Billets classés sous la catégorie « Analyses de hockey »

Dans sa chronique, Martin Leclerc estime que les gardiens des Sénateurs affichent une excellente moyenne. Mais au nombre de tirs auxquels font face Craig Anderson et Andrew Hammond, ils ne peuvent faire tout seuls.

Martin Leclerc considère qu’il est faux de penser que, peu importe la manière, seul le résultat, compte. À moins de modifier son approche, le Canadien pourrait bien l’apprendre à ses dépens.

Dans sa chronique, Martin Leclerc soutient que malgré sa superbe tenue en fin de saison, qui a permis aux Sénateurs de se qualifier pour les séries, Andrew Hammond ne fera pas le poids contre Carey Price.

Les Red Wings, le dernier vrai test du CH

Jeudi 9 avril 2015 à 11 h 10 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Dans sa chronique, Martin Leclerc estime que la façon de jouer du Triclolore jeudi soir contre les Red Wings s’avérera un bon indicatif pour déterminer si Montréal participera au bal printanier pendant plusieurs semaines.

Dans sa chronique, Martin Leclerc explique, avec chiffres à l’appui, comment la machine du Canadien se détraque contre les rapides joueurs du Lightning de Tampa Bay.

Avec tout le respect envers Carey Price, Martin Leclerc considère que le record de 42 victoires par un gardien du Canadien qu’il s’apprête à éclipser aura été réalisé dans un contexte plus avantageux que celui de l’époque de Jacques Plante et Ken Dryden.

Martin Leclerc explique dans sa chronique que l’abolition des mises en échec suscite une intéressante joute politique entre le hockey civil et le hockey scolaire québécois.

Que deviendras-tu, Devante Smith-Pelly?

Jeudi 19 mars 2015 à 13 h 08 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Dans sa chronique, Martin Leclerc explique que la seule garantie quand un directeur général de la LNH conclut une transaction est qu’il n’y a justement aucune garantie.

Le Canadien a lancé dans la mêlée une 18e version différente de sa formation de défenseurs cette saison lundi à Tampa. Martin Leclerc explique qu’il s’agit d’un total étonnant.

Dans sa chronique, Martin Leclerc estime que Marc Bergevin a joué gros en changeant 25 % de sa formation en quelques semaines à peine avec les arrivées de Jacob De La Rose, Devante Smith-Pelly, Brian Flynn, Torrey Mitchell et Jeff Petry.