir l’avenir par Jacques Racine, Éditions Médiaspaul, 2013, 264 pages
  • Crise financière : pourquoi les gouvernements ne font rien par Jean-Michel Naulot, Éditions Seuil, 288 pages

 

Mathieu Dion

  • Freakonomics: A rogue economist explores the hidden side of everything par Steven D. Levitt et Stephen J. Dubner, Éditions HarperCollins, 2005, 336 pages (en français, Éditions Folio en 2007)
  • L’économie : les grands concepts expliqués par Collectif, Éditions Marcel Didier, 2013, 352 pages

 

Gérald Fillion

  • Créer et partager la prospérité : sortir l’économie canadienne de l’impasse par Diane Bellemare, préface de Claude Castonguay, Éditions Presses de l’Université du Québec, 2013, 252 pages
  • L’égalité, c’est mieux par Richard Wilkinson et Kate Pickett, préface de Claude Cossette, Éditions Écosociété, 384 pages

Dette du Québec : lunettes roses?

Mercredi 18 décembre 2013 à 13 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

C’est avec beaucoup d’intérêt que nous avons écouté Jacques Parizeau cette semaine nous parler des finances publiques du Québec. Pour les uns, c’est un sage qui parle, un très grand connaisseur de la finance et de l’économie du dernier demi-siècle au Québec. Il faut l’écouter.

Pour d’autres, Jacques Parizeau est un homme du passé qui regarde les chiffres avec des lunettes anciennes et une analyse qui n’est plus appropriée à la réalité d’aujourd’hui.

Il est clair que le discours de l’ancien premier ministre (1994-1996) et ancien ministre des Finances (1976-1984) détonne des propos habituellement inquiets, préoccupés, alarmistes peut-être, sur l’état de santé des finances publiques du Québec. Dans l’entrevue qu’il nous a accordée, Jacques Parizeau nous a demandé de cesser de dramatiser la dette, qu’au fond, en nous comparant avec nos pairs, nous sommes « désespérément normaux ».

N’empêche, l’agence de notation Fitch, agence assez dynamique dans la notation des États, est venue, semble-t-il, à un cheveu d’abaisser la note de crédit du Québec. La première ministre Pauline Marois a dû intervenir auprès de l’agence pour expliquer le plan de match de son gouvernement en matière de contrôle des dépenses et de stimulation de l’économie.

L'ancien premier ministre du Québec, Jacques ParizeauLa note sur la dette du Québec est sous surveillance avec perspective négative pour Fitch. Et, selon Christian Dubé, porte-parole de la CAQ en matière de finances, d’autres agences sont préoccupées et pourraient placer la note de crédit du Québec sous surveillance avec perspective négative. Pour l’instant toutefois, à part Fitch, aucune des institutions n’a exprimé publiquement une inquiétude à propos du plan de retour à l’équilibre budgétaire du gouvernement du Québec.

Le député Dubé accuse Jacques Parizeau de porter des « lunettes roses ». L’ancien premier ministre nous a dit, en entrevue, qu’il fallait comparer des pommes avec des pommes. Le gouvernement fédéral exprime sa dette en fonction des déficits cumulés, ce qui lui donne un ratio d’un peu plus de 33 % par rapport au PIB. Pourquoi devons-nous, au Québec, toujours attirer l’attention sur la dette brute, qui est à 54 % du PIB? Pourquoi, nous, prenons-nous la dette la plus impressionnante, se demande Jacques Parizeau, alors que les autres ne le font pas?

Définissons les types de dettes :

  • La dette du secteur public représente la dette du gouvernement, des réseaux de santé et d’éducation, la dette d’Hydro-Québec, des municipalités et des autres entités du gouvernement. Total d’environ 260 milliards de dollars, soit 73 % du PIB approximativement.
  • La dette brute représente la dette du gouvernement et le passif net au titre des régimes de retraite et des avantages sociaux futurs. On soustrait les sommes investies dans le Fonds des générations. Total de 192 milliards, soit près de 54 % du PIB.
  • La dette nette, c’est la dette brute à laquelle on soustrait les actifs financiers, soit les investissements en immobilisations (immeubles, biens meubles, etc.). Total de 175 milliards, soit 49 % du PIB.
  • Et puis, la dette représentant les déficits cumulés soustrait également de la dette nette les actifs non financiers, c’est-à-dire les actifs qu’on ne peut pas négocier sur un marché et qui ne rapportent pas de revenus. Donc, en soustrayant tous les actifs de la dette brute, on arrive à la dette représentant les déficits accumulés qui totalise 118 milliards, soit 33 % du PIB.

