Blogue de Mélanie Loisel

Le scrutin proportionnel aux États-Unis est-il envisageable?

Jeudi 17 mai 2012 à 13 h 55 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Avant de parler de réforme de notre mode de scrutin au pays, pourquoi ne pas regarder ce qui se fait chez nos voisins américains?

Jack Santucci

Jack Santucci, doctorant à l’Université de Georgetown à Washington, a accepté de répondre à la grande question à l’approche des élections aux États-Unis.

Quelle réforme faudrait-il mettre en place pour améliorer votre système électoral?

Le mode de scrutin proportionnel réduirait les barrières auxquelles les candidats sont confrontés et donnerait plus de voix aux petits partis. Il y aurait donc plus de républicains et de démocrates modérés, et quelques membres des autres partis. Par exemple, si dans ce système chaque circonscription élisait cinq membres, chaque candidat aurait besoin de gagner environ 20 % des votes. Cela forcerait la formation de coalitions au sein du Congrès, mais assurerait quand même le maintien des partis forts comme le démocrate ou le républicain. Et pour éviter la fragmentation du vote, nous pourrions adopter le modèle du vote unique transférable, le modèle de liste ouverte de représentation proportionnelle ou tout autre système qui encourage les candidats à agir davantage en équipe. Or, le problème actuellement, c’est que les partis sont très cantonnés dans leur position, et plus extrêmes. Avec le scrutin proportionnel, on réduirait cette homogénéité que j’appelle de l’extrémiste.

Bien sûr, les détracteurs de la représentation proportionnelle disent qu’en augmentant le nombre de partis au sein des législatures, la gouvernabilité du système serait réduite. Or, les dernières années au Congrès ont prouvé que les problèmes de gouvernabilité sont bien compatibles avec la mode du scrutin actuel soit celui de la pluralité uninominale.

 

Pour en savoir davantage sur le système présidentiel américain et les améliorations possibles à apporter au mode de scrutin, Jack Santucci vous suggère le site du National Popular Vote.