Archives du collaborateur Mélanie Loisel

À propos de Mélanie Loisel

Originaire de Fermont, dans le Nord du Québec, Mélanie Loisel s’intéresse, depuis plusieurs années, tant aux enjeux du Nord que du Sud, en plus d’avoir voyagé à l’ouest comme à l’est. Détentrice d’une maîtrise en politique et droit international et journaliste à Radio-Canada depuis 2002, elle est l’observatrice de la planète au sein de l’équipe Génératrice. Son vif intérêt pour le développement local et international lui a donc permis de réaliser des reportages un peu partout au Québec, au Canada, mais aussi au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe et en Arctique.

Le début de quelque chose

vendredi 22 juin 2012 à 23 h 11 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Un mot est revenu tout au long de l’année à Génératrice : volonté.

Pour changer les choses, il faut avoir la volonté d’améliorer nos systèmes, de réviser nos méthodes désuètes et de revoir les théories dominantes, pour ne pas dire de se questionner davantage sur les effets pervers du néolibéralisme.

C’est dans cet esprit que nous nous sommes demandés à Génératrice : comment assurer la pérennité de notre système de santé? Comment améliorer le financement de nos universités? Comment éviter l’endettement des États? Comment renflouer les caisses de retraite? Comment assurer la relève tant au sein de la fonction publique qu’à la tête de nos PME?

Un suivi de nos grands dossiers

mercredi 20 juin 2012 à 15 h 15 | | Pour me joindre

Pour me joindre

L’équipe de Génératrice a donc fait le suivi de quelques grands dossiers avec nos invités. Ce sont des dossiers que nous devrons suivre ces prochains mois et même années.

Ces 25 Créateurs d’avenir contribuent tous à leur façon à améliorer notre monde et à développer des solutions innovantes pour l’avenir. Ils ont mis sur pied de nouvelles entreprises ou encore créé des organismes sans but lucratif.

Les citoyens peuvent débattre de différents types de projets relevant des compétences de la collectivité : projets d’aménagement urbain (franchissement de la Garonne, opérations urbaines), politiques sectorielles (assainissement de l’eau ou déchets, par exemple), projets stratégiques (Projet métropolitain, qui vise à définir les enjeux et les axes d’évolution de la ville à partir des propositions des citoyens, des partenaires et des collectivités).

Les hauts et les bas de Montréal

vendredi 15 juin 2012 à 16 h 08 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le paysage, par définition, relève d’une association entre la nature et la culture. Montréal, avec ses 25 000 designers, est reconnue comme une ville UNESCO de design.

Inscrits au budget à la Ville de Lyon, 70 000 euros ont été accordés en frais de conception des jardins (de 4500 à 5500 euros par équipe de conception). Le Festival de jardins a été un instrument de sensibilisation initié parla Ville, en ce sens où, avec des moyens créatifs, celle-ci a pu reverdir une partie du domaine public et contribuer à promouvoir la place du piéton dans les quartiers.

En effet, le gouvernement québécois n’a pas conçu de mesures dans le Plan Nord garantissant que des entreprises telles que Rio Tinto Alcan consigneront ici et non dans des législations de complaisance les fruits de leurs activités chez nous.

L’organisation spontanée d’actions est probablement ce qui distinguera cette mobilisation de toutes les autres. Les jeunes n’attendent plus qu’une action soit organisée et convoquée par des organisations ou des leaders étudiants, ils le font par eux-mêmes.

J’aurais carrément mis à disposition des manifestants des aires de rassemblement « protégées », par exemple un grand parc comme celui du Mont-Royal où se tiennent les Tams-Tams.

Il s’agit simplement là de revenir à la situation qui a prévalu du début des années 1930 aux années 1980. Souvenons-nous que les États-Unis avaient mis en place une législation de cette nature en 1933, précisément après avoir tiré les leçons de la crise de 1929.