Billets publiés en mars 2013

L’intimidation de Dessau

mercredi 20 mars 2013 à 15 h 07 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

gravela_rc

Pendant que les témoignages des dirigeants de firmes de génie se multiplient devant la commission Charbonneau, il est intéressant de regarder en arrière, particulièrement dans le cas de Rosaire Sauriol, de Dessau. C’était au printemps 2010, comme nous diffusions un reportage intitulé « Les ingénieurs sous haute surveillance ».

Nous révélions les liens de proximité troublants entre ces firmes et les partis politiques. Nous avions entre autres recensé une cinquantaine d’ex-politiciens ou d’ex-dirigeants gouvernementaux et municipaux se retrouvant dans de grandes firmes de génie-conseil, dont Frank Zampino, l’ancien président du comité exécutif de Montréal, qui aujourd’hui fait face à la justice. Nous cherchions à savoir s’il s’agissait là d’un simple hasard ou d’une stratégie pour obtenir de l’information privilégiée.

Nous parlions aussi d’une soirée de financement douteuse organisée en 2008 à Montréal par un dirigeant d’une filiale de Dessau pour l’ex-ministre des Affaires municipales Nathalie Normandeau, pourtant députée d’une circonscription de la Gaspésie. L’activité de financement avait rapporté officiellement 43 000 $. C’est Gilles Vaillancourt qui avait présenté Mme Normandeau. D’autres maires étaient présents.

Mais des sources nous avaient indiqué que c’était bien Dessau, et non un de ses employés, qui avait organisé la soirée, en violation avec la loi électorale.

Nous avions tenté à de nombreuses reprises d’obtenir une entrevue avec les gens de Dessau, mais en vain.

Dans son témoignage à la commission Charbonneau, le vice-président de la compagnie n’a pas parlé de cette activité de financement. Mais il a parlé d’un système de prête-noms pour contribuer aux partis politiques provinciaux.

À l’époque, au lieu de nous répondre, la compagnie, par le truchement de l’avocat Christian Joly, nous avait fait parvenir une mise en demeure bien sentie, quelques semaines avant la diffusion du reportage. Pour s’assurer de l’effet de cette mise en demeure, elle avait été adressée au bureau du président de Radio-Canada, Hubert Lacroix.

Il est clair que l’objectif était de nous intimider.

Il est très instructif avec le recul que nous offre la commission Charbonneau de relire le libellé de cette mise en demeure dont le signataire s’offusque de nos demandes d’entrevues répétées sur le financement illégal de partis politiques par Dessau.

En voici des extraits :

« À chacune des occasions, les porte-parole de Dessau ont catégoriquement nié toute implication dans le financement de partis politiques et du PLQ en particulier et que ce soit directement ou par le biais d’un employé. […] Notre cliente se fait un devoir de respecter scrupuleusement les lois en vigueur partout où elle œuvre. […]

Or, nous avons des raisons de croire que dans un prochain épisode d’Enquête, vos journalistes ont l’intention de rapporter que Dessau organise de telles activités de financement en violation des dispositions de la loi électorale. Dessau réitère de nouveau vigoureusement par la présente que de telles allégations sont fausses et sans fondement.

[…] Si nos informations sont exactes et que vous vous apprêtez à diffuser de telles allégations fausses et sans fondement, la présente a pour but de vous mettre en garde et de vous aviser que ceci aura pour effet de causer un tort et des dommages importants à Dessau qui vous en tiendra responsable et prendra contre vous les recours appropriés. »

Avec le recul, qui donc a causé « un tort et des dommages importants » aux actionnaires de Dessau? Les journalistes à la recherche de la vérité, ou les dirigeants d’entreprises contraints aujourd’hui de faire leur mea culpa devant la commission Charbonneau?

Quand j’entends Rosaire Sauriol souligner dans son témoignage que l’entreprise avait décidé d’elle-même de faire une déclaration volontaire au fisc sur les 2 millions de dollars qu’elle a versés illégalement aux partis politiques, je demeure sceptique.

En fait, ça me fait penser à Lance Armstrong quand il déclare regretter de s’être dopé pendant toutes ces années.

Le regrette-t-il vraiment ou regrette-t-il de s’être fait prendre?

La mafia en terrain miné dans NDG!

jeudi 7 mars 2013 à 15 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

gravela_rc

Plus le temps passe, plus on se rend compte de l’importance de l’infiltration de la mafia dans notre économie et nos institutions.

