Blogue de Guy Daoust

Bergevin doit oser

vendredi 29 janvier 2016 à 14 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

S’il souhaite améliorer son équipe à court terme et respecter l’engagement quinquennal qu’il a pris à son arrivée avec le Canadien, Marc Bergevin devra oser. Il devra prendre des risques. Il devra conclure une ou des transactions pour transformer son équipe.

Quand on est directeur général, il y a trois façons d’améliorer son personnel. Voyez comme deux d’entre elles ne sont plus des options…

Le repêchage

La formule est connue. « C’est par le repêchage qu’on bâtit les équipes gagnantes. » On vous répète que c’est comme ça que les Blackhawks de Chicago sont devenus ce qu’ils sont. Les Kings de Los Angeles ont aussi remporté deux Coupes Stanley récemment. Ils ont bien repêché.

Mais il faut reconnaître que pour deux qui ont réussi, pendant la même période, il y en a forcément 28 qui ont échoué. Et même pour ceux qui ont du succès, il faut du temps et de la patience. Keith, Seabrook, Toews et Kane ont été repêchés de 2002 à 2007.

Si le Canadien consent à finir dans la cave pendant quelques années et qu’il repêche aussi bien que les Blackhawks, ça pourrait nous donner une équipe championne dans 8 ou 10 ans.

Dans 10 ans, Carey Price aura 38 ans. Et ça dépasse largement les cadres du plan quinquennal. Sans parler qu’on peut repêcher et bâtir comme les Blackhawks, mais on peut aussi le faire comme les Oilers.

Les joueurs autonomes

Ce marché-là se tarit. Il y en a de moins en moins. Ils sont si peu nombreux que la demande est supérieure à l’offre. Les prix grimpent. On risque de payer trop cher et le choix est limité.

En juillet prochain, les meilleurs attaquants disponibles seront Milan Lucic, Andrew Ladd, Kyle Okposo, Eric Staal, David Backes et Steven Stamkos, s’ils ne signent pas une nouvelle entente d’ici là.

Le Canadien peut offrir la lune à Stamkos, par exemple, mais un directeur général ne peut baser le développement de son équipe et toute sa stratégie sur une hypothétique embauche. C’est utopique.

Si le gars visé signe ailleurs parce que sa femme ne trouve pas de Doritos à Montréal (qui se souvient de Bryn Smith?), tu fais quoi avec ton plan?

Les transactions

Voilà un marché pour lequel Bergevin a le contrôle. Voilà un marché qui peut donner des résultats immédiats. Mais il faut oser. Il faut prendre des risques. Il faut convaincre un collègue directeur général. Il faut accepter d’être jugé, de vivre avec les conséquences.

Et j’ajoute qu’il faudra se tourner vers l’attaque. Encore là, on dit qu’il faut bâtir depuis l’arrière, mais les gagnants de la Coupe Stanley depuis 10 ans avaient tous une attaque redoutable, et les équipes qui dominent la ligue actuellement (Washington, Chicago, Dallas) aussi.

Mais les bons attaquants sont rares. Ils ont des lacunes en défense? Pas grave, je suis preneur. Le jeu défensif, ça s’enseigne, mais marquer des buts, ça ne s’apprend pas à 25 ans.

Un exemple 

Si Bergevin offrait aux Flyers Brendan Gallagher et Nathan Beaulieu contre Claude Giroux? Giroux est le gros morceau. Il a 28 ans. Gallagher et Beaulieu n’en ont que 23.

Giroux a encore six ou sept  bonnes années à offrir. Beaulieu et Gallagher en proposent 20 à eux deux.  Rien n’empêche d’assortir la transaction de quelques espoirs, de choix au repêchage et de toute la « considération future » qui vous passera par la tête.

Risqué? Et comment! J’ai fait l’exercice cette semaine avec des amateurs et des collègues. La moitié trouve qu’on donnerait trop. L’autre moitié estime que les Flyers vont refuser parce qu‘on ne donne pas assez.

Vous pourrez objecter tous les plafonds salariaux et toutes les clauses de non-échange qui vous passeront par la tête.  Mais imaginez par exemple Subban et Plekanec à Edmonton contre Taylor Hall et Justin Schultz.

C’est à Marc Bergevin de décider et de convaincre, pas à nous. Pour nous, ce n’est qu’un jeu.

Mais il y a une certitude : l’amélioration et le respect du plan quinquennal passent par une ou des transactions. La relance de l’équipe aussi.

Et là, c’est à Marc Bergevin de jouer.