Billets classés sous « sécurité »

La vie d’Obama en danger?

mercredi 1 octobre 2014 à 14 h 18 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Oubliez les films d’Hollywood. Pas besoin d’entraîner un commando de mercenaires, de lancer des explosifs d’un avion pour pénétrer dans la demeure du plus puissant politicien de la planète. Il suffit d’être assez en forme pour sauter une clôture et de courir un peu plus de 60 mètres sur le gazon.

Il semble que les agents de sécurité ne courent pas bien vite. Que les chiens de garde demeurent en laisse. Que les tireurs d’élite n’appuient pas sur la gâchette. La porte d’entrée principale? Elle n’est pas verrouillée. Du moins, elle ne l’était pas. Jusqu’à ce qu’un ancien combattant fasse voler en éclat le mythe de la Maison-Blanche comme d’une forteresse gardée par des chevaliers invincibles.

La caricature du NY Daily reprend les insinuations  d'un élu : la Maison-Blanche serait-elle mieux protégée par une firme privée?

La caricature du NY Daily reprend les insinuations d’un élu : la Maison-Blanche serait-elle mieux protégée par une firme privée?

Remarquez, l’armure des chevaliers du Service secret était déjà bien amochée. Des agents ont sollicité des prostituées, d’autres ont trop bu, même à quelques heures d’un quart de travail. La liste est longue, et ne compte pas que des failles individuelles.

Il y a aussi des bévues opérationnelles. Le genre de faille qui pourrait coûter la vie au président. Ce sont des secrets maintenant publics, parce que depuis quelques jours le Service secret subit une sorte de supplice de la goutte. Des révélations quasi quotidiennes qui remettent sérieusement en question les capacités de l’agence. Parmi celles-ci :

  • En 2011, le Service secret met quatre jours à confirmer que sept balles ont atteint la Maison-Blanche. L’une des filles du président était à l’intérieur. C’est une domestique qui a remarqué l’impact des balles.
  • Omar Gonzalez, le sixième à avoir sauté la clôture de la Maison-Blanche cette année, a été appréhendé dans un salon protocolaire de la demeure. Semble-t-il par un agent qui n’était pas en service. Un hasard. Le Service secret a d’abord laissé entendre qu’il avait été appréhendé « après être entré par les portes du portique nord ».
  • Le mois dernier, un vigile armé (avec un passé criminel violent) a été autorisé à prendre le même ascenseur que le président.

Des révélations qui laissent bien des Américains nerveux, choqués. Le Service secret mène des « opérations crackerjack », lance un chroniqueur du New York Times. Il semble que l’agence soit « brouillonne (sloppy), paresseuse, imprudente », dit un commentateur de renom. Bien sûr, la situation fournit un bon matériel aux humoristes. Au-delà de la dérision, il y a des questions importantes liées au terrorisme, à la sécurité nationale.

La directrice du Service secret n’a pas réussi à rassurer les Américains. Devant les élus, Julia Pierson parle de problèmes opérationnels et promet une révision des pratiques. Mais les récentes révélations mènent vers un problème plus grand. Un problème au sein même du Service secret.

« Quelque chose est pourri. La vie du président est en danger », lance Ronald Kessler, l’auteur de plusieurs ouvrages sur le Service secret. Il dénonce une culture d’intimidation, souligne que le moral des troupes est bien bas, que les agents travaillent trop, manquent de repos. Il cite d’ailleurs un de ces agents, qui veut garder l’anonymat : « Si vous osez rapporter quelque chose de mauvais, on va se moquer de vous. »

Au Congrès, le démocrate Ellijah Cummings s’inquiète parce que des agents préfèrent lancer des alertes de manière anonyme, plutôt que de rapporter les problèmes à leurs supérieurs. « Si vous menez une agence dans laquelle les gens ne vous donnent pas l’information pour bien faire les choses, comment savez-vous où sont les problèmes? »

La responsable du Service secret n’a pas vraiment parlé de cela. Pourtant, elle a justement été embauchée, il y a 18 mois, pour redresser une agence déjà malmenée. Aujourd’hui, peu d’élus lui font confiance.  Elle ne semble pas non plus avoir la confiance du premier concerné, le président des États-Unis. Il vient d’accepter sa démission.

Comment tuer un président

jeudi 21 novembre 2013 à 13 h 12 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Je ne suis pas encore habitué. Cela fait presque trois mois que je suis installé à Washington. Trois mois à passer presque chaque jour devant la Maison-Blanche. Il y a bien sûr l’aura qui enveloppe cette demeure ultra symbolique. Mais il y a aussi autre chose. Une aura de sécurité.

Passer tout près de la Maison-Blanche, c’est se frôler à l’un des nombreux boucliers qui protègent le président.

Cette place, juste au nord de la Maison-Blanche, c’est une zone étrange. Le premier indice, ce sont les solides (mais courts) poteaux qui bloquent l’arrivée des voitures. Certains sont rétractables, pour les véhicules de sécurité. Les vélos y passent sans problème. Mais ces poteaux marquent le début d’une zone bien sécurisée.

On ne voit pas les caméras au premier coup d’oeil. Mais on se sent immédiatement surveillé. Plusieurs voitures des services secrets sont stationnées à l’intérieur du périmètre. Il y a presque toujours un ou deux agents à pied ou à vélo qui scrutent les touristes.

C’est le genre d’endroit très calme où on ne jette pas un papier par terre, de peur que le geste attire l’attention des agents en noir.

