Tous les billets publiés par Luc Chartrand

À propos de Luc Chartrand

Luc Chartrand a longtemps travaillé dans la presse écrite avant de joindre Radio-Canada en 2000. Il a signé plusieurs grands reportages internationaux pour Le Point et Zone libre. Il a notamment couvert l’arrivée de l’armée canadienne en Afghanistan, en 2002, et l'invasion de l'Irak, en 2003. Il a été correspondant à Paris de 2006 à 2009. Il a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Judith-Jasmin, en 2010, pour son reportage sur le lobby pro-Israël au Canada, diffusé à Une heure sur Terre.

Les promesses du modéré Hassan Rohani

mardi 18 juin 2013 à 13 h 59 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

Hassan Rohani, le 14 juin, à Téhéran

Faut-il croire en Hassan Rohani? Cette question, ce sont bien sûr les réformateurs iraniens qui se la posent. Ils se sont ralliés derrière ce candidat dit « modéré » qui ne paraissait pas prédestiné à surfer sur une vague de contestation du régime.

Ce religieux, ex-négociateur dans le dossier nucléaire, est apparu dès le début de la campagne électorale comme l’héritier du mouvement vert de 2009, celui que les Gardiens de la révolution avaient écrasé à coups de matraque en 2009. On a compris que quelque chose pouvait se passer dès le 2 juin lorsque, dans un discours, M. Rohani a déclaré que l’obsession sécuritaire du régime devait cesser. Il a aussi demandé la « libération des prisonniers politiques », et la foule s’est mise aussitôt à scander : « Moussavi-Rohani! », établissant la filiation idéologique entre le chef du mouvement vert et le nouveau candidat.

            Qui est Moussavi?

Les réformistes Mirhossein Moussavi et Mehdi Karoubi, qui avaient mené la contestation contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en 2009, sont assignés à résidence sans inculpation depuis plus deux ans, depuis qu’ils ont appelé à manifester pour soutenir les mouvements de révolte dans le monde arabe en 2011.

M. Rohani a aussi déclaré qu’il était temps de cesser de harceler les jeunes femmes à propos de leur tenue vestimentaire. Dans les jours qui ont suivi, les foules se sont massées toujours plus nombreuses à ses rassemblements.

Entre espoir et méfiance

Un candidat, Mohammad Reza Aref, s’est retiré de la course, puis deux ex-présidents aussi associés au camp réformateur, Mohammad Khatami et Akbar Hashemi Rafsanjani, ont donné le mot d’ordre de voter en grand nombre.

Vainqueur au premier tour, devant une cohorte d’opposants très conservateurs, Rohani a certainement créé une vague d’espoir. Dans ce contexte, la réaction du ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, paraît quelque peu brutale. M. Rohani, dit-il, « ne sera qu’une autre marionnette entre les mains des ayatollahs ». Il ajoute que « les résultats du scrutin du 14 juin ne veulent rien dire dans les faits ».

L’avenir lui donnera peut-être raison, mais on se demande d’où vient cette précipitation à fermer la porte lorsqu’elle semble s’entrouvrir.

La réponse se trouve peut-être du côté de Jérusalem. Le Canada et Israël sont en train de former un véritable axe diplomatique. Or, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a fait de l’échéancier nucléaire iranien une quasi-obsession. Il craint que le régime de Téhéran ne réussisse à endormir la communauté internationale, à gagner du temps, et finalement à se doter de la bombe atomique.

M. Nétanyahou a invité la communauté internationale à ne pas se laisser duper par le nouveau visage apparemment plus conciliant de l’Iran des ayatollahs. « Quoiqu’il en soit, dit-il, c’est le soi-disant guide suprême de l’Iran (l’ayatollah Khamenei) qui détermine sa politique nucléaire, pas le président. Plus les pressions sur l’Iran seront fortes, plus grandes seront les chances de mettre fin au programme nucléaire iranien. »

Les États-Unis se montrent plus circonspects que le Canada et Israël. Le secrétaire d’État américain, John Kerry, a reconnu que les Iraniens avaient exprimé un désir de changement et qu’il faudrait voir quels seraient les résultats concrets dans les mois à venir.

