Blogue de Gérald Fillion

Les choix de Claude Castonguay

Vendredi 9 novembre 2012 à 16 h 21 | | Pour me joindre

Pour me joindre

image facebook

Claude Castonguay a des solutions pour le système de santé du Québec. Et plusieurs d’entre elles rejoignent celles du ministre actuel de la santé, Réjean Hébert. L’homme de 83 ans, qui vient de publier Santé : l’heure des choix était sur le plateau de RDI Économie il y a quelques jours. Toujours très actif et très engagé, c’est un homme pragmatique et réaliste que nous avons reçu à l’émission. Pourquoi? Pour deux raisons.

Une partie de la couverture du livre de Claude CastonguayD’abord, parce qu’il a compris qu’il y a un blocage au Québec – politique ou populaire – à l’idée d’évoquer la possibilité de confier plus d’activités en matière de santé au secteur privé. Et c’est pourquoi son livre ne porte pas vraiment sur le sujet, mais plutôt sur les solutions à privilégier pour améliorer la productivité de notre système public de santé.

Et puis, aussi, parce qu’il refuse, dans le livre qu’il publie aux Éditions Boréal, de s’entêter à privilégier la solution des frais modérateurs pour soulager les hôpitaux. « Je dois me rendre à l’évidence, écrit-il. Pour des raisons qui me sont obscures, le débat sur les frais modérateurs est clos. Aucun parti politique n’oserait s’aventurer sur ce terrain. »

À partir de là, il propose de grands principes et des mesures concrètes visant à améliorer le système de santé au Québec. Des mesures qui s’arriment à la réalité, qui n’excluent pas l’apport du privé et qui méritent certainement d’être étudiées. Il propose essentiellement ceci :

  • ramener le patient au cœur des décisions;
  • transparence sur les services couverts et les priorités;
  • première ligne : relancer les groupes de médecine familiale;
  • politique de soins et services pour les aînés;
  • financement à l’activité basé sur la productivité et la motivation;
  • réforme de la rémunération des médecins et des infirmières;
  • abolition des agences de santé;
  • miser sur les soins à domicile;
  • réduction de l’utilisation des médicaments et de la couverture de certains médicaments;
  • encadrer les activités à l’extérieur du système public.

Claude Castonguay affirme qu’on devrait avoir honte de l’attente dans le système de santé au Québec. Selon lui, il y a urgence d’agir. L’heure n’est pas aux sommets et aux rapports, c’est déjà fait. L’heure est aux vraies solutions. Que ce soit celles de Claude Castonguay ou de Réjean Hébert, des médecins, des infirmières ou des spécialistes, l’idée même de ramener le patient au cœur des décisions ne devrait-elle pas guider sans conteste les décisions à prendre?