Blogue de Dany Dubé

Au-delà de la logique

Jeudi 17 janvier 2013 à 13 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Les équipes de la Ligue nationale s’apprêtent à amorcer un calendrier 48 matchs, soit une moyenne de 3,5 matchs par semaine. En d’autres mots, elles joueront tous les deux jours.

Le hockey LNH est devenu un hockey qui ressemble au jeu que l’on peut voir dans les collèges américains, où il se fait beaucoup de longues passes pour éviter de transporter la rondelle inutilement. Il faut donc beaucoup de vitesse et une capacité accrue à résister à la pression quand on est en possession de la rondelle.

Les défenseurs vont être extrêmement sollicités en raison de la tendance développée durant cette courte saison. Pour dire cela, je me base sur le fait que les équipes n’ont eu que cinq jours pour mettre leur système de jeu en place. Les priorités étaient avant tout la défense et les unités spéciales.

Ce qui nous amène à conclure qu’à l’attaque, le jeu sera linéaire et les charges au filet nombreuses, comme c’est le cas en séries éliminatoires. On ne verra pas beaucoup de jeu scientifique, donc pas vraiment de déplacements latéraux pour les gardiens, mais davantage des situations de circulation lourde et de congestion devant les filets. Cela donnera lieu à de nombreuses mises en échec sur les défenseurs et à de multiples contacts avec les gardiens.

Maintenant, quelles sont les équipes qui seront avantagées par ce style?

Au départ, on pense à celles de la Division atlantique. Ces équipes ne devront effectuer que les déplacements de courtes distances et ne brûleront pas trop d’énergie dans la routine des voyages.

Aussi, les équipes qui pratiquent un style de jeu hermétique en défense et qui protègent bien leur gardien rivaliseront mieux dans un contexte comme celui qui nous intéresse.

De plus, les gardiens de bonne stature seront plus résistants dans un tel contexte. Enfin, le niveau de combativité est devenu, au cours des dernières années, une qualité essentielle au succès dans les séries (exactement le genre de matchs qu’on risque de voir tout au long de cette saison écourtée).

Également, les équipes qui possèdent deux gardiens de calibre auront le luxe de pouvoir mettre en place une meilleure répartition de la charge de travail devant le filet.

En attaque, il y aura toujours de la place pour l’expression du talent en supériorité numérique. Les équipes qui possèdent des spécialistes, des marqueurs naturels, seront nettement avantagées.

Autre élément important : la profondeur. La qualité du troisième trio, la qualité des joueurs dans les mineures. Car il ne fait aucun doute qu’il y aura plus de blessures. Donc, les organisations qui ont le privilège d’avoir de bons jeunes joueurs dans leur club-école, des joueurs qui peuvent occuper un rôle parmi les neuf premiers attaquants, seront avantagées.

Les Rangers devant

Dans l’Est, je dois donner un léger avantage aux Rangers de New York. Déjà solides en attaque, l’arrivée de Rick Nash va leur donner davantage de profondeur et, surtout, un mélange de talent qui leur permettra de varier le type de buts qu’ils pourront marquer.

Nash ne marque pas seulement avec son puissant tir, mais il est aussi capable de gagner les bagarres territoriales dans la zone privilégiée lorsque la situation l’impose.

En défense, les Rangers possèdent six défenseurs de calibre et leur gardien fait partie de l’élite de la LNH.

Enfin, leur calendrier et leurs courts déplacements auront un impact dans la dernière ligne droite de la saison et dans les séries éliminatoires.

C’est mon équipe favorite dans l’Est.

Dans la division du Canadien, les équipes qui seront le moins touchées par le calendrier comprendront les Sabres de Buffalo, qui a fait des modifications à sa formation pour améliorer l’aspect robustesse de sa troupe. C’est une équipe bien équilibrée avec le niveau de profondeur nécessaire pour aller loin dans ce type de saison.

Il faut aussi compter évidemment sur les Bruins de Boston, toujours très solides. Cette fois cependant, c’est Tuukka Rask qui aura la destinée de son équipe entre les mains. Or, il n’est pas reconnu pour être un gardien résistant. À ce chapitre, il pourrait y avoir un problème en cours de route.

Chez les Sénateurs d’Ottawa, l’équipe est en progression et, même si la défense n’est pas la mieux nantie de cette division, les joueurs-clés à chaque
position sont de grande qualité.

Difficile pour les Leafs et le Canadien

Ce qui relègue Montréal et Toronto en bas de tableau. Les Maple Leafs ne sont pas vraiment supérieurs au Canadien, mais l’inverse est aussi vrai.

La seule chose qui puisse faire la différence, c’est le gars entre les poteaux. Mais attention, si Carey Price devait se blesser, la blessure ne serait pas douloureuse que pour le gardien, mais aussi pour tous ses coéquipiers. Il faudrait à ce moment confier la destinée de l’équipe à Peter Budaj et à Cédrick Desjardins.

C’est la même chose pour les Leafs puisque pour l’instant, le gardien y demeure un mirage et son nom est Roberto Luongo. Dans l’éventualité d’une transaction, le gardien montréalais donnera une vraie chance à cette équipe de participer aux séries. Et ça, ce ne serait pas une bonne nouvelle pour le Canadien.

Chez le Tricolore, il n’y a pas beaucoup de profondeur. Le jeu de puissance dépendra de vétérans qui ont été aux prises avec des blessures par le passé. L’absence de P.K. Subban pourrait également contribuer à réduire le taux d’efficacité dans ce département.

À la défense, même si le Canadien possède une certaine profondeur, sa brigade est petite et peu résistante. Le style de jeu auquel on assistera dans cette saison de 48 matchs ne favorisera pas le succès de ce type de défense.

J’aime beaucoup les habiletés techniques et les aptitudes de tireur d’Alex Galchenyuk, mais je me demande si le contexte à Montréal est favorable au développement d’un jeune joueur de la sorte. À la décharge de jeune homme, il semble posséder la maturité nécessaire à la réalité d’un marché comme Montréal.

De toute façon, en bout de piste, il est clair qu’il deviendra un contributeur important dans son équipe.

Attention aux Blues

Partant des mêmes critères de base, voici quelques réflexions sur l’Association de l’Ouest.

Je crois vraiment que les blessures seront plus nombreuses dans l’Ouest à cause de la lourdeur accrue des déplacements et de l’importance de la charge de travail provoquée par un calendrier beaucoup moins avantageux que dans l’Est.

La première formation qui me vient en tête est celle des Blues de St. Louis, une équipe qui a goûté aux séries éliminatoires pour la première fois depuis longtemps l’an dernier et qui sera encore plus affamée cette saison. Cette formation est jeune et talentueuse. Elle possède les deux gardiens nécessaires pour faire face à son exigeant calendrier et sa brigade défensive est lourde et talentueuse.

En attaque, même s’ils n’ont pas beaucoup de punch, les Blues ont assez de talent pour reproduire la recette des Kings de Los Angeles l’an dernier. Je pense vraiment que c’est l’équipe qui pourrait causer une surprise dans l’Ouest.

Ensuite, il faut évidemment se tourner vers les champions de la Coupe Stanley, les Kings, et vers les Canucks de Vancouver (dépendant de la
transaction Luongo).

Alors, ma prédiction : une finale Rangers-Blues, à l’avantage des Rangers. Tout est logique. Mais dans un calendrier de 48 matchs, la dernière
chose à laquelle on peut se fier, c’est bien la logique…