Jacques Parizeau a raison de dire que pour bien comparer les dettes avec les autres gouvernements, c’est la dernière mesure qui est le plus souvent utilisée. En effet, à la page 319 du dernier budget fédéral, le ministre des Finances Jim Flaherty utilise bel et bien la dette représentant les déficits cumulés en parlant de la dette fédérale. À 608 milliards de dollars, cette dette représente 33,5 % du PIB à la fin de l’exercice 2012-2013 pour le Canada. Au Québec, cette même dette est à 33 %.

Le député Christian Dubé, porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de financesCela dit, Christian Dubé me faisait remarquer que les provinces sont responsables d’un niveau d’infrastructures élevé, ce qui n’est pas le cas pour le fédéral. Dans les circonstances, il est d’avis qu’on devrait s’intéresser le plus souvent à la dette nette, qui serait, selon lui, la plus représentative. Il met pourtant en évidence, sur son blogue, ce que la dette la plus « heavy metal », la méga-dette (permettez l’allusion !) qui inclut toutes les dettes de toutes les entités sans tenir compte des actifs. C’est la dette que met toujours en évidence l’IEDM.

Cela dit, les défis du Québec sont multiples : la population active est appelée à baisser avec le vieillissement accéléré de la population. Les coûts de santé iront grandissant. Le CIRANO affirme que la croissance des dépenses va largement dépasser la croissance des revenus. Et le contrôle des dépenses demeure un défi constant, un défi que le ministre Marceau donne l’impression de relever pour l’instant. Mais il ne faut en rien baisser les bras.

Jacques Parizeau a-t-il raison de nous dire que c’est gérable ? Christian Dubé a-t-il raison de s’inquiéter d’une décote de la note du Québec?

« Désespérément normaux! »

Lundi 16 décembre 2013 à 18 h 12 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Jacques Parizeau lance un appel au calme. Le Québec n’est pas aux prises avec un problème structurel dans ses finances publiques. « Nous sommes désespérément normaux », nous a-t-il dit dans une entrevue qui sera diffusée à RDI économie mardi soir.

Selon l’ancien premier ministre et ancien ministre des Finances du Québec, la croissance habituelle des revenus de l’État devrait permettre d’absorber la hausse des coûts de santé prévus pour les prochaines décennies. Le groupe de recherche CIRANO prévoit que les dépenses en santé vont doubler d’ici 17 ans. Jacques Parizeau répond qu’une somme à 3 % double tous les 23 ans. C’est donc dire que les coûts de santé devraient grimper d’environ 3,5 % au Québec au cours des prochaines années.

Jacques Parizeau dit que la hausse des revenus nominaux du Québec est généralement, sauf en 2013, de 3 à 3,5 %. « C’est gérable », selon lui.

Il nous demande aussi de regarder les bons chiffres sur la dette. La dette brute est de 192 milliards de dollars. Mais il faut tenir compte des actifs financiers et non financiers, qui sont évalués à 74 milliards de dollars. Nous arrivons ainsi à la dette représentant les déficits cumulés, l’indice utilisé par les autres provinces, affirme Jacques Parizeau. Cette dette avoisine les 118 milliards de dollars, soit 33 % du PIB, l’équivalent du gouvernement fédéral.

Notre vrai problème, dit-il, c’est le retard du Québec sur le plan de l’automatisation des PME et sur l’intégration des technologies de l’information. Notre problème de productivité nuit à nos exportations, qui représentent 50 % de notre PIB. Il est là le problème structurel de dire Jacques Parizeau.

Qu’en pensez-vous?

