Blogue de Claudia Beaumont

Téléphonie musicale en plein désert…

Mercredi 8 février 2012 à 14 h 07 | | Pour me joindre

Pour me joindre

En effectuant quelques recherches sur le site musical Bandcamp, je suis tombée sur cet intrigant titre, qui allie des termes à mon sens antinomiques : Music from Saharan cellphones. Musique du désert et téléphones mobiles… dans un même titre?

Du coup, j’ai cru qu’il s’agissait d’une musique créée à partir de téléphones portables, en plein désert du Sahara, par quelques illuminés occidentaux qui tenteraient de reproduire une version plus spirituelle du célèbre Festival Burning Man (qui se tient dans le désert Black Rock du Nevada).

Que nenni! Ce dont il s’agit est quelque chose de beaucoup plus pertinent que ce que mon imagination m’avait suggéré. Je vous explique.

Music from Saharan cellphones est l’oeuvre de Christopher Kirkley, un blogueur américain
passionné des musiques du Sahel. Cet amour, il le fait partager au monde entier sur son blogue : sahelsounds.com

Je ne saurais trop recommander aux amateurs de musiques africaines de visiter ce site, riche en musiques, en vidéos et en textes pointus. En bon ethnomusicologue, Kirkley nous ouvre des horizons insoupçonnés. Infiniment grands. Force est d’admettre que nous ne connaissons la musique africaine qu’en surface. Et pourtant…

Mis à part ses observations et l’enregistrement de quelques prestations musicales réalisées en terre africaine, Kirkley s’intéresse aux méthodes de diffusion et de partage des contenus musicaux, pour le moins particulières.

Le cas du téléphone portable : l’ordinateur de poche africain
Dans le désert, l’accès à Internet est limité (le mot est faible), il y a donc très peu d’ordinateurs portables… ou de téléphones intelligents. Or, tout le monde a un téléphone cellulaire. Depuis quelques années, il y a un boom du portable. Ceux-ci deviennent de véritables réceptacles de contenus, de musiques entre autres.

À vrai dire, la fonction de téléphone est souvent superflue, puisque ces appareils sont fréquemment distribués en zones reculées et atteignent difficilement un réseau. Qu’à cela ne tienne, la révolution numérique gagne tout de même cette région du globe, et le téléphone cellulaire a substitué la cassette audio. On enregistre de la musique de concerts sur les cartes mémoires et on échange des fichiers, entre amis, par le biais de Bluetooth ou depuis les ordinateurs disponibles.

Pratique des plus intrigantes, qui est à l’origine de cette œuvre de Kirkley. Music from Saharan cellphones est en fait un album de neuf titres, des chansons qu’il a collectées sur des téléphones maliens au hasard. Le disque est paru en 2010. On peut l’acheter en ligne sur Bandcamp, et 60 % des profits des ventes reviennent aux artistes maliens.

Par ailleurs, Kikley a demandé à des artistes de la scène électro de la côte Ouest Américaine de reprendre certaines des chansons qu’il a collectées sur les cartes mémoires de portables et de les réarranger. Résultat : 17 titres extrêmement variés, parfois inégaux, mais résolument festifs!

Pour en savoir un peu plus sur cet album:
Un article très complet, que l’on retrouve sur le Oregon Music News (malheureusement en anglais: Music from Saharan Cellphones reaches Portland sound systems

Pour écouter:
Music From Saharan CellPhones
Version «remixée»