Billets classés sous « télé »

À regarder la télé américaine ces jours-ci, c’est tout comme s’il n’existait qu’une seule actualité vraiment importante : la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines.

Oubliez la Crimée, les vagues de réfugiés qui déferlent en Italie, les problèmes économiques de l’Europe, la réforme de la santé du président Obama. C’est de cet avion disparu dont tiennent à parler CNN, Fox et MSNBC.

Ne vous y méprenez pas : ce drame est important. La douleur des familles des passagers est immense, difficilement descriptible.

Radio-Canada en parle aussi, probablement beaucoup. Mais ce que font les télés américaines semble plus que trop. C’est le genre de couverture mur à mur qui rappelle les attentats de septembre 2001. Ce sont des heures de « nouveaux développements », d’innombrables « breaking news », qui sont en fait d’énormes spéculations basées sur peu de faits concrets.

Prenez l’annonce australienne d’une découverte de ce qui pourrait être des débris d’avion dans un secteur isolé et peu fréquenté du globe.

L’animateur vedette Anderson Cooper est rentré d’urgence en studio pour souligner l’importance de cette annonce, faite en fin de soirée aux États-Unis. L’animateur déjà en place à CNN ne pouvait probablement pas être à la hauteur de ce développement.

Remarquez, toute cette couverture fait un bon spectacle. Les télés ont d’impressionnants graphiques et déploient les grands moyens. Pendant au moins trois jours, l’une d’entre elles diffusait du cockpit d’un simulateur de vol de 777 basé en Ontario. Aucun aspect de la question ne semble y échapper : l’influence des courants marins sur la position des débris, la puissance des satellites commerciaux, les divers signaux que transmet un avion, les coûts pour assurer un avion de ligne (2 milliards, apparemment).

La qualité des images n’est pas très bonne, mais ça vaut la peine de vous montrer quelques exemples de la couverture américaine :




Mais à trop vouloir combler le temps d’antenne, les télés frôlent parfois le ridicule. Voici quelques perles :

  • « Breaking news », titrait l’une des chaînes : les piles des boîtes noires s’épuisent (alors qu’il leur restait plus de la moitié de leur durée de vie d’environ un mois).
  •  On a évoqué la possibilité que l’avion ait disparu dans une sorte de Triangle des Bermudes, ou se soit écrasé sur l’île mystérieuse de la série télé Lost.
  •  On a beaucoup spéculé sur la personnalité des deux pilotes, sur le fait que l’un d’eux possède un simulateur de vol, d’où des données auraient été effacées.
  •  On a présumé que l’enquête aurait été plus rapide, que plus d’info aurait été disponible si le drame avait touché une compagnie américaine.

Bien sûr, une bonne partie de tout cela sert les impératifs commerciaux des réseaux. CNN, notamment, a réussi à battre ses concurrents dans la course aux spectateurs.

Mais la qualité de l’information en souffre, au point où le spectateur que je suis n’arrive plus à distinguer les théories basées sur des faits de la pure spéculation. Reste l’aspect divertissant…

Pour les proches des disparus, le mystère ne peut probablement pas être résolu assez rapidement. Mais les réseaux américains donnent l’impression qu’en quelque sorte, plus longtemps on cherche cet avion, mieux c’est…

Vous adorez regarder des téléromans en mandarin à la télé chinoise? Vous en avez marre de devoir attendre la fin d’une énième pause publicitaire pour connaître le prochain rebondissement? Réjouissez-vous! À compter de janvier, aucune publicité ne viendra interrompre les téléromans et autres dramatiques diffusés sur les chaînes de l’Empire du Milieu.

Il y aura donc plus de ça. Et moins de ça.

La nouvelle, annoncée cette semaine par le gouvernement chinois, a surpris bien des diffuseurs ici. Selon eux, cette réglementation pourrait entraîner des pertes de revenus publicitaires de plus de 3 milliards de dollars.

En fait, la durée des pauses publicitaires sera à peu près la même, mais les publicités seront concentrées au début et à la fin des épisodes.

Un officiel de la chaîne Shanghai Drama soulignait toutefois que ce changement pourrait avoir des conséquences positives. « Bien sûr, nos revenus publicitaires seront touchés, mais cela attirera peut-être un plus grand nombre de téléspectateurs », a-t-il confié au Shanghai Daily.

Comme bien souvent dans l’Empire du Milieu, aucune explication n’a été donnée pour justifier cette décision. Elle semble cependant s’inscrire dans un vaste programme ayant pour but de rehausser la qualité et la valeur culturelle de l’offre télévisuelle.

Le mois dernier, les autorités chinoises ont annoncé qu’elles allaient limiter le nombre d’émissions de divertissement (talk-shows, téléréalité, jeux télévisés), favorisant plutôt les documentaires et autres émissions d’information. Ainsi, Supergirl, émission ultrapopulaire inspirée des concours de type Star Académie ou American Idol, sera retirée des ondes.

Les autorités souhaitent ainsi mettre fin à la promotion de l’hédonisme, de l’individualisme extrême et du culte de l’argent. Pendant ce temps, les jeunes se tournent vers Internet, sautent par-dessus la « Grande Cyber-Muraille » (Great Firewall of China) et s’abreuvent de contenus chinois et étrangers qui ne sont pas diffusés à la télé chinoise. Comme quoi la censure ne fait qu’augmenter l’attrait de l’interdit…

Le doigt d'honneur qui a coûté son poste à Tatyana Limanova.

Le doigt d'honneur qui a coûté son poste à Tatyana Limanova

Le geste disgracieux a duré moins d’une seconde, mais il n’a échappé à personne et a coûté son poste à une présentatrice de la télé très connue en Russie. Tatyana Limanova n’est pas une débutante. C’est une présentatrice chevronnée de la chaîne de télé russe REN-TV. Aussi, beaucoup ont été étonnés de la voir présenter son majeur relevé à la caméra au moment même où elle prononçait les mots « Barack Obama » dans une nouvelle consacrée au sommet de l’APEC aux États-Unis.

Vidéo de l’incident sur Youtube

La vidéo de l’incident s’est rapidement propagée sur Internet. Vue à des centaines de milliers de reprises. Pour la présentatrice, la sanction a été immédiate : congédiée sur-le-champ.

Après quelques jours de mutisme, Tatyana Limanova s’est finalement expliquée sur son geste. Le doigt d’honneur n’était pas destiné au président américain pour qui elle dit avoir le plus grand respect. Il s’adressait en fait, selon elle, aux techniciens en studio. La journaliste croyait ne pas être à l’écran à ce moment, puisque des images montrant le sommet de l’APEC devaient être diffusées.

La présentatrice s’est excusée pour cet « incident ridicule ». Elle a reconnu qu’il « a causé du tort à la chaîne et peut-être aussi offensé certains téléspectateurs ». La chaîne a tout de même maintenu sa décision.