Billets publiés en juillet 2014

La Chine à la conquête de l’Amérique latine

Vendredi 25 juillet 2014 à 7 h 49 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Les présidents chinois et cubains Xi Jinping et Raul Castro à Cuba, le 23 juillet dernier.
Les présidents chinois et cubains Xi Jinping et Raul Castro à Cuba, le 23 juillet dernier

Le président Xi Jinping vient de conclure une nouvelle tournée de huit jours en Amérique latine, sa deuxième en 18 mois. Fidèle à son habitude, le numéro un chinois a profité de l’occasion pour faire le plein de contrats extrêmement lucratifs. Il a signé 15 accords de coopération avec le Brésil, 19 avec l’Argentine, 38 avec le Venezuela et 30 avec Cuba.

Ces ententes contrastent avec la longue domination économique des États-Unis dans la région. La Chine investira 4 milliards de dollars au Venezuela en échange de pétrole. En tout, c’est près de 35 milliards de dollars qui déferleront dans toute l’Amérique latine et le bassin des Caraïbes dans des projets d’infrastructure.

Même si le dirigeant chinois a insisté pour dire que ce voyage n’était pas un voyage « d’idéologie », puisqu’il a d’abord participé aux rencontres du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui se tenaient au Brésil, il a cependant passé la plupart de son temps à côtoyer des dirigeants de gauche à la suite de la conférence. Des dirigeants qui ont peu ou pas d’atomes crochus avec les États-Unis, comme à Cuba et au Venezuela.

Mauvaises nouvelles pour Bombardier

La région est un marché clé pour la Chine. Le commerce bilatéral avec l’Amérique latine est passé à 262 milliards de dollars l’an dernier. Le Brésil et l’Argentine sont d’ailleurs devenus les principaux partenaires de Pékin sur ce continent.

Le séjour de Xi Jingping a aussi permis de signer une série d’accords avec Embraer, dont un pour la vente de 60 jets d’une valeur de près de 7,5 milliards de dollars.

Cette vente « ferme » contraste avec les « engagements de commandes » obtenus par Bombardier il y a une semaine, lors du salon aéronautique de Farnborough en Grande-Bretagne, pour son futur moyen-courrier CSeries d’une valeur potentielle de 1,5 milliard de dollars.

Influence croissante de l’Asie

Des milliards de dollars pourraient aussi arriver bientôt en Argentine. La Chine s’est engagée à construire 2 barrages hydroélectriques dans le sud du pays d’une valeur de 4,4 milliards de dollars et 11 navires qui pourraient représenter un investissement de 423 millions de dollars.

Le dernier arrêt du président chinois s’est fait à Cuba. Une visite à la fois stratégique et de convenance, puisque la Chine est depuis quelques années l’un des principaux alliés économiques de La Havane. Comme dans les autres pays, son arrivée a été rapidement suivie par une vague d’accords principalement dans le domaine des télécommunications et de la construction immobilière.

Certains analystes voient dans cette visite une tentative de la Chine pour élargir son influence dans une région qui a toujours été la « cour arrière » des États-Unis. D’ailleurs, malgré le danger d’investir dans des économies volatiles comme l’Argentine, Cuba et le Venezuela, Pékin semble pour le moment penser que le risque en vaut la peine.

La Corée du Nord écartée

Jeudi 3 juillet 2014 à 14 h 42 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le président chinois Xi Jinping est accueilli par le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Yun Byung-se, à son arrivée à la base aérienne de Seongnam, à Séoul, le 3 juillet 2014.
Le président chinois Xi Jinping (au centre) est accueilli par le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Yun Byung-se (à droite), à son arrivée à la base aérienne de Seongnam, à Séoul, le 3 juillet 2014.

Le président chinois Xi Jinping vient d’amorcer une visite officielle en Corée du Sud, où il espère intensifier ses liens commerciaux avec Séoul. Mais, dans les faits, le tête-à-tête est beaucoup plus qu’une simple mission diplomatique. La rencontre vise à renforcer la position de la Chine en Asie du Sud-Est, mais surtout à réprimander la Corée du Nord, alliée de Pékin.

D’ailleurs, pour arriver à bien faire passer son message, le président chinois a décidé de rompre avec les traditions. Depuis deux décennies, tous les dirigeants du parti communiste se sont d’abord rendus à Pyongyang avant de visiter la Corée du Sud. Pas cette fois-ci! Xi Jinping a annoncé qu’il ne visitera que Séoul. Un pied de nez au jeune dirigeant Kim Jong-un, qui montre, selon plusieurs analystes, l’irritation de Pékin vis-à-vis de son turbulent voisin.

Répondre par la bouche de ses canons

Le geste n’est pas passé inaperçu en Corée du Nord. Dans le but de provoquer ou de manifester son indignation, Pyongyang a lancé des missiles et des roquettes au large de sa côte orientale à trois reprises au cours des derniers jours. Dans un geste contradictoire, le petit pays communiste a par la suite suggéré une proposition de paix avec Séoul.

Les relations entre la Chine et la Corée du Nord sont tendues depuis un an et demi. Le régime chinois n’apprécie pas les écarts de conduite de Kim Jong-un et a été particulièrement irrité par des tirs de fusée (en décembre 2012) et un essai nucléaire (en février 2013) réalisés par Pyongyang, malgré ses appels au calme.

Le Japon intervient

Ce bras de fer survient alors que le Japon, ennemi juré de Pékin, annonce de son côté qu’il lèvera des sanctions contre Pyongyang.  Cette décision surprenante a été prise après que les deux pays se sont entendus pour rouvrir un dossier vieux de 30 ans, celui des enlèvements de plusieurs Japonais par la Corée du Nord. Ces enlèvements, qui ont eu lieu durant la guerre froide, devaient permettre à Pyongyang de former des espions pour infiltrer plus adéquatement le régime nippon.

Selon Tokyo, au moins 17 personnes auraient été enlevées dans les années 70 et 80 par le petit pays communiste. La Corée du Nord reconnaissait jusqu’à maintenant n’en avoir kidnappé qu’une douzaine.

À cela, il faut ajouter la décision du Japon en début de semaine d’autoriser désormais ses forces armées à participer à des opérations militaires extérieures afin d’aider des pays alliés. Une première depuis l’instauration, en 1947, d’une constitution pacifiste.

Un geste qui risque, lui aussi, de déplaire au géant chinois et dont la date a probablement été savamment décidée pour s’assurer qu’elle concorde avec la visite de Xi Jinping dans les eaux troubles en Corée.