Billets classés sous « Arabella »

La semaine dernière quand Place à l’opéra proposait Andrea Chenier, un drame poignant qui nous faisait revivre les jours à la fois sombres et pleins d’espoir de la Révolution française, je songeais aux premières lignes de l’incontournable roman de Charles Dickens dont l’action se passe pendant ces années troubles, A tale of two cities : « It was the best of times, it was the worst of times. » La Révolution basculait dans un régime de terreur.