Billets classés sous « carbone »

Nous sommes à Vancouver cette semaine, notre petite équipe de RDI économie. Nous allons vous présenter une émission spéciale d’une heure mardi entre 18 h et 19 h (HNE). Nous avons décidé de parler de la ville la plus écolo du Canada, celle qui a pour objectif d’être au sommet des villes vertes du monde en 2020.

En venant comme ça à Vancouver, on est bien loin de Paris, où se déroule la conférence sur le climat. On dit que les négociations sont difficiles et que c’est la rencontre de la dernière chance entre les grands dirigeants du monde pour arriver à un accord qui va permettre une réduction réelle des gaz à effet de serre et limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius d’ici 2100.

De plus en plus de gens ne sont plus vraiment convaincus que ce sont les grands pays pollueurs de la planète qui vont apporter le changement. Les pays du G20 sont responsables de 85 % des émissions de GES. Et le processus politique américain est bloqué, car Barack Obama ne réussira jamais à faire adopter un accord contraignant par un Congrès républicain.

De plus, les pays en développement, les grands pays populeux émergents, comme la Chine et l’Inde, sont prêts à signer un accord. Mais ils ne veulent pas ralentir leur économie et la croissance de leur niveau de richesse. Les Chinois et les Indiens aspirent aussi au niveau de vie des Occidentaux.

De plus en plus de gens aussi parlent du « bottom up », du changement qui part de la base, de la population, d’initiatives locales et qui montent vers le haut, qui viennent bousculer le pouvoir et provoquer des changements plus larges. Des milliers de personnes adhèrent à ces bonnes idées qui se multiplient.

Est-ce suffisant? Est-ce assez pour faire changer les comportements et pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre? On peut bien se donner de grandes cibles en 2030 ou en 2050, mais comment va-t-on y arriver? En électrifiant nos transports? Oui. Accélérons! En développant les énergies renouvelables afin de laisser tomber les énergies fossiles? Oui. Accélérons! En misant sur l’efficacité énergétique? Absolument! Allons-y!

Mais parce qu’on ne ressent que très peu les effets des changements climatiques, un nombre de plus en plus important de gens croient que toute cette histoire, pourtant 1000 fois expliquée et prouvée, est une arnaque. Nous ne vivons pas dans nos quartiers et villages des tremblements de terre, des ouragans et des inondations chaque année! L’ennemi avance lentement, mais sûrement. Il ronge le rocher, il monte de quelques millimètres par année, il repousse de plus en plus les limites, il avance doucement. Il avance… rapidement dans les faits.

Une taxe carbone qui a des dents

Selon l’économiste François Delorme, il nous faut donc adopter une approche radicale. Entre les cibles à moyen terme des pays riches et les doutes de certains citoyens, François Delorme affirme qu’il faut une taxe carbone qui a des dents. À RDI économie mercredi, il nous disait que la taxe devait augmenter rapidement au cours des prochaines années pour atteindre autour de 2050 la barre de 150 $ la tonne.

Une taxe élevée pourrait amener les individus comme les entreprises à modifier leurs comportements, à investir dans des technologies vertes innovantes, à repenser leur façon de consommer.

Il est clair que les automobilistes vont rager de devoir payer plus de taxes encore sur leur litre d’essence. Mais, de l’avis de François Delorme, seul le signal du prix donne des résultats réels et tangibles. Quand le prix de l’essence sera vraiment trop élevé, c’est à ce moment que les gens vont changer de voiture pour adopter un véhicule plus écologique ou vont carrément passer au transport collectif.

Nous sommes des citoyens, nous souhaitons, bien sûr, vivre dans un environnement sain. Si, du point de vue du consommateur, les taxes carbone sont irritantes, du point de vue de l’investisseur que nous sommes (ne pensez qu’à vos rentes gérées par la Caisse de dépôt!), nous avons besoin d’actions et d’informations. Les entreprises doivent adopter des stratégies pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et donner de l’information aux épargnants.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, et l’ancien maire de New York Michael Bloomberg ont lancé vendredi dernier une initiative qui a pour but de pousser les entreprises à révéler les risques auxquels elles font face avec les changements climatiques. Il y a des menaces réelles pour le secteur financier, dit Mark Carney, notamment le coût des catastrophes naturelles et les assurances.