De son côté, le nouveau président iranien s’est dit prêt à plus de transparence que son prédécesseur dans le dossier nucléaire, tout en précisant que son pays poursuivrait l’enrichissement de l’uranium « à des fins pacifiques » et que le dialogue avec les États-Unis ne pourrait reprendre que si ces derniers reconnaissaient le droit des Iraniens d’avoir un programme nucléaire national.

Bref, pas de rupture en vue dans la position iranienne. Mais une évolution, possible, oui.

Une émeute au mur des Lamentations! Ce n’est pas tous les jours que cela se produit sur le site le plus sacré du judaïsme. C’est ce qui est arrivé le vendredi 10 mai.

C’est qu’il existe une guerre de religion à l’intérieur même du judaïsme. Et elle oppose les ultraorthodoxes d’Israël à un mouvement féministe, les Femmes du Mur. Ces femmes revendiquent le droit de pratiquer leur religion sans suivre les rites patriarcaux, et ce, sur le site même du mur des Lamentations.

Une fois par mois, depuis quelques années, elles se réunissent devant la section du mur des Lamentations réservée aux femmes et y prient en faisant fi des restrictions qui leur sont imposées à cause de leur sexe. Ainsi, elles revêtent le châle de prière, elles enroulent les tefillin autour de leurs bras et elles lisent la Torah.

Ce vendredi, des centaines d’ultrareligieux, hommes et femmes, se sont rassemblés pour manifester contre ces pratiques dénoncées comme des sacrilèges. Des manifestants ont voulu s’en prendre aux militantes des Femmes du Mur. Certaines ont été aspergées de café. Et cinq manifestants (des hommes) ont été arrêtés.

Ce n’est pas la première fois que des accrochages à ce sujet surviennent devant le Mur. La forte mobilisation des ultrareligieux s’explique cependant par un nouveau contexte qui menace leur autorité. D’une part, une décision de la cour vient de remettre en question leur mainmise sur la réglementation du lieu saint. Par ailleurs, le nouveau gouvernement israélien, formé l’hiver dernier, a exclu les partis religieux, habituellement membres des coalitions au pouvoir.

La place des ultrareligieux est une source grandissante de conflits dans la société israélienne. Ces derniers n’étaient qu’une infime minorité lors de la fondation du pays, en 1948. Ils comptent aujourd’hui pour 12 % de la population du pays, et plus du tiers de celle de Jérusalem. Cela entraîne de nombreuses frictions avec les laïcs et avec les femmes en particulier. Les femmes israéliennes ont toujours eu la réputation d’être particulièrement émancipées. Or, plusieurs d’entre elles sentent leur liberté menacée par les règles strictes que les ultrareligieux cherchent à faire régner dans diverses sphères de la société.

J’ai consacré à ce sujet passionnant un reportage à Une heure sur terre l’an dernier.

Le précédent

vendredi 12 avril 2013 à 15 h 48 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

 John Baird, le ministre canadien des Affaires étrangères en 2013.
John Baird, le ministre canadien des Affaires étrangères en 2013.

À la fin des années 70, à l’époque où il était ministre dans le gouvernement de René Lévesque, Denis Lazure (1925-2008) avait suscité l’ire du ministère des Affaires étrangères du Canada (Affaires extérieures à l’époque). La raison : il avait accepté une invitation à visiter Tallinn, capitale de l’Estonie, un pays balte qui était à l’époque sous occupation soviétique et qui avait été annexé à l’URSS.

En Occident, aucun pays ne reconnaissait cette annexion et, de ce fait, aucun officiel, d’aucun pays de l’OTAN, n’y mettait les pieds.

Le refus de faire certains gestes bien précis fait partie des règles de l’art de la diplomatie. C’est une façon de marquer un désaccord fondamental, comme pour rappeler que l’on ne reconnaîtra jamais le fait d’une annexion forcée. Voilà pourquoi le président Obama, en visite récente en Israël, a décliné les invitations à se rendre visiter des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée. Voilà pourquoi la diplomatie américaine a refusé que des étudiants de l’Université d’Ariel, sise dans une colonie, participent à la rencontre d’étudiants israéliens avec le président des États-Unis.

