Blogue de Gérald Fillion

Les propositions du Parti québécois

jeudi 16 août 2012 à 14 h 41 | | Pour me joindre

Pour me joindre

image facebook

Après la Coalition avenir Québec, Option nationale et Québec solidaire, ce quatrième blogue de la semaine sur les propositions économiques des partis portera sur le Parti québécois. Je vous signale que Nicolas Marceau, candidat du PQ dans Rousseau, sera notre invité à RDI Économie jeudi soir à 18 h 30 (HAE).

Nos entrevues réalisées dans le cadre de cette série sont disponibles sur ici.radio-canada.ca/elections-economie.

Pauline Marois en compagnie des candidats péquistes Jean Poirier, Thierry St-Cyr et Daniel Breton

Voici donc les principales mesures économiques de la plateforme du Parti québécois :

  • équilibre budgétaire en 2013-2014;
  • établir une redevance de 5 % sur la valeur brute de production de minerais;
  • taxer à 30 % le « surprofit » des minières, le profit qui se trouve « au-delà de ce qui est la norme »;
  • redevances sur les hydrocarbures de plus de 50 % sur le profit avant impôt;
  • redevances sur le « captage de l’eau pour des fins d’embouteillage et de procédés industriels »;
  • « exiger des entreprises en mesure de le faire qu’elles réalisent de la deuxième et troisième transformation »;
  • mettre en place une charte du bois avec une cible de 5 % dans la construction privée non résidentielle et de 30 % dans les constructions publiques;
  • doubler la valeur de la production forestière;
  • politique d’indépendance énergétique afin de réduire les importations de pétrole et de miser sur les filières d’énergies renouvelables;
  • moratoire sur le gaz de schiste;
  • « déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2 » accompagné d’un fonds de diversification économique de 200 millions de dollars pour le Centre-du-Québec et la Mauricie;
  • contrôle de l’État, des coopératives et des communautés locales sur les projets éoliens;
  • « créer un fonds de développement des technologies nécessaires à l’électrification de nos flottes publiques et commerciales des véhicules de même que des lignes ferroviaires »;
  • prolonger le train de l’Est jusqu’à Mascouche d’ici la fin 2014;
  • prolonger le métro (la ligne bleue) jusqu’à Anjou d’ici 2020;
  • créer 300 kilomètres de voies réservées pour le transport collectif à Montréal d’ici 2020;
  • création de la Banque de développement du Québec, guichet unique pour les entreprises qui veulent avoir accès aux programmes gouvernementaux;
  • revoir la fiscalité des entreprises pour stimuler l’investissement privé;
  • réorienter 10 milliards d’actifs de la Caisse de dépôt vers le développement économique du Québec;
  • politique de souveraineté alimentaire : « faire passer de 33 % à 50 % la consommation de produits québécois de qualité et à prix compétitif »;
  • Internet à haute vitesse partout au Québec;
  • « affecter immédiatement toutes les sommes du fonds des générations au paiement de la dette »;
  • abolir la hausse des droits de scolarité prévue au cours des sept prochaines années et tenir un sommet sur l’enseignement supérieur;
  • stratégie pour aider les jeunes décrocheurs, pour aider les élèves qui ont de besoins particuliers et pour réduire l’analphabétisme;
  • réduire le financement des écoles privées;
  • abolir la contribution santé;
  • faire passer de 24 % à 28 % le taux d’impôt sur les revenus de 130 000 à 250 000 $;
  • faire passer de 24 % à 31 % le taux d’impôt sur les revenus dépassant les 250 000 $;
  • crédit d’impôt de 500 $ pour « les familles qui inscrivent leurs enfants à l’enseignement ou à l’apprentissage des arts »;
  • « simplifier l’aide publique aux actions culturelles » et octroyer à Télé-Québec « les ressources nécessaires » à sa mission;
  • politique de soins à domicile et assurance autonomie pour améliorer les soins aux aînés;
  • « réclamer le rapatriement de l’assurance-emploi », compétence fédérale;
  • adopter une loi pour protéger les régimes de retraite des travailleurs en cas de faillite, vente ou restructuration d’une entreprise;
  • élargir le mandat du vérificateur général du Québec aux sociétés d’État;
  • limiter les dons à un parti politique à 100 $ par électeur, par année, sans crédit d’impôt.

Voilà. Ce sont les principales propositions du Parti québécois sous le chapeau de l’économie. Vos commentaires?