Blogue de Gérald Fillion

L’effet des garderies et les femmes

Lundi 24 novembre 2014 à 13 h 07 | | Pour me joindre

Pour me joindre

image facebook

Ni le gouvernement Couillard ni la commission de révision des programmes dirigée par Lucienne Robillard n’ont analysé l’impact de la hausse et de la modulation des tarifs de garderie. Pourtant, ce programme, considéré comme étant une politique qui a favorisé la natalité et le travail des femmes depuis plus de 15 ans, va subir dans les prochains mois une réforme en profondeur.

Le gouvernement prévoit une hausse des impôts de 140 millions de dollars pour les parents du Québec. La commission Robillard propose de faire passer le tarif quotidien de 7,30 $ à 35 $ et de permettre à tous les parents d’utiliser le crédit d’impôt pour frais de garde.

Si l’impact de la politique n’est pas chiffré, son apport économique depuis plus de 15 ans semble faire consensus autour de la table de la commission de révision des programmes. Robert Gagné, Claude Montmarquette et les autres commissaires affirment que les garderies à 5 et 7 $ ont permis à des dizaines de milliers de femmes d’intégrer le marché du travail. Selon la commission Robillard, le programme des garderies à tarif réduit « a contribué directement à accroître la présence des femmes sur le marché du travail ». Directement, dit la commission!

Le président du Conseil du Trésor Martin Coiteux a probablement avalé son café de travers en prenant connaissance de cette position.

httpsrevisiondesprogrammes.gouv.qc.cafileadmindocumentsRAPPORT_PDF_version_finale.pdf - Google Chrome

Martin Coiteux fait partie des économistes qui ont catégoriquement réfuté les analyses, surtout celle d’avril 2012 écrite par Pierre Fortin, Luc Godbout et Suzie St-Cerny, qui faisaient un lien entre les garderies à tarif réduit et l’augmentation du taux d’activité des femmes.

Martin Coiteux écrivait le 18 avril 2012 dans La Presse que la méthodologie des auteurs était fautive et qu’il était impossible de prétendre que 70 000 femmes avaient eu accès au marché de l’emploi grâce au programme des garderies à faible coût. Je vous rappelle que Luc Godbout est le président de la commission sur la fiscalité, instaurée par le gouvernement Couillard.

L’économiste Pierre Fortin en a remis une couche vendredi en affirmant à RDI économie « qu’avec la Prestation universelle pour enfants qui vient d’augmenter au niveau fédéral, avec cette augmentation des frais qui sont à payer lorsque vous faites garder votre enfant au niveau provincial, que ça amène un certain nombre de femmes au retour à la maison ou qu’elles décident de ne pas aller sur le marché du travail. Et ça, c’est dangereux. Pourquoi? Parce que d’ici sept ans, leur mec va foutre le camp de la maison. Et si elles n’ont pas de travail, elles vont être prises à l’aide sociale ».

Selon Pierre Fortin, les garderies à tarif réduit ont aussi aidé à la réduction de 60 % des familles monoparentales dépendantes de l’aide sociale.

Cet aspect des choses n’est pas à négliger. Environ 70 % des conjointes ont des revenus moins élevés que les hommes. Un mariage sur deux finit en divorce. Et plus du tiers des couples vit en union libre.

L’atteinte de l’équilibre budgétaire est nécessaire, tout le monde est d’accord sur cet objectif. Mais à quel prix?