Ces temps-ci, le président des États-Unis est bien protégé. Ses déplacements sont étudiés, planifiés. Chaque trajet est détaillé dans un cartable. Cette compilation de plusieurs dizaines de pages établit les risques et prévoit les solutions de rechange en cas de pépin.

Quand le président remet des médailles ou prononce un discours (à de rares exceptions près, comme lors de son inauguration), c’est devant une foule de gens triés, fouillés. Un peu comme à l’aéroport.

C’est une protection efficace, un système qui doit beaucoup au président John F. Kennedy.

Un héritage de JFK

JFK rendait la vie difficile aux agents chargés de le protéger. Il aimait les bains de foule improvisés. Il insistait souvent pour se déplacer dans une voiture décapotable, le toit retiré. Une habitude aujourd’hui impensable. Le véhicule qui transporte Barack Obama est blindé, et comparable à un fourgon de la Brinks.

En 1963, les services secrets n’ont pas fouillé les édifices le long du parcours emprunté par JFK au centre-ville de Dallas. Lee Harvey Oswald a apporté son arme le jour même de l’assassinat. Il se serait installé dans son perchoir à l’heure du lunch. Il a pu quitter l’édifice sans grand problème après l’attentat.

Beaucoup a été écrit sur les événements de ce jour de novembre. Plusieurs se demandent si le cours de l’histoire aurait pu être changé. Comment serait le monde moderne si le 35e président avait terminé son premier mandat?

Les responsables des services secrets se sont posé beaucoup de questions après la tragédie. (Nul doute que les agents ont aussi appris des tentatives d’assassinat contre Reagan et Ford; Kennedy est le dernier à avoir été tué sous leur protection.) Ils installent maintenant des tireurs d’élite sur les toits le long du parcours du président.

Le seul agent des services secrets assez près de JFK pour sauter sur la limousine après le premier coup de feu, lui, repasse le fil des événements dans sa tête depuis 50 ans. Clint Hill croit qu’une petite seconde aurait fait toute la différence du monde.

Une toute petite seconde. S’il avait été plus près de la voiture. S’il avait voyagé dans le véhicule, même si cela déplaisait au président.

On dit que les services secrets de l’époque étaient mal préparés, sous-financés, pas assez nombreux. Ça ne semble plus être le cas aujourd’hui. C’est peut-être un intrigant héritage de Kennedy et de son assassin. Depuis Dallas, le commandant en chef des États-Unis est protégé comme jamais. Mais parce que la menace aussi a évolué (pensez aux gens prêts à se faire exploser pour une cause), le président est l’un des chefs d’État les plus isolés du monde, rarement en contact avec le public.

Sécurité au Mexique

mercredi 8 mai 2013 à 10 h 34 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

jmleprince

Le nouveau président mexicain, Enrique Peña Nieto, aborde la question de la lutte contre les cartels de la drogue différemment de son prédécesseur, Felipe Calderon, qui avait envoyé l’armée les combattre jusque dans les rues.

Il veut s’attaquer d’abord à la violence, quelle qu’elle soit, pas forcément celle des narcotrafiquants, celle aussi des petits délinquants, et protéger d’abord les citoyens. Il ne veut plus compter sur l’armée, mais sur une nouvelle gendarmerie mieux adaptée.

Le dossier de la sécurité a été mis entre les mains de son ministre de l’Intérieur (Secretaria de Gobernación), Miguel Ángel Osorio Chong. Les États-Unis collaborent avec son plan Mérida, soit 2 milliards de dollars en aide matérielle (hélicoptères, drones) et renseignements. Les agences américaines (CIA, DEA), qui avaient un accès direct et libre aux polices et aux bureaux du procureur général du Mexique, passeront sous les ordres du ministre.

Tout le monde s’attendait à des frictions à ce sujet, mais Barack Obama a accordé toute sa confiance à la stratégie de son homologue, et son appui total, quelles que soient les décisions du dirigeant mexicain. Nouveau tout ça.

Le président Barack Obama et le président Henrique Peña Nieto à Mexico.
Le président Barack Obama et le président Henrique Peña Nieto à Mexico.

Il reste à voir Peña Nieto à l’oeuvre. Il est trop tôt (il a pris le pouvoir le 1er décembre 2012) pour voir si sa stratégie fonctionne.

Les milices d’autodéfense

La violence a diminué dans certains États du nord, mais elle est de plus en plus inquiétante dans des États comme Guerrero, Michoacan, Jalisco et Vera Cruz, et dans des villes comme Acapulco et Cuernavaca (Morelos), à une heure à peine de Mexico.

Un phénomène nouveau qui montre à quel point des communautés ont totalement perdu confiance en leurs institutions : polices, tribunaux, gouvernements locaux.

Au coeur d’une terre aride, rude, turbulente, entre Tierra Colorada et Chilpancingo

Des milices formées de bénévoles se sont constituées spontanément depuis le début 2013, et certaines polices communautaires ont réussi à rétablir la paix et la tranquillité dans leurs villes et campagnes. D’autres alimentent encore plus l’anarchie.

Regardez mon reportage au Téléjournal 21 h :

Nouvelle stratégie et changement radical d’attitude des États-Unis

Un phénomène inquiétant, notamment au Michoacan, où on ne sait pas toujours si les milices travaillent pour la population ou les narcotrafiquants.

La population est très fatiguée. Énormément de personnes ont dû quitter leur maison en raison des bombardements. L’économie d’Alep n’existe plus, les gens sont au chômage, les prix se sont envolés. Il y a d’énormes queues devant les boulangeries de la ville. La vie est un enfer :