Blogue de Christian Latreille

Moments de grâce pour Obama

Mercredi 1 juillet 2015 à 13 h 28 | | Pour me joindre

Pour me joindre

En chantant Amazing grace dans une église de la Caroline du Sud, vendredi dernier, le président Barack Obama rendait non seulement un émouvant hommage aux neuf victimes de la tuerie de Charleston, mais terminait du même coup la meilleure semaine de sa présidence.

Lundi, il a tout d’abord réussi à convaincre le Congrès de lui accorder la voie rapide (fast track) pour en arriver à une entente de libre-échange avec les pays de l’Asie et du Pacifique.

Un accord crucial pour les États-Unis qui tentent de consolider leur présence économique dans cette région du monde, où la Chine est très active.

Une entente qui pourrait représenter 40 % des exportations et importations du commerce américain.

Jeudi, une autre journée mémorable pour le président. La Cour suprême, dans une étonnante décision, maintenait tel quelle la loi sur l’assurance maladie (Obamacare). Ses opposants contestaient les subventions offertes par Washington aux États qui n’avaient pas mis en place leur propre système de marchés d’assurance.

L’Obamacare aura donc survécu à de nombreuses attaques judiciaires depuis son adoption en 2010. Cette assurance maladie a permis à plus de 10 millions d’Américains d’obtenir une couverture médicale. Cette réforme sera un des legs les plus importants de la présidence d’Obama.

Vendredi, est ensuite survenue l’encore plus étonnante décision de la Cour suprême ordonnant à tous les États de rendre légal le mariage pour les conjoints de même sexe. Le président qui, il y a trois ans, s’était dit en faveur des mariages gais, a déclaré que les Américains devaient être très fiers de ce jugement. « Love is love », a- t-il conclu.

Et toujours vendredi, ce moment inoubliable, historique, où le président des États-Unis a chanté devant une communauté d’Afros-Américains en deuil, en Caroline du Sud. Il a envoyé un message de paix et d’unité dans un moment de grande douleur. Il a montré au monde entier sa fierté d’être noir en chantant cet hymne religieux. Un rare moment, une rare semaine de grâce dans la vie d’un politicien.

Et au moment d’écrire ces lignes, Barack Obama annonce la réouverture de l’ambassade américaine à Cuba. L’actuel président passera-t-il à l’histoire comme un réformateur? Il est encore trop tôt pour l’affirmer, mais les derniers jours laissent croire aux Américains que tout est possible lorsqu’on a une vision et la Cour suprême de son côté.