Archives du collaborateur Sylvia l'Écuyer

À propos de Sylvia l'Écuyer

Sylvia L'Écuyer présente, de Vancouver, les plus beaux opéras en provenance des scènes canadiennes et européennes. Depuis plus de 50 ans, l'opéra du samedi est un rendez-vous incontournable à la radio de Radio-Canada.

La semaine dernière quand Place à l’opéra proposait Andrea Chenier, un drame poignant qui nous faisait revivre les jours à la fois sombres et pleins d’espoir de la Révolution française, je songeais aux premières lignes de l’incontournable roman de Charles Dickens dont l’action se passe pendant ces années troubles, A tale of two cities : « It was the best of times, it was the worst of times. » La Révolution basculait dans un régime de terreur.

Dernières lectures avant la rentrée

Vendredi 24 août 2012 à 13 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Je me hâte de finir mes lectures de vacances avant la rentrée, mais comme la tortue de la fable de Lafontaine, je me hâte lentement. D’abord parce que j’ai savouré avec délices la relecture de l’Odyssée avant de vous présenter Télémaque ou l’île de Circé de Gluck cette semaine, et puis parce que je suis plongée comme à l’époque de mon adolescence dans la Chartreuse de Parme, qui sera à l’affiche la semaine prochaine, avec un opéra pratiquement inconnu d’Henri Sauguet donné récemment à Marseille.

En relisant certains romans qui ont servi d’inspiration à des opéras, je me suis rendu compte que les librettistes qui ont écrit le livret de l’opéra ont porté toute leur attention sur le drame des jeunes femmes et se sont peu attardés sur le sort des hommes.

Québec : capitale de l’opéra

Samedi 28 juillet 2012 à 12 h 23 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Au 2e Festival d’opéra de Québec, c’est la fête! Mozart, un orgue Casavant, un Diamant et… une tempête inoubliable! À L’opéra comme un roman dimanche autour du micro : les chanteurs de la Brigade lyrique du festival, Julie Boulianne et Antonio Figueroa, Thomas Adès et Robert Lepage. Et puis The Tempest mis en musique par un autre britannique, Henry Purcell… il y a 300 ans.

Dans le cours de l’histoire, et c’est particulièrement vrai dans l’histoire récente du Québec, les poètes, les chansonniers, les artistes ont le plus souvent été du parti des révolutionnaires, du peuple, de la gauche et de la liberté.

Balzac et l’opéra allemand

Vendredi 6 juillet 2012 à 17 h 51 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Balzac était un remarquable observateur du monde. Ses personnages sont décrits avec une telle précision et une telle abondance de détails qu’ils prennent vie sur la page. On a presque l’impression d’être au théâtre. Curieusement, les compositeurs ont été peu inspirés par Balzac, alors que Walter Scott et même Victor Hugo ont inspiré davantage. La surprise aujourd’hui, c’est Oberts Chabert d’Hermann Wolfgang von Waltershausen, écrit en 1906.

J’y songeais depuis longtemps : profiter de la saison estivale pour relire mes classiques, attaquer ce rayon de livres qui m’attend depuis trop longtemps, découvrir des opéras qui ne sont jamais représentés sur les grandes scènes. Le moment est venu, et c’est une production de l’opéra de Calgary qui m’a convaincue de mettre mon plan à exécution.

Opéra et littérature

Samedi 16 juin 2012 à 8 h 22 | | Pour me joindre

Pour me joindre

C’est l’été, officiellement, dans quelques jours et depuis mercredi, la saison estivale d’Espace musique est annoncée. Depuis quelques semaines, les livres s’empilent sur ma table de travail : des romans, des recueils de poésie, des biographies d’écrivains, puisque l’opéra cet été sera en lien avec la littérature.

Pour la première fois, j’ai suivi cette année les épreuves du concours à distance : sur Internet pour les demi-finales, et à la fois à la radio et sur Internet pour les finales. La plus belle découverte de la couverture Internet a été l’échange avec les autres internautes : les coups de cœur partagés, les mots d’encouragement à l’endroit des candidats, les critiques spontanées, les félicitations, et même les déceptions.

Ce qui m’occupe, dans ma discothèque, sur Internet, à la radio, dans les journaux, sur les réseaux sociaux, ce sont les épreuves du Concours musical international de Montréal. J’adore les concours, à condition de ne pas être candidate. L’esprit de compétition n’est pas mon fort, et le trac doit être terrible, depuis le moment où il faut choisir le répertoire, jusqu’à l’attente du résultat des délibérations.