Blogue de Yanik Dumont Baron

Une vidéo que vous ne voulez pas voir

jeudi 22 mai 2014 à 17 h 17 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Ce sont des images dont le gouvernement américain ne reconnaissait même pas l’existence jusqu’à tout récemment. Ce qu’elles montrent entre dans la catégorie des horreurs liées aux guerres. Le genre de sujet que la plupart des Américains préfèrent éviter. Les vidéos montrent ce qui arrive lorsqu’on insère un tube de plastique dans les narines d’un détenu à Guantanamo pour le forcer à manger.

Le Syrien Abu Wa’el Dhia fait la grève de la faim. Les autorités confirment qu’elles n’ont rien à lui reprocher, mais sa détention se poursuit, et sa grève de la faim aussi. Les soldats utilisent des tubes pour forcer des liquides dans son estomac. Il s’agit là d’une façon d’éliminer la menace qui vient avec pareil moyen de pression : la mort du gréviste. En secret, plusieurs séances ont été filmées. L’avocat du détenu a demandé à voir ces fameuses vidéos. Un tribunal de Washington vient de forcer le gouvernement à les lui montrer. Abu Wa’el Dhia, lui, a expliqué comment il se sentait lorsque ses gardiens forçaient un tube dans son corps.

« En me tenant la tête, le policier militaire m’étouffe parfois, explique-t-il dans une déposition devant un tribunal de Washington. Et avec tous ces nerfs dans mon nez, le passage du tube, c’est de la torture. Particulièrement quand le policier militaire me tient le cou. Parfois, le tube s’accroche (aux parois) en passant dans ma gorge. Ils ne sont pas capables de le pousser plus loin. Dans ces cas-là, je leur demande de filmer. Et ils refusent. »

Les autorités voient l’insertion de tube comme la façon la plus humaine de les garder en vie.  Il y a toujours une centaine de détenus à Guantanamo. On ne sait trop combien ont choisi de faire la grève de la faim. Au moins deux autres détenus auraient aussi demandé à ce que les images de leur alimentation forcée soient préservées. Vous pouvez lire la requête de l’un d’eux ici.

Vous pouvez aussi regarder cette animation qui dépeint la fameuse procédure, si vous en avez le courage :