Blogue de Alain Crevier

L’âne, le boeuf et le monde moderne

Samedi 1 décembre 2012 à 0 h 44 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Tout récemment, Benoît XVI publiait le troisième livre qu’il consacre à Jésus. On se dit qu’il est bien normal que la plume du pape s’intéresse à la vie de Jésus. Mais dans ce dernier livre, Benoît XVI souligne que la présence d’animaux dans la crèche où Jésus serait né est bien incertaine.

Plus encore : selon Benoît XVI, il serait peu probable que l’ange qui aurait annoncé la naissance du Christ l’ait fait en chantant.

Que croyez-vous que la plupart des médias occidentaux ont retenu du livre de Benoît XVI? Eh oui… qu’il n’y avait pas d’âne ni de bœuf dans la crèche pour réchauffer le nouveau-né! Admettez que ça surprend. Il n’y a pas une crèche au monde sans l’âne et le bœuf, non? Peu importe où l’on se trouve sur la planète catholique, il y a toujours un âne et un boeuf dans la crèche, me semble-t-il. D’ailleurs, qui nous a enseigné l’art de la crèche sinon l’Église elle-même?

Serait-ce une autre tradition sur le point d’être emportée par le vent de la modernité? Honnêtement, rien pour faire une révolution. Qu’une curiosité. À la limite, des considérations un peu étonnantes pour un homme aussi occupé que le souverain pontife.

Voilà qu’au Vatican, il y a des gens qui s’énervent. Certains semblent être furieux. Ils en veulent aux médias. Parce que, disent-ils, les médias ont complètement occulté l’essentiel du livre du pape. Scandale!

Il y a même un théologien, Jose Maria Gil Tamayo, qui aurait soutenu que l’attitude des médias est un autre symptôme, une autre preuve de la marginalisation tranquille de Dieu dans notre monde moderne. Rien de moins!

Ce sont des commentaires qui passent mal. Certains y voient une forme d’autoritarisme déplacé. Une nouvelle démonstration de ce décalage entre l’univers fermé du Vatican et le reste du monde.

L’âne et le bœuf, quelle étrange controverse!