Alors, ce qu’il veut, c’est que les entreprises, sur une base volontaire, donnent l’heure juste quant à l’empreinte carbone produite par leurs activités. Il dit que « c’est un enjeu important, un enjeu sur lequel les investisseurs ont du mal à porter un jugement ».

Et en donnant plus d’informations publiques sur les risques liés aux changements climatiques, Mark Carney dit que ce serait là « une façon d’évaluer les gestionnaires d’entreprises en leur demandant s’ils ont une stratégie. Michael Bloomberg ajoute qu’il n’y a pas une personne en affaires qui peut survivre sans reconnaître l’existence des changements climatiques.

L’actionnaire est exigeant. Plus les taxes seront élevées, plus les initiatives vertes vont se multiplier, plus les pouvoirs publics agiront, plus les entreprises seront obligées à se commettre et à dévoiler les risques associés à leurs activités et à trouver des solutions.

Doit-on passer à l’approche radicale?

La Chine dans le camp des solutions

vendredi 25 septembre 2015 à 16 h 10 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La Chine annonce la création d’une bourse du carbone en 2017. C’est une avancée exceptionnelle — tous en conviendront — pour la planète. C’est un grand pas dans la bonne direction en vue de la réunion de Paris en décembre sur le climat, qui doit permettre d’arriver à un accord global de réduction des gaz à effet de serre (GES). Cet accord doit permettre de limiter la hausse de la température mondiale à 2 degrés Celsius d’ici la fin du siècle.

Aujourd’hui, la Chine est le premier émetteur de GES de la planète, devant les États-Unis. Le message envoyé par Pékin, c’est que la Chine fera dorénavant partie de la solution. Allons-nous atteindre les cibles pour éviter le pire? Rien n’est moins sûr. Mais la Chine a choisi le bon camp : celui de la prévisibilité économique, celui qui permet de calculer les coûts et les bénéfices et de participer à la réduction des gaz à effet de serre.

Budget carbone

Le chercheur Hugo Séguin nous a livré une démonstration éclairante sur la nécessaire « décarbonisation » de notre économie dans le cadre de notre rubrique Prospectives lundi dernier. Pour éviter de réchauffer la planète de plus de 2 degrés, selon le scénario sur lequel on travaille, la planète ne doit pas émettre plus de 2900 milliards de tonnes de GES. Depuis le début de l’ère industrielle, nous sommes aux deux tiers de ce « budget carbone » mondial, nous a expliqué Hugo Séguin. Et au rythme actuel, nous allons épuiser ce budget d’ici 2040.

De là l’urgence d’agir! « C’est un peu comme si vous étiez en train de remplir une baignoire. Et on se dit : « OK, c’est quoi la capacité totale de la baignoire avant qu’elle ne déborde? » On est aux deux tiers de la baignoire  », affirme Hugo Séguin. Et le robinet est toujours bien ouvert : le monde émet environ 35 milliards de tonnes de GES par année dans l’atmosphère, ce qui vient dérégler le climat. C’est un peu plus de 60 % de ces GES qui sont des carburants fossiles, du carbone qu’on brûle pour faire de l’électricité, de la chaleur et pour le transport.

Québec, Ontario, Colombie-Britannique

Au Canada, la Colombie-Britannique taxe le carbone alors qu’au Québec, on mise sur un marché du carbone, qui permet l’achat et l’échange de crédits de carbone. La réduction des gaz à effet de serre dans ce système est gérée par le gouvernement, qui réduit chaque année les émissions totales permises de GES. L’Ontario est sur le point d’adhérer à ce système d’échange.

Les libéraux proposent d’établir des cibles de réduction de gaz à effet de serre pour l’ensemble du Canada et d’aider au financement des initiatives provinciales. Les néo-démocrates ont plutôt l’objectif de créer un marché du carbone pour l’ensemble du pays, un marché qui pourrait remplacer ce qui existe déjà au Québec et en Colombie-Britannique. Le Parti conservateur n’adhère ni à l’un ni à l’autre des systèmes.

Un choix financier et économique

En 2015, un chef d’entreprise, un entrepreneur ou un épargnant ne peut plus ignorer la question environnementale dans ses choix financiers et économiques. Comme l’expliquait Hugo Séguin à RDI économie, le carbone est de plus en plus taxé : 60 provinces, États ou pays dans le monde, soit 22 % du PIB, ont adopté une taxe carbone ou un marché d’échange de permis d’émission. De plus, les technologies énergétiques sont de plus en plus concurrentielles, ce qui menace le modèle d’affaires des producteurs d’énergie fossile. Aussi, les projets polluants sont de plus en plus compliqués à mettre en place en raison de mouvements populaires et de réglementations politiques plus lourdes et complexes.

