Blogue de Martin Leclerc

Plekanec, la constante étincelle du CH à l’attaque

Vendredi 21 novembre 2014 à 12 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Tomas Plekanec, le no 14
Tomas Plekanec, le no 14

NDLR : Parce que les statistiques traditionnelles du hockey sont souvent trompeuses, notre chroniqueur vous offre un regard différent sur le Canadien cette saison. Chaque semaine, en s’appuyant sur une compilation des chances de marquer (CM) obtenues par les joueurs de Michel Therrien, ainsi qu’une compilation des actions déterminantes (AD) qui ont créé ces fameuses chances de marquer, il mesure l’évolution de la formation et commente les défis qui se posent à l’entraîneur. 

(Les définitions de ce que sont les chances de marquer (CM) et les actions déterminantes (AD) sont incluses à la fin du texte.)

La chronique de Martin Leclerc

D’abord, voici le portrait dans son ensemble :

     Joueurs  CM    AD   Total
14- Plekanec 43 42 85
67-Pacioretty 45 27 72
11-Gallagher 41 26 67
27-Galchenyuk 37 28 65
15-Parenteau 36                 22 58
51-Desharnais 13                23 49
81- Eller 27                24 45
79- Markov 11                25 40
26- Sekac 18                26 36
08- Prust 11                27 34
76- Subban 15                28 31
22- Weise 15                29 30
77- Gilbert 4                30 14
20- Malhotra 9                31 13
28- Beaulieu 4                32 8
55- Gonchar 1                33 4
74- Emelin 1                34 4
43- Weaver 0                35 3
24- Tinordi 1                36 3
49- Bournival 2                37 3
38- Bowman 0                38 0
       

 

Six réflexions sur le Canadien 

1. Andrei Markov a été un catalyseur important de l’attaque du CH au cours des quatre derniers matchs, en générant pas moins de 10 actions décisives. Au total, Markov été l’auteur de 29 actions décisives durant le premier quart de la saison, soit presque le double des chances générées par P.K. Subban (16).

2. Face aux Blues de Saint Louis jeudi soir, Jiri Sekac a été engagé dans cinq actions décisives. Aucun joueur du CH n’avait créé autant de chances de marquer pour ses coéquipiers au cours d’un seul match depuis le début de la saison. Pour les quatre derniers matchs, Sekac vient d’ailleurs au 2e rang du Canadien en ce qui a trait aux étincelles qu’il a provoquées en attaque. Il a obtenu six chances de marquer, en plus d’être l’auteur de neuf actions décisives (total de 15). Le rendement de Sekac est d’autant plus impressionnant, que son temps d’utilisation, à titre de joueur du troisième trio, est moins important que celui des deux premiers ailiers droits de la formation (Gallagher et Parenteau).

3. Pour une deuxième semaine consécutive, Tomas Plekanec est celui qui a mené l’attaque du CH au cours de la dernière semaine, en obtenant neuf chances de marquer et en menant 13 actions décisives (total de 22) en quatre rencontres. Sur la feuille de pointage, ses efforts lui ont valu un but et trois mentions d’aide (4 points).

4. Dans cette rubrique, on soulignait il y a quelques semaines que Brandon Prust n’était peut-être pas à sa place dans le quatrième trio, étant donné le grand nombre d’actions décisives qu’il commettait. Depuis que Prust a été jumelé à Lars Eller et Jiri Sekac, la troisième unité génère de l’attaque de façon constante. Si bien que Prust a maintenant généré 23 chances de marquer pour ses coéquipiers, soit plus que Pierre-Alexandre Parenteau (22), et presque autant que Brendan Gallagher (26) et Max Pacioretty (27). Tout cela, sans avoir accès à l’avantage numérique et en disputant de trois à six minutes de moins par rencontre que les trois autres! Prust devrait être prudent et ne pas se battre trop souvent, car il est fort utile au CH sur la patinoire.

5. Après la transaction qui a emmené le vétéran défenseur Bryan Allen avec le Canadien, il y a fort à parier que Nathan Beaulieu sera renvoyé à Hamilton afin de poursuivre son apprentissage. Selon ce scénario, P.K. Subban redeviendra (à l’âge de 25 ans) le plus jeune défenseur de la brigade. Subban et Alexei Emelin (28 ans) seront désormais entourés de cinq défenseurs dont la moyenne d’âge s’élève à presque 36 ans. Compte tenu des rigueurs de la saison et des séries éliminatoires, la gestion du temps d’utilisation des arrières sera à surveiller au cours des prochains mois.

6. Outre Tomas Plekanec, les centres du Canadien ont connu une semaine plutôt discrète à l’attaque. Lars Eller n’a créé qu’une chance de marquer à ses six derniers matchs. Grâce au brio de Prust et Sekac, le Danois a toutefois bénéficié de cinq chances de marquer durant cette période. Quant à David Desharnais, le centre numéro un de la formation, il n’a eu que trois actions décisives dans les quatre derniers matchs, dont deux jeudi contre les Blues. Il s’agit de sa période la moins productive depuis le début de la campagne. Par ailleurs, Desharnais n’a obtenu que deux chances de marquer à ses cinq dernières rencontres.

 

Définitions :

Qu’est-ce qu’une chance de marquer? C’est un tir décoché à partir d’un endroit où, statistiquement, les probabilités de tromper la vigilance d’un gardien sont les plus élevées. Cette zone privilégiée a en quelque sorte la forme du marbre au baseball. Elle commence à la hauteur du filet et s’élargit jusqu’aux points de mise au jeu. Et à partir des deux points de mise au jeu, elle s’élève en ligne droite, vers la ligne bleue, et dépasse d’environ cinq pieds l’extrémité des cercles.

Un tir qui rate la cible peut être considéré comme une chance de marquer, puisque c’est la position d’où provient le tir qui compte.
Par contre, un tir bloqué par un joueur défensif autre que le gardien ne constitue pas une chance de marquer. À moins que le gardien soit hors position et que ce joueur (par exemple un défenseur) soit le dernier à défendre le filet.

Qu’est-ce qu’une action déterminante? Effectuer une passe est une habileté de base que possèdent tous les joueurs de la LNH. Par contre, créer une chance de marquer (pour soi-même ou pour un coéquipier) est une habileté que peu de hockeyeurs maîtrisent. De nombreux joueurs de la LNH récoltent régulièrement des mentions d’aide après avoir effectué des passes de routine qui n’ont eu aucune influence directe sur le déroulement subséquent du jeu. Ils obtiennent donc des points parce qu’ils ont la chance d’être bien entourés.

En revanche, les joueurs qui réussissent des actions déterminantes savent battre leurs adversaires à un contre un, ou encore, ils savent trouver les ouvertures et repérer leurs coéquipiers qui se démarquent. Ce sont eux qui animent l’attaque de leur équipe. Lorsqu’une équipe obtient une chance de marquer, il est aussi possible que cette occasion ne soit le fruit d’aucune action déterminante (par exemple, une rondelle déviant par hasard sur la palette d’un attaquant).