La décision du ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, de rencontrer une ministre israélienne à ses bureaux de Jérusalem-Est, le 9 avril, s’inscrit dans une logique diamétralement opposée : celle de rompre avec 46 ans de protestations canadiennes et internationales contre l’annexion de cette ville par Israël.

Ni le Canada, ni l’Union européenne, ni les États-Unis ne reconnaissent la souveraineté israélienne sur Jérusalem-Est, occupée puis annexée après la guerre israélo-arabe de 1967. Et si l’ambassade du Canada (comme les autres du reste) se trouve à Tel-Aviv et non pas à Jérusalem, siège du gouvernement israélien, c’est pour affirmer ce refus.

À l’époque, M. Lazure avait fait fi des protestations de la diplomatie canadienne et s’était rendu en Estonie. L’affaire n’avait pas eu de grande conséquence. Qu’un ministre des Affaires sociales d’un gouvernement provincial du Canada visite un pays balte n’a sans doute jamais été même remarqué par le Kremlin!

Il en va tout autrement lorsque c’est le chef de la diplomatie d’un pays du G8 qui transgresse la règle. En se rendant à Jérusalem-Est, écrivait jeudi le quotidien israélien Haaretz, John Baird a « brisé un tabou ». Le chroniqueur diplomatique du journal cite une source du ministère israélien des Affaires étrangères selon laquelle M. Baird a agi en dépit de l’opposition de diplomates de l’ambassade du Canada à Tel Aviv. Selon une autre source, citée par Haaretz, le ministre canadien a « voulu créer un précédent ».

Un porte-parole du gouvernement israélien s’est félicité de cette décision. Les diplomates palestiniens et la Ligue arabe, comme on pouvait s’y attendre, s’en sont indignés.

Est-ce vraiment un précédent? Un lecteur fait remarquer que Pierre Pettigrew, qui a été ministre canadien des Affaires étrangères, s’était rendu visiter le Vieux Jérusalem, en zone annexée, sans créer d’incident. Il semble en effet que la visite des lieux de pèlerinage de la Ville sainte passe mieux que les visites ouvertement politiques comme celle effectuée par M. Baird. (Jacques Chirac, Jean-Paul II et Benoît XVI, pour n’en citer que quelques-uns, ont foulé ces vieilles pierres, alors que ni la France ni le Vatican ne reconnaissent l’annexion).

M. Baird a tenté de minimiser la portée de son geste en parlant de « discussion sémantique ». Il a ajouté : « Si vous avez une rencontre avec une personne d’un côté de la rue, c’est correct. Si vous avez une rencontre de l’autre côté de la rue, ce ne l’est pas? »

Venant d’un homme dont c’est la responsabilité ministérielle de peser et de soupeser la portée des gestes diplomatiques, cette badinerie ne convainc personne.

En choisissant de se rendre officiellement à Jérusalem-Est, John Baird a rompu, au moins symboliquement, avec la tradition diplomatique canadienne sur le conflit israélo-palestinien. Cette rupture a été amorcée il y a quelques années. Elle a déjà été marquée par plusieurs gestes concrets (changement des priorités de financement dans l’aide aux Palestiniens, positions de plus en plus alignées sur celles d’Israël aux Nations unies, etc.). Et il ne fait guère de doute qu’elle sera suivie d’autres gestes qui, par leur accumulation, feront une nouvelle politique.

L’entrevue que nous a accordée Hanan Ashrawi, à Ramallah, le 19 janvier dernier, m’a étonné par la vigueur de sa charge contre le Canada. Mme Ashrawi est bien sûr réputée pour son éloquence, mais elle est aussi une des actrices les plus importantes de la diplomatie palestinienne. Or, elle a fait fi de toute langue de bois diplomatique et elle a tiré à boulets rouges sur le gouvernement Harper et sur sa politique dans le dossier israélo-palestinien.

