Blogue de Gérald Fillion

Retraite : qui doit payer?

Lundi 13 février 2012 à 13 h 43 | | Pour me joindre

Pour me joindre

image facebook
On lance ce soir au Téléjournal de 22 h (HNE) de Radio-Canada une série de trois reportages sur les régimes de retraite. La question qu’on se pose : comment faire pour assurer une retraite décente à tous? Et qui doit payer?
 
Lundi soir, mon reportage portera sur le constat, les causes et les solutions, reportage diffusé également à RDI Économie. Mes collègues Frédéric Arnould et Azeb Wolde-Ghiorgis s’intéresseront, mardi et mercredi au Téléjournal, à l’impact réel pour les jeunes, les familles, les futurs retraités et les aînés de la situation actuelle des régimes de retraite.
 
À RDI Économie, nous recevons lundi soir Alban D’Amours, président du comité de réflexion sur les retraites, formé par la Régie des rentes du Québec. Demain, nous vous proposons un débat entre l’ancienne présidente de la CSN Claudette Carbonneau et la vice-présidente pour le Québec de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante Martine Hébert.
 
Nous savons que les régimes de retraite sont profondément sous-capitalisés. L’indice Mercer publié en début d’année nous apprenait que les régimes de retraite étudiés étaient capitalisés à 60 %. D’autres firmes calculent un niveau de 70 ou 75 %. Autrement dit, pour chaque dollar qu’on envisage de verser aux retraités actuels ou futurs, il n’y a que 60, 70 ou 75 ¢ dans la caisse.
 
Les caisses de retraite manquent d’argent et les entreprises, dans ces cas-là, ont l’obligation de renflouer les caisses. Doit-on leur donner plus de temps pour recapitaliser les caisses? Doit-on augmenter les niveaux de cotisations des employés? Doit-on revoir l’équilibre entre les engagements prévus et les prestations futures à verser? Doit-on moduler les prestations en fonction de l’état du marché?
 
Doit-on demander aux régimes publics d’assumer une plus grande part des revenus de retraite?
 
Et surtout, avant d’imaginer augmenter l’âge de la retraite, peut-on travailler sur des solutions qui vont assurer la viabilité de nos retraites et le niveau de vie des futurs retraités?
 
La situation est sérieuse nous a dit Alban D’Amours en entrevue (diffusée à 18 h 30 HNE lundi soir), mais pas catastrophique. Partant de là, la discussion a tout le potentiel d’être constructive.
 
À lire ou relire aussi :
 
Des aînés plus pauvres?
 
La grande austérité
 
Une analyse nuancée sur les retraites
 
Retraites : le contrat social en jeu
 
Le dilemme des régimes de retraite