Voici l’entrevue intégrale…

La carotte, le bâton et le huard

Vendredi 13 décembre 2013 à 15 h 06 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Malgré tous les avertissements, malgré le resserrement des règles hypothécaires et même si l’économie ralentit, les Canadiens continuent de s’endetter. Le niveau d’endettement des ménages monte moins rapidement que par le passé, mais il monte encore. Au troisième trimestre, ce taux est passé de 163,1 à 163,7 %. Autrement dit, pour chaque tranche de 100 $ de revenu disponible, les ménages ont une dette moyenne de 163,70 $, en incluant le crédit à la consommation et les dettes hypothécaires.

Votre dette, c’est la menace principale dans l’économie canadienne selon plusieurs experts. Le FMI nous le dit souvent : le Canada s’expose à des jours difficiles si une bulle d’endettement se forme et éclate avec une éventuelle hausse des taux d’intérêt.

Dans les circonstances, la Banque du Canada peut difficilement envisager une baisse de taux d’intérêt pour stimuler l’économie. Mais elle ne peut pas non plus les monter compte tenu de la faible croissance du PIB et de l’inflation. C’est un exercice d’équilibrisme intense pour le nouveau gouverneur de la Banque du Canada.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, et Gérald Fillion, à droiteD’ailleurs, en entrevue à RDI économie jeudi, Stephen Poloz a admis sans gêne que la banque centrale a joué un rôle dans l’embellie immobilière au pays. Une étude de la Deutsche Bank nous apprenait cette semaine que c’est au Canada que le marché est le plus surévalué dans le monde en raison de la hausse des prix à Toronto et à Vancouver principalement. « C’est vrai que c’est surévalué, a dit Stephen Poloz, mais c’est l’une des conséquences prévisibles de notre politique qui était celle d’avoir plus de dépenses des ménages pour contrebalancer le manque d’exportations durant la récession. »

Stephen Poloz a clairement changé la ligne directrice à la Banque du Canada, tandis que l’économie a montré des signes de faiblesse depuis l’été dernier. Sous Mark Carney, stratégie du bâton, on cherchait à freiner les élans de l’endettement en maintenant une menace de hausse de taux d’intérêt. Sous Stephen Poloz, stratégie de la carotte, on laisse poindre la possibilité de baisser les taux, ce qui a pour effet de faire chuter le dollar canadien.

La banque centrale tente de transférer une partie du soutien à l’économie du consommateur vers l’exportateur qui, en principe, devrait bénéficier d’une baisse du dollar canadien face au dollar américain.

Sur ce sujet-là aussi, Stephen Poloz ne passe pas par quatre chemins : « Nous sommes plus clairs, plus honnêtes, nous avons des incertitudes autour du taux d’inflation et de la trajectoire pour retourner à 2 %. » Et le marché capte le message!

Pour résumer, si Jim Flaherty ne réussit pas à ralentir l’endettement des Canadiens en resserrant les règles hypothécaires et si la Banque du Canada ne peut pas vraiment freiner la consommation, que reste-t-il? Le dollar canadien! Et c’est sur la devise que semble travailler la Banque du Canada pour tenter d’équilibrer et de consolider les sources de croissance pour l’économie canadienne.

Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale américaine Le patron de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke est en mode « sortie de crise ». Son objectif : réduire progressivement l’intervention de la banque centrale dans les marchés financiers sans nuire à la reprise économique qui semble s’installer. La Fed achète encore pour 85 milliards de dollars d’obligations chaque mois en ce moment. Elle a injecté plus de 2300 milliards de dollars depuis le début de la crise financière. Cette intervention exceptionnelle doit, un moment donné, arriver à son terme. On s’en approche…

Chez nous, le nouveau gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz doit tout faire pour éviter de poser des gestes qui accentueraient les problèmes structurels qui se sont installés dans l’économie canadienne au cours des dernières années. On a beaucoup misé sur le consommateur au Canada pour soutenir l’économie. Aujourd’hui, ce consommateur-citoyen-travailleur-contribuable est très endetté! Peut-être trop d’ailleurs…

Et c’est pour ça que Stephen Poloz mise sur les exportateurs et une hausse des investissements des entreprises, qui dorment sur des centaines de milliards de dollars en liquidités, pour relancer l’économie. Le consommateur a assez donné, nous dit la Banque du Canada. On lui en a assez demandé. L’endettement des ménages atteint des sommets et cet endettement représente aujourd’hui la menace la plus importante qui plane sur l’économie canadienne.