Le Canada, on le sait, a été un des neuf pays qui ont voté contre l’admission de la Palestine comme État observateur aux Nations unies, le 29 novembre dernier. Cent trente-huit pays ont appuyé la candidature palestinienne, et une quarantaine se sont abstenus.

« Beaucoup de gens considèrent que le Canada s’est ainsi disqualifié de toute possibilité de jouer un rôle positif dans le processus de paix, dit Mme Ashrawi. Cela mine son statut international. »

Hanan Ashrawi est membre de la direction de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), et elle a été parmi les principaux artisans d’une campagne diplomatique internationale de plusieurs années pour obtenir l’appui du plus grand nombre de pays en vue d’une reconnaissance à l’ONU.

Le Canada, dont la politique étrangère s’est résolument rapprochée de celle d’Israël sous Stephen Harper, a ouvertement milité contre la demande palestinienne. Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, s’est même rendu personnellement aux Nations unies pour y prononcer un discours contre la candidature de la Palestine.

La position canadienne (qui est proche de celle des États-Unis), c’est que la reconnaissance de la Palestine est prématurée et qu’elle doit être le résultat d’un accord de paix entre les deux parties. Les Palestiniens estiment que les négociations de paix – au point mort depuis des années – ne peuvent être relancées que par la pression internationale. Le Canada dit craindre que la reconnaissance à l’ONU n’entraîne une crispation encore plus grande des positions.

« Lorsque le Canada parle, je n’entends pas seulement la version d’Israël, mais j’entends ce qu’Israël a de pire à dire », dit Mme Ashrawi.

« Et quand le Canada justifie les gestes d’Israël, cela mine le statut du Canada dans le monde. Cela mine l’intégrité du Canada comme pays qui est censé représenter le multiculturalisme, le multilatéralisme, la règle du droit, l’harmonie et la justice. C’est plutôt la voix stridente du lobby pro-Israël qui parle pour défendre ce qu’au plus profond de vos cœurs, vous savez être mauvais. »

Voici de larges extraits de cette entrevue :



Et voici mon reportage au Téléjournal du 13 février, suivi d’une entrevue de Céline Galipeau avec le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird :

Sabbat et veille d’élections en Israël

dimanche 20 janvier 2013 à 20 h 14 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

À Jérusalem, n’essayez même pas d’obtenir une entrevue d’un politicien israélien en campagne lors du sabbat. Ici, où le taux de pratique religieuse est très élevé, le respect du sabbat est quelque chose de sérieux.

Dans la ville, les rues sont désertées par les voitures. Chercher un taxi est une épopée : les seuls chauffeurs, pratiquement, sont des Arabes israéliens. La vie moderne s’arrête. Le téléphone, la télévision, Internet sont débranchés dans de nombreux foyers. Les juifs savent s’arrêter!

Les autres ont de la difficulté… En particulier les journalistes, drogués de communication, toujours rivés à leurs courriels, leurs comptes Twitter ou Facebook.

Radio-Canada a Jérusalem

Ce soir, nous sommes invités, le caméraman Martin Cloutier et moi, avec une amie, Hélène, au souper du sabbat chez Peggy Cidor. C’est touchant et chaleureux. Mais, alors que nous ne pouvons nous empêcher de jeter des coups d’œil furtifs à nos téléphones intelligents, Peggy nous dit : « La prochaine fois, vous laissez vos téléphones à la porte! »

Nous sommes avec la famille de Peggy. La famille est au coeur du sabbat. L’effervescence extérieure ne doit pas venir troubler ce moment. C’est une leçon.

Je risque tout de même : « Pendant le sabbat, a-t-on le droit de parler politique? » Ils rient! « C’est même encouragé! » Le sabbat n’exige pas que l’on soit déconnecté de ce qui se passe dans le monde.

On finit donc par parler politique, à quelques jours des élections du 22 janvier. Et on parle de ce phénomène annoncé par les sondages : la montée d’un parti d’extrême droite, Maison Juive, dirigé par un jeune chef, Naftali Bennett, dont les propos entrent en résonnance avec une grande partie de l’électorat . En résumé, à peine caricatural : assez parlé des Palestiniens, il n’y aura jamais d’État pour eux sur notre terre (c’est-à-dire sur les Territoires occupés) et nous devons en annexer déjà une grande partie.

