Blogue de Catherine Mercier

Chine, pays de contrastes

Mardi 19 juin 2012 à 11 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

J’ai toujours trouvé un peu cliché les descriptions dans les livres de voyage qui parlent d’un lieu comme d’un « pays de contrastes ». Après tout, chaque pays a bien quelques contrastes à offrir… Le Canada a ses Prairies et ses Rocheuses, sa dualité français-anglais…

Malheureusement pour moi, « pays de contrastes », est probablement l’une des meilleures formules pour décrire la réalité chinoise. Dans ce pays où les routes sont construites si rapidement qu’on ne les trouve pas toujours avec le GPS (nous nous sommes retrouvés l’autre jour sur une autoroute flambant neuve, en pleine campagne, et le pauvre curseur du GPS pointait dans le néant numérique), où les paysans se baladent en charrette tirée par un âne le long de ces mêmes autoroutes ultra-modernes, où les vieilles dames font leur taï-chi matinal au parc tandis que derrière elle, pousse un autre gratte-ciel qui viendra peupler la forêt urbaine… Bref, dans ce pays, les contrastes sont partout.

La formidable envolée de Liu Yang, la première femme astronaute chinoise, en est un bel exemple.

Liu Yang, la veille de son baptême de l’espace

La femme de 33 ans, qui est présentement à bord du vaisseau Shenzhou 9, est devenue instantanément l’héroïne de tout un peuple.

Sa présence aux côtés de deux astronautes masculins envoie un message clair : en Chine, hommes et femmes sont égaux. D’ailleurs, lors de la conférence de presse la veille du lancement de la navette, Liu, une pilote de chasse dans l’armée de l’air chinoise, a résumé ainsi l’esprit qui régnait à l’entraînement.

« Dès le premier jour, on m’a dit que je n’étais pas différente des astronautes masculins. »

Pour elle, représenter les femmes de Chine est un honneur.

Et presque au même moment, le traitement réservé à une autre femme montrait que des années-lumière pouvaient séparer le destin de deux Chinoises.

Le 2 juin, dans la province du Shaanxi, Feng Jianmei, 23 ans, a subi un avortement forcé. Elle était enceinte de sept mois. Les autorités réclamaient plus de 6000 $ à Feng et son mari, car le couple avait déjà une petite fille. Une naissance supplémentaire aurait été contraire à la politique de l’enfant unique.

Une photo de la jeune femme sur son lit d’hôpital, son bébé sanguinolent à ses côtés a suscité de vives réactions en Chine.

Sur le Twitter chinois, les deux événements n’ont pas tardé à retenir l’attention des internautes.

Un texte de microblogue @假装在纽约 soulignait à gros traits les contradictions de la société chinoise.

« Nous pouvons envoyer une femme astronaute dans l’espace, et à la campagne, on peut forcer une femme enceinte de sept mois à avorter. Ce contraste frappant […] illustre l’état tordu de notre pays. La gloire et les rêves illuminent le désespoir et la honte. D’un côté, une technologie de pointe, de l’autre, un peuple bafoué. Les fusées s’envolent dans le ciel, alors que la morale plonge vers des profondeurs insoupçonnées. La nation se lève, tandis que le peuple soumis s’agenouille. Voilà comment la plus belle époque côtoie la pire époque. »

Comme le rapporte le site Tealeafnation, ce message a été « harmonisé », c’est-à-dire effacé de la blogosphère par les censeurs. Mais il avait déjà fait l’objet de plus de 70 000 commentaires, comme quoi il y a parfois un certain espace de discussion.

D’ailleurs, petite lueur d’espoir, le tollé suscité par cette histoire a poussé les autorités à présenter leurs excuses à Feng Jianmei et à sa famille. Trois personnes responsables de la planification des naissances ont été relevées de leurs fonctions.

Les contrastes, même en blanc sur noir, prennent parfois quelques teintes de gris…

 Quelques statistiques sur les femmes en Chine :

  • Elles représentent 46 % de la population active (2010).
  • À l’université, les étudiantes sont un tout petit peu plus nombreuses que leurs camarades masculins : 50,86 % (2010).
  • La politique de l’enfant unique aura beaucoup favorisé les bébés garçons. Aujourd’hui, 35 millions de filles et de femmes manqueraient à l’appel en Chine.
  • Selon le recensement de 2010, pour chaque 100 bébés filles, naissaient en Chine 118 garçons.