Blogue de Gérald Fillion

Faites-vous un budget… et épargnez!

Mardi 5 février 2013 à 13 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

image facebook

La saison des REER est une sorte de fabrication marketing des institutions financières qui veulent vous inciter à investir dans un régime enregistré d’épargne-retraite. C’est de bonne guerre parce que l’État permet l’inclusion dans sa déclaration de revenus des investissements effectués dans un REER jusqu’au 1er mars suivant la fin de l’année visée par la déclaration.

De plus en plus de Canadiens éprouvent de la difficulté à équilibrer les priorités financières Autrement dit, si vous investissez 5000 $ dans votre REER aujourd’hui 5 février 2013, vous pourrez l’inscrire dans votre déclaration de 2012 et ainsi reporter l’impôt à payer à plus tard lorsque vous allez retirer cet argent. Dépêchez-vous à le faire, vous disent les institutions financières, il ne vous reste que quelques semaines!

Cela dit, s’il y a un conseil que je peux me permettre de vous donner, c’est celui d’épargner sur une base régulière. Que vous investissiez votre argent dans un REER ou non, c’est à vous de décider. Mettez de l’argent de côté à chaque paie. Si vous avez des revenus beaucoup plus importants que vos dépenses courantes, n’hésitez pas à épargner. Vous allez en profiter longtemps. Si vous avez peu de marge de manœuvre, l’épargne devrait tout de même faire partie de vos habitudes : 10 ou 20 $ par deux semaines, c’est un peu d’argent que vous mettez de côté pour des dépenses plus importantes ou pour la retraite. Et vous ne le regretterez pas!

Les experts s’entendent pour dire que les personnes à faibles revenus ne gagnent pas grand-chose à placer de l’argent dans un REER. Au moment de décaisser, le supplément de revenus garantis ou certains crédits d’impôt que vous recevez pourraient être réduits parce que vous aurez augmenté votre revenu total avec le retrait effectué dans votre REER.

Chose certaine, faites-vous un budget pour connaître votre marge de manœuvre. Et tentez d’intégrer l’épargne dans vos habitudes de vie. Pour deux grandes raisons…

1- Les pressions sur vos revenus de retraite augmentent :

  • Québec évalue en ce moment la capacité de la RRQ à respecter ses obligations;
  • Ottawa a décidé de reporter de deux ans l’accès à la sécurité de la vieillesse;
  • Les marchés ont été décevants depuis le début de la décennie et les entreprises, comme les gouvernements, évaluent la viabilité de leurs régimes de retraite;
  • Les entreprises ne cessent de faire pression pour réduire leurs obligations face aux employés en matière de fiscalité et de régimes de retraite.

2- La tentation du crédit est trop facile :

  • Les 30 dernières années ont vu l’éclosion d’une consommation basée sur le crédit : cartes de crédit, cartes de magasins, paiements  différés, etc. Il n’est plus nécessaire d’attendre d’avoir accumulé une certaine somme pour acheter un produit, on peut l’acheter sans attendre… et payer plus tard avec une bonne dose d’intérêts toutefois;
  • L’endettement des Canadiens atteint des niveaux records : pour chaque 100 $ de revenu disponible, une famille a en moyenne une dette (crédits et hypothèques) de 1,65 $;
  • La dette totale, excluant l’hypothèque, a augmenté au Canada de 6 % du quatrième trimestre 2011 au quatrième trimestre 2012 pour passer de 25 950 $ par personne à 27 485 $, la plus forte hausse en trois ans.

Les syndicats affirment que la solution pour offrir une meilleure retraite à l’ensemble de la population, c’est d’augmenter les rentes publiques versées à la retraite. Actuellement, les rentes du Québec couvrent 25 % d’un revenu de travail maximal d’environ 50 000 $. On propose de doubler ce niveau, de 25 à 50 %.

D’autres encouragent plutôt la prise en charge personnelle de sa retraite. L’ex-ministre Claude Castonguay a même proposé la création d’un REER obligatoire pour les personnes de plus de 35 ans afin de soulager les finances de l’État.

Plus que jamais, il est temps de s’intéresser à ses finances, peu importe les décisions qui seront prises au cours des prochaines années à propos des régimes de retraite.

J’en parlais hier lors d’une table ronde au Téléjournal 21 h et 22 h. Et nous en parlons à RDI Économie à l’occasion de quatre « mardis REER » à 18 h 30 à RDI suivi d’une période de discussion en direct sur ici.radio-canada.ca/vosfinances tout de suite après l’émission.