Ainsi, l’espoir d’un accord à Paris, qui sera bon pour l’environnement (et donc l’économie), grandit un peu plus aujourd’hui.

Après les scientifiques, les écologistes, les économistes, voilà que le G7 entre dans la danse et épouse le constat qu’il est urgent d’agir. Les pays membres du G7, parmi les plus grands émetteurs du monde, ont établi une cible hier en vue de la conférence de l’ONU à Paris en décembre. Il nous faut avoir atteint une réduction de 40 à 70 % des émissions de GES en 2050 par rapport au niveau de 2010. De plus, nous devons nous affranchir des énergies fossiles à la fin du siècle. L’engagement est colossal. Greenpeace a salué le G7.

En fait, deux mots s’installent dans le vocabulaire financier et économique : désinvestissement et décarbonisation. Le premier explique la sortie de nombreux investisseurs des secteurs pétroliers, gaziers et charbonniers. Ces derniers se posent la question suivante : la lutte contre les changements climatiques rendra-t-elle possible l’exploitation des réserves énergétiques annoncées?

Donc, comme l’expliquait à RDI économie lundi soir le spécialiste des négociations climatiques Hugo Séguin, quelle est la valeur à long terme d’un investissement dans une exploitation de ressources pétrolières, gazières et charbonnières?

Le deuxième terme, décarbonisation, n’existe pas dans tous les dictionnaires, mais l’Observatoire de néologie du Québec définissait ainsi la décarbonisation en 2011 : « ensemble des mesures et techniques mises en place en vue de limiter l’utilisation des hydrocarbures comme sources d’énergie ». Et l’Office québécois de la langue française l’a inclus dans son dictionnaire terminologique.

Sortir de l’économie du carbone avant 2100, c’est donc mettre fin progressivement à l’utilisation des énergies fossiles. Le mot est sans appel. Nous pourrions opter aussi pour « décarboner ».

Du bout des lèvres, le Canada fait partie de cet engagement en tant que membre du G7. Mais, comme nous l’expliquait Hugo Séguin, le premier ministre Harper a choisi de « ne pas confronter ses pairs au sommet du G7 et de se joindre au consensus, qui était inévitable. […] La question est de savoir si le gouvernement fédéral croit en son engagement. C’est malheureux comme Canadien de le constater, mais le gouvernement fédéral n’a pas brillé par sa capacité de démontrer sa crédibilité au niveau international dans l’enjeu des changements climatiques. »

On peut encore se demander jusqu’où ira le Canada à la conférence de Paris. Une élection est prévue entre les deux et aura un impact sur la position d’Ottawa d’ici là.

emetteurs

Malgré l’optimisme qu’a généré la conclusion des dirigeants du G7 sur l’enjeu environnemental, on ne vient pas garantir le succès de la conférence de l’ONU selon Hugo Séguin. « C’est comme si on passait le chapeau des bonnes volontés. Des joueurs majeurs de cette négociation se sont engagés aujourd’hui. » Mais il faut d’autres engagements, ceux de la Chine, de l’Inde, du Brésil, de la Turquie et de l’Indonésie notamment.

À n’en pas douter, le défi écologique est le risque économique le plus important de notre siècle. Les grands dirigeants de la planète semblent l’avoir compris.

Taxe carbone et prix de l’essence

lundi 20 octobre 2014 à 16 h 07 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le prix de l’essence va monter d’environ 2 ¢ le litre le 1er janvier 2015 au Québec en raison de l’entrée en vigueur du marché du carbone. Dès l’an prochain donc, les entreprises commerciales et industrielles devront respecter des quotas d’émission de gaz à effet de serre (GES), acheter des crédits d’émissions pour compenser ce qu’ils rejettent en trop et réduire à terme leurs GES.

Dans ces circonstances, les distributeurs de carburant auront l’obligation de participer à ce marché. Et ils vont donc refiler la facture à leurs clients, les automobilistes. C’est ainsi que le marché du carbone va fonctionner : toutes les entreprises qui seront soumises au marché trouveront une façon d’incorporer le coût supplémentaire dans leurs prix.