Ce qui se passe au Canada et aux États-Unis est particulier. Depuis des années, les États-Unis se démènent pour tenter de relancer leur croissance de façon durable et faire baisser le chômage. Pendant ce temps, le Canada a claironné sur tous les toits que sa recette était la meilleure : des banques stables, des assises financières solides, une économie forte stimulée par la construction et les ressources.

Maintenant, ils sont de plus en plus nombreux parmi les experts à reconnaître que les dépenses publiques, l’intervention de la Réserve fédérale et l’évitement du « mur budgétaire » ont permis aux États-Unis d’éviter une chute encore plus brutale de leur économie et de reconstruire une croissance qui apparaît un peu plus solide.

Au Canada, parce que la récession a frappé moins fort qu’ailleurs, on s’est cru et on se croit peut-être encore à l’abri d’intempéries. Mais, est-ce le cas? Notre croissance est moins forte qu’aux États-Unis, les indicateurs économiques expriment un peu partout au pays, notamment au Québec, qu’il y a un ralentissement en cours. Quantité d’experts du FMI, de la Banque du Canada et même jusqu’à Paul Krugman expriment une réelle inquiétude quant à l’impact éventuel du niveau d’endettement des ménages.

De toute évidence, le vent ne souffle pas dans la même direction au nord et au sud de la frontière…

RDI économie, édition spéciale – entrevue avec Pierre Fortin

sera rediffusée samedi 25 mai à 11 h 30 (HAE) et dimanche 26 mai à 19 h 30 (HAE).

L’entrevue intégrale est ici.

 

Pierre Fortin se dit homme de gauche. De gauche, mais pas toujours. Souvent, il a pris des positions qui s’approchaient de la droite, en s’associant d’ailleurs à des gens plus à droite que lui, comme Lucien Bouchard, lors de la publication du Manifeste pour un Québec lucide en 2005.

En fait, l’économiste de l’UQAM, qui arrive bientôt à 70 ans, est un pragmatique, dont l’approche s’arrime aux besoins réels de la société. Un vrai pragmatique. Pas idéologue, mais pas du tout. Quel est le constat? Quel est le défi? Quelles sont les solutions? C’est essentiellement les trois questions que Pierre Fortin semble se poser depuis des décennies dans son travail et son engagement pour le mieux-être du Québec et de ses citoyens.

En entrevue, 13 choses marquantes qu’il a dites :

