Blogue de Geneviève Normand

« Dans 100 ans, on aura une puce implantée dans le cerveau » – Martin Lessard

Samedi 24 novembre 2012 à 5 h 52 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Martin Lessard © Radio-Canada

Spécialiste en stratégies web et en médias sociaux, et titulaire d’une maîtrise en multimédia (1997), Martin Lessard est l’un des pionniers du web au Québec et a été désigné par La Presse en mai 2010 comme l’un des huit incontournables du web 2.0 de Montréal. Il a écrit le Guide des meilleures pratiques web et est coauteur de Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires. Il est chroniqueur pour Triplex, le blogue techno de Radio-Canada.

Quel objet ou innovation robotique pourrait-on voir apparaître d’ici 10 ans?

Dans 10 ans, la technologie du traitement des données s’accélérera, deviendra de plus en plus performante. Il nous paraissait déjà incroyable quand, par exemple, IBM avait fabriqué le Deep Blue, ce superordinateur spécialisé dans le jeu d’échecs. Deep Blue a ensuite battu le champion mondial Garry Kasparov, ce qui eut l’effet d’un grand drame. L’ego humain a dû faire un deuil, puisque, dorénavant, une machine pouvait le battre aux échecs. On a pu voir que la force brute pouvait battre le meilleur être humain. D’ailleurs, à partir de ce moment-là, Hollywood n’allait plus jamais utiliser un joueur d’échecs pour montrer l’intelligence de l’homme. L’intelligence n’était plus associée à la stratégie brute ou la réflexion brute de possibilités. La machine a gagné.

L’an dernier ou il y a deux ans, IBM a répété son succès contre l’homme en créant Watson, une batterie de serveur qui travaille en réseau pour battre les deux meilleurs joueurs de l’émission Jeopardy!, un jeu-questionnaire américain dont le but est de répondre à des questions. Là encore, la machine a battu l’homme par son savoir. Watson a battu à plate couture les meilleurs joueurs. Ce fut un deuxième deuil à faire. On a vu que la force brute pouvait simuler l’intelligence.

Si on regarde la dernière décennie, ce qui était une grosse machine compliquée est devenu super simple avec des applications qui sont presque aussi puissantes que Deep Blue. Ma prévision pour 2022, c’est que nous aurons dans nos poches un genre de Watson, un genre de Wikipédia portatif qui nous permettra de répondre à des questions d’ordre général, soit de manière vocale ou par écrit, où le taux de bonnes réponses sera de l’ordre du 99 %. Ce sera une intelligence humaine simulée. Cette avancée technologique pourra répondre à toutes les questions que les jeunes enfants posent à leurs parents pour comprendre le monde. Dans 10 ans, ce petit robot va considérablement changer la donne et répondre à une foule de questions de tous genres.

Bref, il est clair que, dans les sociétés avancées comme en Occident, ce petit robot qui simule l’intelligence humaine fera son apparition dans les 10 prochaines années.

Quel objet ou innovation robotique pourrait-on voir apparaître d’ici 100 ans?

On multiplie par 10! Ce que je prévois dans 10 ans sera à la portée de tous dans 100 ans, mais pas sous la même forme. Je suis presque prêt à parier cette fois-ci que, dans 100 ans, on aura une puce implantée dans le cerveau. En fait, c’est pas mal certain que ce sera implanté avant 100 ans parce que les prévisions de son arrivée sont pour 2050. Donc, en 2112, ce sera implanté partout. Dans 20 ans maximum, on devrait commencer à faire les premières expérimentations. Imaginez-vous l’acquis 50 ans plus tard… C’est exponentiel. Dans 100 ans, on sera rendu extrêmement loin côté innovation robotique.

Au cours des dernières années, avec des tests effectués sur des rats ou des souris, on a réussi à connecter les synapses du cerveau sur des puces. Le cerveau parle à la machine et la machine parle au cerveau. Ils peuvent s’échanger de l’information. Plus concrètement, des petits courants électriques ont été traduits en code binaire pour les machines et en impulsions dans le cerveau de la souris ou du rat. Donc, on a pu voir que la communication existe entre les deux. Et puisqu’on va pouvoir connecter des synapses, les synapses vont pouvoir utiliser la puce ou la connexion à un ordinateur pour étendre ses possibilités. Je m’attends à ce que la puce contienne, par exemple, toutes les données de Wikipédia ou de Watson, et donc on pourrait y faire référence juste par la pensée.

Si on recule dans le temps et qu’on s’imagine en 1912, on vivait dans un monde complètement différent. C’était deux ans avec la Première Guerre mondiale. Alors, si on se projette en 2112, on peut s’attendre à ce que les pays en voie de développement aient le même niveau de vie, côté technologique, que ce que nous connaissons à l’heure actuelle. Le monde occidental sera rendu encore plus loin… Une chose est certaine, socialement, on aura des questions éthiques à se poser.

Dans un autre ordre d’idée, il faut comprendre que l’ordinateur d’aujourd’hui est basé sur une vieille technologie qui date déjà de très longtemps. On est arrivé à un taux limite physique. On a réduit sa taille le plus possible. On en est à un stade où il faut que la technologie change. Les ordinateurs quantiques qui s’en viennent vont utiliser des choses atomiques et subatomiques pour stoker de l’information. Ça va se multiplier par 100, même par 1000, les possibilités avec moins d’espace et moins d’énergie. Quand ce sera chose faite, ce sera un peu comme un barrage qui s’ouvre : toute l’eau, tout d’un coup, va déferler. Les avancées vont alors être multipliées parce qu’on aura une machine qui calculera en un temps record. On estime que ces ordinateurs feront leur apparition en 2020-2025.