130501_m86m0_essence-prix-station-service_sn635
Québec a décidé d’éliminer la redevance de 1 ¢ que doivent verser les distributeurs au Fonds vert. Cette décision viendra réduire la hausse envisagée par l’entrée en vigueur du marché du carbone. C’est pourquoi, comme l’écrivait Le Devoir en septembre, le ministère de l’Environnement prévoit un prix de 1,9 ¢ le litre, et non de 2,9 ¢.

Selon l’Institut économique de Montréal, le marché du carbone conjoint avec la Californie entraînera une taxe supplémentaire de 10 ¢ le litre d’ici 2020.

Que penser de cette taxe?

  1. Cette taxe carbone est nécessaire pour tenter de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les grandes institutions, comme le FMI et l’OCDE, soutiennent la taxation du carbone.
  2. Toutefois, cette taxe réduit le pouvoir d’achat des consommateurs.
  3. La taxe carbone pourrait favoriser le transport en commun et l’adoption de modes de transport autres que l’automobile.
  4. Cette taxe permettrait également au gouvernement du Québec d’investir les sommes recueillies dans le marché du carbone dans des projets verts, des initiatives de transports durables et des projets qui entraînent une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il est clair qu’il y a un coût associé aux efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais il y a un coût également associé à l’absence d’efforts, une sorte d’hypothèque qu’on laisserait aux générations futures. Êtes-vous prêts à payer le prix nécessaire pour réduire votre empreinte carbone?

Taxer le carbone, pas la richesse!

mercredi 11 juin 2014 à 13 h 38 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le Canada ne fait pas ce qui doit être fait en matière de politiques environnementales, selon l’OCDE. Dans un rapport publié en marge de la Conférence de Montréal, l’organisme expose clairement la faiblesse du gouvernement canadien sur le plan de la taxation du carbone. Comme nous l’a expliqué le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, dans une entrevue qui sera diffusée mercredi soir à 18 h 30 (HAE) à RDI économie, les gouvernements n’aiment pas parler de taxe parce que ce n’est pas très gagnant dans les urnes!

Or, sur 34 pays membres de l’OCDE, le Canada est en queue de peloton avec les États-Unis et le Mexique pour ce qui est de la taxation des émissions de gaz à effet de serre. L’OCDE recommande d’utiliser des « instruments économiques pour tarifer les émissions de carbone ». Idéalement, c’est une taxe carbone qui devrait être adoptée, selon Angel Gurria. Une bourse du carbone est aussi une possibilité, mais l’expérience n’a pas été très concluante jusqu’à maintenant en Europe, rappelle le secrétaire général de l’OCDE.

À RDI économie mardi soir, le professeur Pierre-Olivier Pineau est venu expliquer toutefois que ce marché d’unités de carbone avait du potentiel. Dans la mesure où plusieurs États et provinces devaient se joindre à un marché continental du carbone, l’objectif ultime, qui est celui d’abaisser nos émissions de gaz à effet de serre, pourrait être atteint. Le gouvernement du Québec participe à ce marché depuis janvier. La Californie aussi. Des enchères d’unités ont eu lieu en mai.

Le principe est simple : le gouvernement autorise l’émission d’un nombre précis d’unités de carbone. Ce nombre est appelé à baisser d’année en année, afin de réduire les émissions annuelles. Une entreprise qui émet des gaz à effet de serre à un niveau plus élevé que prévu doit acheter des unités dans le marché organisé. Dans ce même marché, des entreprises peu polluantes peuvent vendre leurs unités à celles qui en ont besoin.

Le Canada a promis de réduire ses émissions de GES de 17 % en 2020 par rapport au niveau de 2005, sans s’engager toutefois sur le plan international, car il s’est exclu du protocole de Kyoto.

Cela dit, si l’OCDE parle de taxe carbone aujourd’hui, il ne faut pas croire que l’organisme vient de tomber en amour avec les impôts et les charges fiscales. À une question sur les solutions proposées par l’économiste Thomas Piketty pour réduire les écarts de richesse, Angel Gurria a clairement dit que l’idée de taxer les patrimoines et les plus riches n’est pas très porteuse. L’OCDE mise sur la croissance inclusive, une croissance qui n’alimente pas les inégalités, mais qui améliore les perspectives pour tous quant à l’emploi, l’éducation et la santé.

Il faut taxer davantage la pollution, mais pas la richesse, nous dit donc l’OCDE. Qu’en pensez-vous?