  • Éducation : le Québécois moyen passe presque 15 années à l’école comparativement à 9 ans au début de la Révolution tranquille. Le Québec était alors en bas de l’échelle, les gens étant moins scolarisés que les Noirs américains, dit-il. Aujourd’hui, le Québec se démarque en ce qui a trait à la scolarité, sauf pour ce qui est de l’obtention du premier diplôme, celui du secondaire. Le taux de décrochage scolaire au Québec pour les jeunes adultes (25-44 ans) est de 10 %. Ces gens n’ont pas de diplôme secondaire. Dans le reste du Canada, c’est 7 %.
  • Niveau de vie : depuis 1990, le Québec a connu un essor plus rapide que l’Ontario sur le plan économique et que l’ensemble des provinces non pétrolières. Si bien que le revenu par habitant du Québec est passé de 80 à 97 % de celui de l’Ontario en 20 ans. Et pourtant, on travaille 6 % moins d’heures que l’Ontario! « On n’a pas besoin de travailler plus », nous dit Pierre Fortin, qui semble contredire le manifeste pour un Québec lucide et Lucien Bouchard, qui affirmaient qu’il fallait travailler davantage.
  • Le modèle québécois est un succès pour Pierre Fortin. Nous avons, dit-il, successivement eu l’assurance médicament, l’équité salariale, la prime au travail, le soutien aux enfants, les garderies à 7 $, les congés parentaux, le salaire minimum à 45-47 % du salaire moyen. En 1996, il y avait 100 000 familles à l’aide sociale. Aujourd’hui, nous sommes à 40 000. « Gros progrès » dit Pierre Fortin.
  • Nous avons « le plus gros État provincial et municipal en Amérique du Nord. Et de loin! » Si on dépensait au Québec autant que dans la moyenne canadienne, on dépenserait 30 milliards de moins par année. Vous avez bien lu…
  • « Je pense que ce sera pratiquement impossible de réduire la taille de l’État par rapport à ce qu’il est à l’heure actuelle, dit Pierre Fortin. Ce qui va être difficile, c’est de l’empêcher de continuer à grossir. »
  • Selon Pierre Fortin, à 55-56 % du PIB, la dette du Québec n’est pas trop élevée. Il fallait investir dans les infrastructures dans les dernières années. Et ces investissements ont permis au Québec de connaître une récession moins dure que ses voisins.
  • S’il le faut, il faudra reporter l’équilibre budgétaire d’un an ou deux, dit-il.
  • « Le vieillissement, on est dedans pour 30 ans! »
  • Niveau d’imposition au Québec : « la proportion des gens qui commencent à trouver ça trop » ne cesse d’augmenter, affirme l’économiste Fortin.
  • Il faut faire appel au secteur privé pour soulager le secteur de la santé « pour appuyer le secteur public ».
  • Il nous faut une « Commission McDonald » qui évaluerait les perspectives financières du Québec pour les 20 prochaines années. On n’a rien fait avec vision, selon Pierre Fortin, dans les dernières décennies pour voir venir les problèmes sociodémographiques et les investissements nécessaires dans les infrastructures.
  • On a dépensé 40 milliards depuis 5 ans pour nos infrastructures. « Y a-t-il une région moins néolibérale en Amérique du Nord que le Québec? » Nous ne sommes pas dans l’austérité, dit-il. On sait ici respecter le libre marché, mais on sait aussi mettre des balises. « Le Québec n’est pas du tout néolibéral. »
  • « On est la région d’Amérique du Nord où le 1 % est le moins riche, le moins nombreux et le plus taxé d’Amérique du Nord. Doit-on s’enorgueillir de ça? Oui. »

Et il y avait 3 questions pour terminer l’entrevue… Écoutez-les si ce n’est déjà fait! Et exprimez votre point de vue ici…

C’est donc Krugman qui avait raison?

Vendredi 26 avril 2013 à 16 h 16 | | Pour me joindre

Pour me joindre

« Paul Krugman a gagné » annonçait sur son blogue mercredi l’ancien analyste financier de la CIBC et de Merrill Lynch, Henry Blodget, dont la carrière s’est écroulée avec l’éclatement de la bulle techno au début des années 2000. Il anime aujourd’hui The Daily Ticker sur Yahoo et dirige The Business Insider. Mais, c’est une autre histoire.

Concentrons-nous sur Paul Krugman. Il a gagné quoi au juste?

Selon le blogueur, et selon plusieurs observateurs, cinq ans après le début de la crise, force est de constater que les tenants de l’austérité avaient tort. La crise européenne ne cesse de prendre de l’ampleur, tandis que plusieurs pays endettés ont été obligés d’imposer de sévères mesures d’austérité, qui ont réduit considérablement le niveau de vie des Grecs, des Espagnols, des Portugais, des Italiens, notamment. L’austérité n’a rien réglé.

Ajoutons à cela les États-Unis avec un endettement qui dépasse les 100 % du PIB, mais qui ont du mal à générer des revenus nouveaux et durables au moment où la reprise est extrêmement timide. Paul Krugman a toujours dénoncé les coupes budgétaires américaines. Il affirmait qu’il fallait continuer à stimuler l’économie pour assurer une reprise durable, des revenus supplémentaires et à une réduction de la dette à long terme.

