Blogue de Martin Leclerc

Savard restera avec le CH à titre de « vice-président senior »

Dimanche 8 avril 2012 à 14 h 21 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le Canadien n’a toujours pas fait d’annonce concernant l’identité de son prochain directeur général. Ce que l’on vient d’apprendre par contre, c’est que l’organigramme hockey du CH sera restructuré et que le successeur de Pierre Gauthier aura de l’aide : Serge Savard.

Le 29 mars dernier, Geoff Molson a annoncé qu’il avait retenu les services de Savard à titre de conseiller spécial pour l’épauler dans sa recherche d’un nouveau directeur général. Le propriétaire du Canadien avait aussi indiqué qu’il souhaitait procéder à un important changement de culture dans l’organisation.

Or, les deux hommes ont déjà convenu que le mandat de Savard deviendra permanent et que ce dernier entreprendra la prochaine saison avec le titre officiel de « vice-président senior » aux opérations hockey, selon une source très proche du dossier. Comme c’est l’habitude dans ce genre de situations, Savard lui-même a démenti l’information dans une entrevue accordée à la station radiophonique 98,5 FM, à Montréal.

C’est donc Savard qui sera l’éminence grise de l’organisation. Plusieurs hommes de hockey de la génération de Savard occupent des fonctions semblables au sein d’organisations qui connaissent beaucoup de succès. Comme Bobby Clarke à Philadelphie, Scotty Bowman à Chicago, ou Jim Devellano à Detroit. Ces « seniors », comme on les appelle dans le milieu, ne sont pas constamment dans l’entourage de l’équipe et ne participent pas aux opérations quotidiennes. Mais ils conseillent le propriétaire ou le directeur général quand les circonstances le commandent.  

L’organigramme des dernières années prévoyait que le directeur général relevait directement du propriétaire et président Molson. Or, dorénavant, selon nos informations, ce serait davantage Savard qui assurerait la liaison entre l’équipe de direction du département hockey et Molson.

Ce poste pare-feu évitera sans doute, à l’avenir, que le propriétaire du club soit descendu en flammes sur la place publique quand le personnel hockey prendra des décisions impopulaires. En décembre dernier, notamment, Molson avait été interpellé de toutes parts lors de la nomination de Randy Cunneyworth, un unilingue, au poste d’entraîneur-chef.

L’expérience d’une éminence grise comme Savard lui permettra par ailleurs de mieux encadrer, conseiller ou remettre en question les orientations prises par le directeur général. Molson a lui-même admis qu’il n’était pas suffisamment outillé pour prendre part aux décisions relatives au hockey.

Enfin, la présence permanente de Savard dans l’entourage de l’équipe laisse présager que le prochain directeur général sera jeune et relativement peu expérimenté à ce poste.

Savard a occupé les fonctions de directeur général du Canadien de 1983 à 1995, période durant laquelle le Canadien a remporté deux fois la Coupe Stanley et participé trois fois à la finale. Il avait été congédié par le président Ronald Corey à l’automne de 1995 en compagnie de Jacques Demers pour faire place au tandem Réjean Houle/Mario Tremblay.