« Le problème avec Bennett, dit Peggy Cidor, c’est qu’il est un écran de fumée. Il a une allure moderne. Il a fait fortune dans la haute technologie. Il met de l’avant quelques candidats pas trop radicaux. Mais plusieurs de ses candidats sont des extrémistes. » Pour en savoir plus, cet article du New Yorker .

On n’ira pas plus loin. Après tout, c’est sabbat et, même s’ils sont d’accord pour parler politique, les journalistes en nous peuvent aussi – enfin, un peu – relaxer…

 

Les rebelles de plus en plus ambitieux

mardi 4 décembre 2012 à 22 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

Les rebelles ont pris l’initiative de cette guerre, et ils sont de plus en plus ambitieux. J’en parle avec Céline Galipeau :

 

La crise syrienne

vendredi 30 novembre 2012 à 21 h 20 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

Mon reportage diffusé à Une heure sur terre le 30 novembre :

 

« Deviens qui tu es »

jeudi 29 novembre 2012 à 9 h 39 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

Avant de nous envoler pour la Turquie, vers la Syrie, nous avions quitté nos collègues de Radio-Canada un peu à la sauvette. Leurs poignées de main et leurs bises nous témoignaient de leur amitié. Mais leurs mines attristées étaient celles d’un salon funéraire. Nous étions touchés par leur empathie, mais elle venait briser la bulle de sérénité et de détachement que l’on essaie de créer autour de soi avant de partir en zone dangereuse.

Et cette question, toujours, à laquelle il est impossible de répondre : « Pourquoi? »

Cette nuit, comme nous roulons dans la campagne syrienne après avoir évacué Alep, devenue trop dangereuse pour nous, Sylvain Castonguay et moi avons le cœur à philosopher.

Pourquoi en ce moment, alors que nous venons de frôler la mort, sommes-nous si sereins et, oui, essentiellement heureux?

C’est à ce moment que le « Grand Pourquoi », la question si souvent posée par nos camarades, par nos amis et nos familles nous revient.

Je cite à Sylvain cette phrase tirée d’un roman de John Le Carré : « Il nous faut parfois entreprendre quelque chose avant d’en comprendre la raison. Nos actions sont souvent des questions. Non des réponses. »

Les réponses ne sont pas toujours rationnelles. Il y a quelques années, mes patrons m’avaient donné une nuit pour réfléchir avant d’accepter de partir à la guerre en Irak. Une nuit à soupeser rationnellement toutes données et à conclure que, bien sûr, j’allais dire non. Mais pendant que mon cerveau rationnel me tenait ce discours avec insistance, je ne pouvais empêcher mon autre hémisphère, celui du rêve et de l’irrationnel, de me projeter, déjà en pensée, au cœur des événements à venir. À la fin, c’est la part irrationnelle qui l’avait emporté.

Sylvain me cite cette phrase de Nietzsche, qui l’a marqué : « Deviens qui tu es. »

« Aujourd’hui, poursuit Sylvain comme notre véhicule tressaute toujours sur la route cahoteuse, je réalise que dans ces moments où je me trouve sur la ligne de front, je me sens toujours à l’aise. À ma place. »

« C’est peut-être que je suis devenu qui je suis! », conclut-il avec un grand sourire.

Ce soir, nous sommes vivants. Nous sommes au cœur d’une aventure. Nous sommes devenus qui nous sommes.

La guerre, dans toute son horreur

mercredi 28 novembre 2012 à 23 h 31 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

Je vous entraîne dans un hôpital de la ville d’Alep, rasé quelques minutes plus tard par l’aviation syrienne. L’établissement n’est plus que décombres… et un tombeau pour une quarantaine de personnes qui s’y trouvaient. Une médecine de guerre, avec très peu de moyens.

Alep ravagée par la guerre

mercredi 28 novembre 2012 à 11 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

chartrlu

Beaucoup d’Aleppins sont mécontents d’être pris en otage dans cette guerre :