Blogue de Gérald Fillion

La vraie menace pour Montréal

vendredi 25 mai 2012 à 11 h 09 | | Pour me joindre

Pour me joindre

image facebook
Si la casse et les arrestations massives nuisent à l’économie de Montréal, il faut aussi s’intéresser à deux événements récents qui nous font comprendre que les problèmes de la métropole sont plus structurels. Les événements nocturnes des dernières semaines ont et auront un impact durant un certain temps. C’est le ministre des Finances Raymond Bachand qui nous le disait. Le maire de Montréal Gérald Tremblay s’en inquiète un peu plus tous les jours. La couverture internationale de ce qui se passe à Montréal a possiblement de quoi décourager les touristes.
 
Quartier Dix30
 
Mais l’ouverture de deux chaînes américaines de commerce de détail en banlieue de la métropole doit nous faire réfléchir à ce qui est en train de réellement se passer dans la grande région de Montréal. Les Affaires nous apprenait en février que le détaillant d’articles de cuisine William Sonoma avait choisi de s’installer à Brossard, au Quartier Dix30 pour faire son entrée au Québec.
 
Et puis, la chaîne Crate & Barrel a ouvert un premier magasin en sol québécois cette semaine. Pour ce faire, l’entreprise privée a choisi Laval, le Carrefour Laval.
 
Il n’y a pas si longtemps, ces magasins auraient choisi le centre-ville de Montréal pour s’établir, et très probablement la rue Sainte-Catherine, quelque part entre Aylmer et Crescent. Que s’est-il donc passé pour que ces détaillants à succès, à la recherche d’une clientèle de la classe moyenne élevée, choisissent Brossard et Laval, et non Montréal?
 
La réalité, c’est que les grandes banlieues qui encerclent Montréal ont réussi à créer des milieux de vie qui rendent inutiles pour ses citoyens de devoir se rendre rue Sainte-Catherine pour magasiner et pour consommer. Restaurants, salles de spectacles, divertissements, chaînes de prestige sont maintenant accessibles sur la Rive-Sud et sur la Rive-Nord de Montréal. Plus besoin de passer les ponts engorgés ou de payer des dizaines de dollars en stationnement au centre-ville pour avoir accès à ce qui semblait appartenir exclusivement, il n’y a pas si longtemps, aux commerces de la ville-centre.
 
L’étalement urbain, le dézonage agricole, les difficultés continuelles de financement de Montréal, la construction qui entrave continuellement les grandes artères – aujourd’hui c’est la rue Sherbrooke – ont permis aux banlieues de se développer et d’installer une offre accessible et attirante pour leur population. Et force est de constater que ça s’est fait au détriment de Montréal.
 
Aujourd’hui, Montréal est aux prises avec toutes les difficultés : pauvreté, chômage, problèmes de financement et c’est là que se concentrent tous les problèmes sociaux, toutes les contestations. Cela dit, Montréal a des forces exceptionnelles. Les chantiers de construction se multiplient, le Ritz-Carlton va rouvrir lundi, le vaste chantier du CHUM s’est mis en branle, Montréal accueille la F1 et des festivals de renommée internationale. Et des événements uniques comme C2-MTL cette semaine et le FTA depuis hier.
 
Montréal doit toutefois se battre avec Brossard, Longueuil et Laval, notamment, qui ont réussi à reproduire une bonne partie de l’offre de la ville-centre. William Sonoma et Crate & Barrel en sont une illustration qu’on ne peut ignorer.