« Il est rare que des débats économiques se terminent par un K.-O. technique, écrit le chroniqueur Paul Krugman dans le New York Times ce matin. Mais le grand débat des dernières années entre les keynésiens, qui militent en faveur de dépenses gouvernementales durables et en croissance durant les temps de dépression, et les pro-austérité, qui exigent des réductions de dépenses immédiates, s’achève, du moins dans le monde des idées.

« En ce moment, poursuit Krugman, la position de ceux qui favorisent l’austérité a implosé. Non seulement leurs prédictions touchant le monde réel ont complètement échoué, mais la recherche scolaire sur laquelle ils appuyaient leur position était finalement truffée d’erreurs, d’omissions et de statistiques discutables. »

Le chroniqueur fait référence aux économistes Kenneth Rogoff et Carmen Reinhart, qui ont admis s’être trompés dans leurs calculs. Un pays qui arrive à un niveau d’endettement représentant 90 % de son PIB ne voit pas sa croissance baisser de 0,1 %, comme ils l’affirmaient, mais croître plutôt de 2,2 % en moyenne. L’étude des deux économistes avait largement été citée par les pays occidentaux pour justifier les mesures d’austérité. Les experts qui ont découvert l’erreur dans le tableau Excel de Rogoff et Reinhart s’entendent tout de même avec eux pour dire qu’un endettement grandissant à long terme n’est pas soutenable pour les finances publiques.

Il faut ajouter qu’en début d’année, Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, affirmait à titre personnel, de concert avec un autre économiste du FMI Daniel Leigh, que les experts avaient sous-estimé l’impact de l’austérité sur la croissance. Leur déclaration a fait grand bruit.

Pourquoi tant d’austérité alors? Pourquoi ce discours est-il encore très présent malgré un affaiblissement de sa domination dans les derniers mois?

Paul Krugman affirme qu’une « partie de la réponse repose certainement sur le désir très répandu de considérer les questions économiques comme un jeu moral, comme une histoire d’excès et de conséquences. Nous visons au-dessus de nos moyens, l’histoire se répète, et maintenant nous payons le prix inévitable ».

Selon lui, on peut expliquer longtemps que des dépenses supplémentaires vont réduire le chômage, « on s’en fout, bien des gens ont la profonde impression que nous vivons dans le péché et que la rédemption viendra de la souffrance ».

Voilà où nous en sommes. Depuis 2010, on annonce année après année une reprise durable de l’économie américaine et de l’économie mondiale. Nous sommes en 2013 et les prochains mois seront encore décevants selon les prévisionnistes. Mais, encore là, il y a de l’espoir parce que les signaux sont encourageants aux États-Unis.

Que faire? Les autorités politiques et économiques doivent encore se poser la question aujourd’hui et continuer de tirer des leçons de ce qui est arrivé au cours des cinq dernières années. Il y a, dans les pays développés, 26 millions de jeunes de 15 à 24 ans qui sont au chômage ou qui ne sont pas à l’école selon The Economist. C’est inquiétant. Comment réagir? Compte tenu des espoirs de reprise, doit-on poursuivre sur la voie de l’austérité ou stimuler l’économie pour asseoir cette reprise?

Déficits et dettes : les chiffres

Mardi 16 avril 2013 à 17 h 05 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Amateurs de chiffres, bonsoir!

Voici les prévisions du FMI en matière de déficit budgétaire et de dette publique pour plusieurs États du monde pour 2013.

Pour consultations et discussions!

—-

Déficit budgétaire (en pourcentage du PIB)

Japon : 9,8
Inde : 8,3
Irlande : 7,5
Royaume-Uni : 7,0
Espagne : 6,6
États-Unis : 6,5
Portugal : 5,5
Grèce : 4,6
France : 3,7
Canada : 2,8
Italie : 2,6
Chine : 2,1
Brésil : 1,2
Allemagne : 0,3
Russie : 0,3

Dette publique (en pourcentage du PIB)

Japon : 245,4
Grèce : 179,5
Italie : 130,6
Portugal : 122,3
Irlande : 122,0
États-Unis : 108,1
Royaume-Uni : 93,6
France : 92,7
Espagne : 91,8
Canada : 87,0
Allemagne : 80,4
Brésil : 67,2
Inde : 66,4
Chine : 21,3
Russie : 10,4

Relativiser la dette américaine…

Vendredi 25 janvier 2013 à 13 h 30 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Bien à gauche, on la minimise. Bien à droite, on l’exagère! La dette américaine soulève les passions! Le plafond de la dette dépasse maintenant les 16 000 milliards de dollars et, une fois de plus, l’enjeu provoque des affrontements entre républicains et démocrates à Washington. La situation s’est apaisée ces derniers jours, mais une joute politique non productive pourrait malheureusement reprendre bientôt.