Au début de nos enquêtes, il y a près de cinq ans, nos sources nous racontaient comment la mafia s’y était prise pour étendre ses tentacules un peu partout. Chaque fois, je trouvais fascinantes les histoires que l’on nous racontait, mais j’étais passablement sceptique.

Je ne suis pas un adepte naturel de la théorie du complot. Je ne me lève pas chaque matin en me nourrissant de soupçons à l’égard de tout ce qui bouge. Mais je dois admettre que la réalité est en train de dépasser la fiction.

La commission Charbonneau a bien établi depuis le début de ses travaux le degré élevé de l’infiltration du crime organisé dans notre société jusque dans nos institutions politiques, surtout à Montréal.

Nous présentons cette semaine à Enquête un cas qui s’ajoute à ce qu’on entend quotidiennement à la commission.

C’est l’histoire d’une transaction sur un terrain divisé en deux autour du vieil orphelinat catholique de Notre-Dame-de-Grâce, où deux décisions liées aux changements de zonage ont contribué à faire augmenter de façon exponentielle la valeur d’un des deux terrains.

Or, deux promoteurs rivaux ayant des liens avec des dirigeants de la mafia se disputaient le terrain.

En 2003, ils ont été convoqués par nul autre que le parrain de la mafia, Vito Rizzuto, qui jouait le rôle de médiateur.

Rizzuto a demandé à l’homme d’affaires acquéreur du terrain, Lee Lalli, de s’associer avec Tony Magi. Lalli a refusé.

Ce qui est étonnant dans la conversation, c’est de constater que le parrain de la mafia ne voulait pas brusquer les choses de peur de nuire aux relations politiques de M. Lalli. Voici l’extrait de la conversation que j’ai eue avec Lee Lalli au téléphone :

« Vito savait que j’appuyais le maire Gérald Tremblay, et j’ai dit : “Regarde, je suis un homme honnête.” J’ai dit que je ne voulais pas être associé à cet homme (Tony Magi). Il n’est pas honnête. Les mots exacts de Vito (à Toni Magi) : “Tony, je comprends Lee. Il a de bons contacts politiques. C’est un homme honnête. Il ne veut pas s’associer avec toi. Ça finit là!” »

Ce que l’on comprend de cet extrait, c’est que Vito Rizzuto veut ménager les relations politiques des gens avec qui il entretient des liens.

Cet extrait prend davantage de sens quand on entend Lalli dire qu’il rendait parfois des services à Rizzuto. « À quelques reprises, Vito m’a demandé si je pouvais le rencontrer à la Cantina, parce que certaines personnes devaient de l’argent à d’autres personnes. Il me disait : “Tu connais cette personne, Lee. Va le rencontrer. Il a fourré quelqu’un pour tel montant d’argent. Regarde ça là!” »

Tout ça montre que le crime organisé, ça ne se passe plus seulement dans la rue. Ça se passe de plus en plus souvent dans nos belles tours de bureaux ou dans les restaurants les plus chics en ville grâce aux réseautages les plus élaborés.

Quel intérêt avait Rizzuto à entretenir de bonnes relations avec des gens comme Lalli? Pourquoi devait-il ménager ses bonnes relations politiques?

Ce qu’on sait, c’est que Lee Lalli était un fervent partisan d’Union Montréal, allant jusqu’à organiser au moins deux activités de financement en présence de Michael Applebaum, avec qui il entretenait régulièrement des contacts.

Rien ne prouve que Michael Applebaum était au courant des relations entre Lalli et Rizzuto. Mais on constate que le crime organisé avait ses entrées dans son arrondissement. Des gens qui peuvent être dangereux et qui cherchent à s’enrichir au détriment de la collectivité.

Ceci, même si cela se fait dans la plus grande civilité, à en croire Lee Lalli, dans les conversations que j’ai eues avec lui.

« Pourquoi les gens disent-ils qu’il (Vito) a une belle personnalité? Que c’est un homme charismatique? C’est qu’il cherche toujours à régler les conflits à l’amiable, de façon cordiale. La violence n’est que le dernier recours. » – Lee Lalli

M. Lalli semble oublier que Vito Rizzuto revient d’une longue peine de prison aux États-Unis pour son implication dans un triple meurtre.