Le président américain Barack Obama avec, à sa droite, le chef de file des républicains à la Chambre des représentants, John Boehner, et le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner Il faut dire que le niveau de la dette est passé de 46 à 103 % du PIB en cinq ans aux États-Unis. C’est impressionnant. C’est un bond énorme, spectaculaire, terrifiant diront certains. Mais… mais il faut aller au-delà des chiffres!

Cette formidable poussée de l’endettement aux États-Unis est attribuable à la crise financière, à la Grande Récession et aux milliers de milliards de dollars que le gouvernement américain a dû injecter dans ses banques, dans l’industrie automobile, dans l’économie et dans les marchés financiers pour sauver le pays!

Aussi, cette incroyable progression de l’endettement américain s’est accompagnée d’une tout aussi incroyable progression de l’endettement des autres pays occidentaux. Le ratio de la dette par rapport au PIB a doublé en Allemagne, en Espagne, au Canada (en comprenant les provinces) et a progressé de 15 à 40 % en France, en Grèce, en Italie et au Japon, pour ne nommer que quelques-uns des grands pays.

Dette / PIB                    2007     2011

Allemagne                    41           81

France                           67          86

Grèce                           125        165

Espagne                        30          69

Italie                             105        120

Japon                           150        206

Canada                          40          84  (dettes fédérale et provinciales)

Canada                          30          34  (dette fédérale seulement)

Sources : Université de Sherbrooke, FMI

Ce qui est important pour les agences de notation et pour les opérateurs de marché, c’est la crédibilité du processus budgétaire d’un gouvernement, ce sont les perspectives de croissance et la capacité de l’État à rembourser normalement la dette et les intérêts qui y sont associés.

La chicane politique aux États-Unis a beaucoup plus d’effet que le niveau de la dette à 103 % du PIB. Les États-Unis sont en croissance. La situation économique ne cesse de s’améliorer, même si c’est lent, inégal et fragile. Les pouvoirs politique et monétaire peuvent agir avec vigueur pour stimuler l’économie et le crédit.

Le vrai problème aux États-Unis, il est idéologique et partisan. L’intérêt des uns et des autres au Congrès semble primer sur l’intérêt réel de l’économie américaine. C’est ce qui fait que nous avons connu un psychodrame sur le plafond de la dette à l’été 2011 qui a failli replonger les États-Unis en récession. Et c’est pour ça aussi qu’on a connu un nouvel épisode de cette mauvaise série au cours des derniers mois, qu’on a appelé « le précipice budgétaire ».

Il faut s’intéresser aux faits. La note de crédit des États-Unis a été abaissée par une seule agence en 2011, ce qui n’a pas fait broncher d’un cheveu les marchés. Washington peut emprunter à sa guise sur les marchés, à faibles taux d’intérêt et la demande demeure très forte. Et les agences maintiennent la note parfaite du pays.

Alors, comment se fait-il que le niveau d’endettement actuel ne provoque pas une montée des coûts d’emprunt? Comment se fait-il que les agences de notation n’expriment pas avec angoisse leur inquiétude face à ce taux d’endettement, qui dépasse les 100 % et qui a augmenté rapidement?

La réalité, c’est que l’économie américaine est encore sous perfusion des autorités politiques et monétaires. La réalité aussi, c’est que les États-Unis remboursent leur dette sans faillir et que son plan de réduction du déficit est jugé crédible. Le seul danger, c’est une autre crise politique au Congrès.

Entre minimiser le problème de la dette et en exagérer sa portée, il faut relativiser.